1 minute 38 inside

Avec les jeunes écologistes

Début décembre, alors que je commençais tout juste mon stage au Conseil Régional d’Ile de France au cabinet de Laure Lechatellier, Elisa Trannin et Olivia N’Ganga, étudiantes en journalisme au CFJ (Elisa travaille également à Wéo, la chaîne TNT du Nord-Pas-de-Calais), m’ont filmée toute la journée, du matin à l’arrivée en TGV à la gare du Nord au soir, à la Chocolaterie (siège d’Europe Ecologie – Les Verts).

J’étais en prépa puis à Sciences Po avec Elisa et elle a donc eu l’idée de me contacter pour cet exercice de reportage/portrait qui lui était demandé à elle et son binôme. On a vraiment passé une bonne journée. Je n’étais pas habituée à ce genre d’exercice mais tout s’est finalement fait assez naturellement! (un peu trop d’ailleurs: lorsque leur professeur a fait savoir qu’il préférait que je les vouvoie plutôt que de les tutoyer, ça a été assez difficile et je trouvais ça beaucoup moins spontané).

De bons souvenirs en tout cas. Et quelques franches parties de rigolades, comme quand à 20h30 à la Chocolaterie, il a fallu trouver un « ami » pour faire une scène conviviale (celle de la fin avec les affiches). Heureusement que Mister Alexei P. travaille tard 😉

Le résultat, c’est ici! En deux versions, car elles ont chacune monté leur propre reportage. Mais deux versions similaires tout de même! Bon visionnage, et merci à elles deux pour ce bon travail!

 

 

Interview par Erwan Le Corre

Avec les jeunes écologistes, Humeur

Un petit coucou du ski en direct de Pralognan-la-Vanoise ! Pour info, cette station au coeur du Parc national de la Vanoise vient d’être nommer « Perle des Alpe », ce qui est venu récompenser ses efforts pour rester une station accueillante et résister au bétonnage, mais également pour favoriser l’Eco-tourisme et l’Eco-mobilité. J’y vais depuis toute petite, été comme hiver, c’est vraiment un endroit dont on ne se lasse pas! Et ça change des stations au domaine skiable certes immense, mais qui font mal au coeur l’été, quand la neige damée cède la place aux vastes étendues de terre encadrées de remontées mécaniques. Pralognan, c’est certes seulement 10 pistes selon la police, et 15 selon les syndicats (c’est-à-dire quand les conditions d’enneigement sont optimales, c’est-à-dire jamais ;), mais au moins c’est beau et c’est sincère, humain et épanouissant 🙂

Voilà, je tourne à présent cette page de pub éco-citoyenne pour en arriver au vrai objet de ce billet, une interview qu’Erwan Le Corre, militant écologiste à Troyes et « Ecologeek ».  L’exercice était marrant puisque cette interview a eu lieu sur Facebook (à distance, on fait comme on peut 😉 ). Bref, je me suis rendue compte que les exercices de type « Chat Le Figaro » ou « Chat Le Monde », en fait, c’est stressant! Je suis plutôt habituée à dire tout ce qui me passe par la tête en vrac et à laisser la personne faire le tri. La, ça demandait beaucoup plus de concentration! Surtout que ça virait un peu « interro sur les statuts des Jeunes Verts » des fois, et que pour être honnête, ça n’est pas ma grande spécialité.

Le principal, c’est qu’apparemment je n’ai pas dit trop de conneries 🙂 Merci donc à Erwan pour la proposition, c’était très instructif comme expérience!

 

Et pour les motivés, le résultat, c’est  ICI, sur le site d’Erwan!

 

En attendant, je vous souhaite une bonne fin d’année 2010 à tous 🙂

Grande opération « un logo pour les Jeunes Verts »

Autre

Le 29 janvier prochain, les Jeunes Verts deviendront, au terme d’une Assemblée Générale extraordinaire, les « Jeunes Ecologistes ». Ce changement de nom s’accompagnera d’un changement de statuts, de site internet, et…. de logo!

Ne roulant pas sur l’or, nous ne pouvons pas promettre de voyage au Bahamas ou de cabriolet neuf au grand gagnant de cet appel à contribution (tant pis pour vous, tant mieux pour la planète!) Mais vu les délais, ceux qui relèveront le défi seront hissés au rangs de Mag Gyver du graphisme (on vous fabriquera même des badges en carton recyclables si vous le voulez 😉 ) Et même qu’on fera un « hall of fame » avec vos contributions et vos coordonnées sur notre futur site hyper high tech, histoire de vous faire un peu de publicité auprès de nos 10 000 futur visiteurs quotidiens (#optimisme 😉 )

 

Bref, le défi, si vous l’acceptez, c’est de proposer, d’ici au 5 janvier, un logo pour le futur mouvement de jeunesse de l’écologie politique: les Jeunes Ecologistes. Une consultation des militants sera ensuite organisée, afin que le logo qui sera finalement adopté soit désigné!

 

On pousse peut être le bouchon un peu trop loin, mais le gagnant doit s’engager à nous laisser utiliser son logo ensuite (parce que sinon ça ne va pas être très pratique). Mais en échange, on peut lui faire une petite page de présentation sur notre futur site, avec un texte qui expliquerait d’où vient ce logo, quelle a été la démarche, l’inspiration, peut être sous la forme d’une petite interview (on verra tout cela selon ce que vous désirez).

Et parce qu’on a conscience de vous en demander beaucoup, on vous a un peu avancé le travail! Peut être avez vous envie de nous aider mais ne connaissez-vous pas très bien notre mouvement, ses militants et leurs attentes / état d’esprit. Ainsi avons nous recueilli quelques pistes / idées au moyen de questionnaires remplis par les adhérents ces derniers jours. Les quelques pistes / indications ci-dessous ne sont bien sur absolument pas des consignes. A vous d’en faire ce que vous voulez!

Le seul point intangible, c’est que pour des raisons pratiques, nous ne pouvons nous permettre d’imprimer ce logo (autocollants, drapeaux, etc) en plus de deux couleurs. Par contre, un certain ras-le-bol du bicolorisme « vert et blanc » de notre charte graphique commençant à s’exprimer, on pourrait très bien imaginer un logo en plusieurs versions: une bicolore que nous utiliserions dans les versions à imprimer, et une multicolore, que nous pourrions utiliser dans les diffusions en ligne, sur notre site, etc.

 

* * * * * * * * * *

 

Pour en revenir à la consultation de nos militants, voici les quelques tendances que les questionnaires ont permis d’identifier:

–> Les Jeunes Ecologistes, c’est funky, décallé et convivial, mais c’est également sérieux.

–> Nous ne devons pas nous enfermer dans une image environnementaliste. Nous sommes bien un mouvement d’écologie politique réfléchissant sur les trois composantes du développement durable/soutenable (économie, écologie, sociétale)

–> L’écologie politique est définie comme un avenir innovant et solidaire; une solution à l’urgence. Mais en même temps, on n’est sorti du cliché des écologistes « lanceurs d’alerte ». Nous nous voulons aujourd’hui « porteurs d’espoir »

–> L’avis sur notre logo actuel est positif

–> Logos appréciés : Wikileaks, Ubuntu, Greenpeace, les Verts, Crédit coopératif, inrockuptibles, WWF, apple, Jeunes Verts allemands…

–> Logos n’étant pas appréciés: FN, courrier international, Areva, weleda, Packard Bell, Microsoft….

–> A la question « quelle couleur aimeriez vous voir apparaître dans le futur logo »?, « divers tons de verts, le jaune, le blanc » reviennent souvent, mais ressortent également régulièrement  le noir, le rouge et le marron.

–> L’avis sur l’arbre des assises d’Europe Ecologie Les Verts de Lyon est très positif

–> Le fait que notre logo évoque la jeunesse (la fraicheur) est apprécié en grande majorité. Mais beaucoup demandent à ce que l’on fasse attention à ne pas tomber dans les clichés « jeunes ».

–> Une majorité de personnes ne voit pas de problème à ce que notre logo se base sur des ressorts humoristiques

–> Dans l’ensemble c’est la joie, l’énergie, la paix et la conscience d’une urgence à agir qui font l’humeur générale du mouvement

–> Les adhérents ne sont pas opposés a priori à ce que notre futur logo soit évolutif

–> L’idée que le logo soit uniquement basé sur une construction typographique (greenpeace, GYG…) divise

–> L’idée d’une mascotte divise également, malgré le fait qu’une majorité de personne aimeraient avoir une image (un dessin) associé au nom. Voici toutefois des idées de mascotte émises dans les questionnaires: fleur, graine, arbre…. DODO…, papillon, abeille, cigogne, ours souris, horloge.

 

* * * * * * * * * *

 

Voilà! J’espère qu’à la lecture de ces quelques lignes, les idées ont déjà commencé à fuser dans votre esprit. Nous attendons avec impatience vos contributions, et remercions d’avance ceux qui prendront le temps de nous aider ou qui auraient aimé pouvoir le faire.

 

Les contributions sont à envoyer jusqu’au 5 janvier à l’adresse suivante: logo@jeunesverts.org

 

Nous restons à votre entière disposition pour toute question / précision (contacter Marine : marine.tondelier@gmail.com // 06 84 86 15 78)

 

Ecologiquement vôtre

Les Jeunes Verts

And the winner is… TADAM!: « Les Jeunes Ecologistes »

Avec les jeunes écologistes, Prises de position

La naissance du nouveau mouvement de jeunesse de l’écologie politique est prévue le 29 janvier. Mais ses heureux parents, les quelques 500 Jeunes Verts et signataires de l’appel , ont d’ores et déjà choisi son prénom: ce sera « les Jeunes Ecologistes »

Tout au long de la semaine dernière, les Jeunes Verts et les autres jeunes ayant décidé de participer au processus de structuration du nouveau mouvement de jeunesse d’Europe Ecologie Les Verts ont voté pour le nom qui sera officiellement adopté le 29 janvier. Pour rappel, ils avaient le choix entre quatre options: « les jeunes écologistes », « Ecolo-J », « les Jeunes écolos » et « Europe Ecolo’jeunes », qu’il leur était donné de classer par ordre de préférence.

Plus de deux cent votes plus tard, c’est finalement « Les Jeunes Ecologistes » qui l’ont largement emporté. Ce nom sera officiellement adopté le 29 janvier. En attendant, le processus suit son court: le débat sur le logo et les statuts qui seront également officiellement adoptés le 29 janvier se poursuit pendant les vacances et occupera également une bonne partie du mois de janvier.

Nous sommes heureux de voir avancer notre réflexion dans la bonne humeur et la sérénité, et nous invitons tous les jeunes de moins de 30 ans partageant notre sensibilité écologistes à rejoindre le processus de structuration en signant, avant le 15 janvier, l’appel que nous avons publié sur notre site .

 

Célébration de la fin des Jeunes Verts sous la neige à Hénin-Beaumont –
Fin décembre 2010

 

Une autre politique des drogues est possible!

Avec les jeunes écologistes, Santé, Social

Voici la tribune co-signée par Anne Souyris et moi-même et parue ce matin sur Le Monde.fr

En vous souhaitant une bonne lecture !

Point de vue

Drogues : mettons fin à 40 ans d’hypocrisie !

 

Les drogues restent un sujet passionnel en France, ce qui rend les partis comme les élus particulièrement frileux quant à la réforme de nos politiques en la matière, et ce, malgré leur flagrante contre-productivité.

Notre politique française – la plus répressive d’Europe –, montre clairement ses limites. La plupart des experts reconnaissent que comme la prohibition de l’alcool aux Etats-Unis dans les années 1920, elle nourrit les trafics en tout genre, précarise les usagers les plus vulnérables et engendre des violences, que la simple présence de policiers sur le terrain ne permet plus d’endiguer. Dernier symptôme d’ineffcacité, et non le moindre, la France détient aujourd’hui un des taux records de jeunes utilisateurs de stupéfants en Europe.

En effet, malgré l’arsenal répressif mis en œuvre, les statistiques de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies révèlent que même interdite, la drogue est facile d’accès et les drogues dites « dures » (cocaïne, héroïne, LSD, etc.) sont plus populaires parmi les jeunes qu’auparavant. Enfin, la répression entraîne une consommation de drogue forcément clandestine, qui précarise les usagers : la diminution des moyens mis en œuvre pour les accompagner et les aider au quotidien ont fait une fois de plus repartir leur mortalité à la hausse.

Depuis 2003, la politique gouvernementale a accordé la priorité à la criminalisation de l’usage des drogues, qui mobilise des milliers de policiers et de gendarmes, gèle des moyens très importants, coûte un temps précieux, et encombre souvent inutilement les douanes, les tribunaux et les prisons. Une politique de la drogue pacifiée permettrait de libérer de précieux moyens de sécurité, qui pourraient être ré-affectés à d’autres types de missions. Cela est d’autant plus nécessaire que la répression se trompe de cible : on estime que les interpellations pour stupéfants concernent dans 90 % des cas les usagers de cannabis, alors que les interpellations pour trafic se montent à environ 9 %.

Quant aux condamnations, elles sanctionnent essentiellement l’usage et la détention-acquisition, délits associés à l’usage. Il s’agit le plus souvent d’amendes – mais contrairement à ce qui se dit, il y a aussi des incarcérations pour usage, soit en 2008 3 111 peines ferme pour usage illicite de stupéfant et 5 456 peines ferme pour détention-acquisition de stupéfants soit au total 8 567, les incarcérations pour usage étant plus nombreuses les incarcérations pour trafic.

Depuis plus de quarante ans, les gouvernements de droite comme de gauche ne se sont jamais détournés de la surenchère répressive comme le montrent les chiffres publiés la semaine dernière par l’OFDT : depuis 1970, la répression de l’usage a augmenté chaque année, parallèlement à l’augmentation régulière des moyens des services répressifs. Or des solutions alternatives existent ! En témoignent notamment les derniers rapports d’institutions aussi réputées pour leur sérieux que l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation des Nations unies ou encore l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Une expertise confrontant les données internationales a en effet démontré que la répression de l’usage et détention était inefficace pour limiter les consommations et encore moins pour le trafic. Les chiffres récemment publiés sont clairs : la plupart de nos voisins en Europe ont déjà dépénalisé l’usage, soit de toutes les drogues (Espagne, Italie, Pays Bas) soit seulement du cannabis (Allemagne, Belgique, Autriche) au cours des années 1990, sans constater d’augmentation de la consommation. La même démonstration a été faite au Etats-Unis, avec les douze Etats qui ont dépénalisé l’usage et la détention du cannabis pour consommation personnelle.

CHANGEMENT RADICAL

Ce qui est efficace en matière de protection de la santé, c’est une information fondée sur la réalité des risques, information qui réduit effectivement les risques et s’accompagne aussi souvent d’une stabilisation des consommations. Le développement des salles de consommation s’inscrit dans la logique de ces politiques de santé publique. Le consensus des experts est international, et certains pays – dont la Suisse, les Pays-Bas, le Portugal l’Allemagne, la Norvège et l’Espagne –, ont déjà réagi en autorisant l’ouverture de salles de consommations, en dépénalisant la consommation de cannabis voire en mettant en œuvre une distribution contrôlée d’héroïne dans certains cas très spécifques et très lourds de dépendance.

Les Jeunes Verts et Europe Ecologie – Les Verts insistent aujourd’hui pour que la France adopte à son tour des politiques de santé et de solidarité publiques qui soient basées non sur la peur et l’épouvantail sécuritaire mais sur l’humanisme, la lucidité et la responsabilité. Une politique des drogues efficace ne pourra faire l’économie à terme d’un changement radical d’orientation. Et nous avons le courage de dire que seule une légalisation contrôlée à tous les niveaux – autant en termes fiscal, sanitaire, qu’en terme de prévention et de sécurité pour tous –, est nécessaire, voire urgente. Cela induirait de changer les traités internationaux ? Alors engageons la réflexion pour ce changement ! Mais agissons dès aujourd’hui, localement, et appliquons des mesures capables de sauver des vies, en commençant par l’installation de salles de consommation à moindres risques !

Plus généralement, nous devons nous engager sans attendre dans un changement des pratiques, pratiques de santé publique d’une part, pratiques répressives d’autre part. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de se donner des priorités : la protection de la santé exige le développement de politiques de santé qui intègrent la réduction des risques ; la protection de la sécurité impliquerait la définition de priorités, la lutte contre la violence, le blanchiment et la corruption. Le développement de mafias internationales représente une réelle menace pour la démocratie : les services de police et justice doivent s’y consacrer au lieu de s’épuiser à lutter contre l’usage de la drogue. Ce détournement de moyen est inutile et contre-productif : plus les usagers sont interpellés, moins les trafquants le sont !

Nous espérons qu’Europe Ecologie – Les Verts, parti actuellement très seul à réféchir sans démagogie sur ce terrain très controversé, ne le restera pas longtemps : examiner les solutions que représenteraient la dépénalisation de toutes les drogues, la production locale en circuits courts de cannabis, la distribution médicalisée de certaines drogues dans des cas bien précis, et le recentrage de la répression sur le démantèlement des mafias… est aujourd’hui de l’ordre de l’urgence et de la responsabilité collective.

Aujourd’hui, nous fêtons les quarante ans d’un système législatif à bout de souffe : il est temps d’en fnir, non ? De nombreuses pistes existent, et nous invitons nos responsables politiques à les explorer, plutôt que de s’obstiner dans l’impasse dans laquelle les politiques des drogues françaises se sont engagées.

Anne Souyris, co-responsable du projet 2012 d’Europe Ecologie – Les Verts,
et Marine Tondelier, porte-parole des Jeunes Verts

 

Un nom pour les Jeunes « EELV »!

Avec les jeunes écologistes
Si tous les parents choisissaient les noms de leurs enfants avec soin, le monde en serait changé. Un nom, c’est la moitié de la personnalité.  

Adrien Therio (Dramaturge Québécois)

Le mors au Flancs

Cette semaine est importante pour les Jeunes Verts et les signataires de l’appel qu’ils ont lancé à participer au processus qui aboutira lundi 29 janvier à leur changement de nom, de statuts et de logo pour devenir officiellement le nouveau mouvement de jeunesse d’Europe Ecologie Les Verts…. En effet, nous avons jusque dimanche pour voter sur le nom que portera ce futur mouvement de jeunesse!

Une coordination folklorique (réunion sur skype des coordinateurs des différents groupes locaux) nous a permis de retenir les quatre propositions actuellement soumises au vote – et ce parmi une foultitude de noms proposés à droite et à gauche (mais surtout à gauche of course 😉 ). Parmi ceux qui ont marqué mon esprit: les « fleurs rebelles »,  « la CASE » (Coopérative Altermondialiste, Ecologique et Solidaire) en passant par « Bière, stickers et capotes », « les herbes en folie », les « Eco-nomment » et les JEEP (Jeunes Engagés pour l’écologie politique).

Au risque de vous décevoir, beaucoup de propositions ont déjà été écartées. On peut par exemple d’ores et déjà annoncer que non, nous ne nous appellerons pas  les « JVP », (Jeunes Verts Populaires), proposition émise par le fan club de Jean-Vincent Placé qui n’a pas su retenir l’attention de nos chers coordinateurs…

Il ne reste plus que quatre propositions, mais le suspens continue. Et même, il s’intensifie: ce sera « les jeunes écologistes », « les jeunes écolos », « Ecolo-J » ou « Europe Ecolo’jeune », classés ici selon mon ordre de préférence. Parce que oui, on ne vote pas juste pour son nom préféré comme à Lyon pour « Europe Ecologie – Les Verts »: on classe les quatre propositions!

Mon avis sur le futur nom, certains doivent en avoir ras-le-bol de l’entendre, mais comme la citation qui débute cette article le rappelle: un nom, c’est important. C’est une carte de visite. Ca a une certaine influence sur la manière dont on est percus, et même à force sur la manière dont on se perçoit. Ca influence les publics qui viendront – ou pas – à nous. Ca nous représente. Voilà pourquoi je choisis ici et maintenant d’enfoncer le clou 🙂

 

Ecolo-J

Je ne suis franchement pas fan de la solution « Ecolo-J », bien qu’elle soit – il faut l’avouer – défendue avec conviction et détermination par certains d’entre nous. Ecolo-J, c’est le nom des « Jeunes Verts Belges ». Sauf qu’en Belgique, le « grand frère » parti écologiste s’appelle « Ecolo ».

Mon problème avec cette solution, c’est surtout que le jeu de mot repose sur le visuel, et que ça ne passe pas du tout à l’oral. « Je suis chez « Ecolo-J » ». Mwais. On ne comprends pas du premier coup qu’il s’agit d’un mouvement de jeunesse. Surtout que les Jeunes Verts comptent beaucoup moins d’adhérents que leur version Belge, où le jeu de mot est par conséquent bien compris par tout le monde car le mouvement clairement identifié.

Et puis d’ailleurs, comment on va s’appeler, si on retient « Ecolo-J »? les membres de Ecolo-J? Les Ecolo-J? Les Ecolo-Jistes? « Les Jeunes Verts » répondent certains avec malice, ceux-là même qui traînent les pieds et ne veulent pas changer de nom, car ils sont « attachés » à leur ancienne identité. Mais bon, je veux bien faire un petit effort pour les comprendre: beaucoup militent chez nous depuis plus longtemps que moi!

 

Europe Ecolo’jeune

J’avoue ne pas trop capter l’intérêt d' »Europe Ecolo’jeune ». Une tentative comique qui au fond rate sa cible car n’arrache même pas un sourire ? (à moins que je ne sois pas la cible?). Je ne comprends pas non plus l’idée de se référer au parti « grand frère », mais juste au morceau « Europe Ecologie ». Je ne sais pas, j’accroche vraiment pas. Et en plus, là non plus de manière pas forcément rationnelle, ça me fait penser au MODEM. Et je le répète souvent: « On n’est pas au MODEM ici! »

Pour moi, c’est un choix un peu mou. Un peu insipide. Qui veut faire jeune mais sans succès. Qui veut faire hype mais sans succès. Et qui je l’espère aura été en « finale » mais sans succès 😉

 

Les Jeunes écolos… GISTES!

On en arrive à mes deux préférés… « Les jeunes écolos » et « les jeunes écologistes ». « Les jeunes écolos », c’est frais. C’est accessible. Et si – comme je le souhaite -, « les jeunes écologistes » est finalement choisi, je ne suis pas contre que ce soit celui qu’on utilise entre nous, dans un mail rapide, ou à l’oral.

Mais ce qui me gène dans « les jeunes écolos », c’est que « écolo » renvoie pour moi à un mode de vie et pas à une idéologie. Ca fait un peu mec inscrit à une AMAP en sandalettes sur son vélib’. Alors bien sûr, on est un peu ça aussi. Mais pas seulement. Et c’est sur ce « pas seulement » qu’un mouvement de jeunesse POLITIQUE doit insister. On alerte, on pratique l’écologie au quotidien, on agit, on sensibilise. Mais en plus de tout ça, on produit du fond, on a des projets pour cette société, on se mobilise pour défendre ces convictions, les inscrire sur l’agenda politique, et nous sommes déterminés à ce que ces idées soient concrètement mises en oeuvre (à plus où moins long terme selon l’ambition de chacune d’entre elles). Et oui, tout ça dans un suffixe apparemment anodin.

De plus et ce sera mon dernier argument (je sens que j’en ai déjà perdu plus au fil des paragraphes de ce billet qui s’allonge), je trouve important que notre futur nom officiel soit un peu académique / sérieux. Bien sûr, je suis la première à faire l’andouille en distribuant des capotes « fuck me I’m ecologist » partout sur mon passage et en m’efforçant de trouver des titres de communiqués de presse qui soient dans la mesure du possible un peu (beaucoup) funkys. Mais je pense que l’un n’empêche pas l’autre.

Une fois que je sollicitais une copine pour un conseil pratico-technico-vestimentaro-modesque avant un entretien, elle m’a expliqué que les vêtements devaient rassurer le jury, qu’on devait s’en servir pour calmer leurs craintes quand à nos défauts: des vêtements sobres et classiques feront qu’une personne un peu excentrique / hyperactive / excitée et speed paraîtra aussi en mesure de réflechir posément et de trancher une situation avec mesure, tandis que des vêtements un peu plus colorés mettrons en valeur même les plus timides (le conseil final pour moi avait été : « bon bah toi, noir ou bleu marine quoi »).

Pour les Jeunes Verts, ou plutôt ce qu’ils vont devenir, la situation est un peu la même. Un titre un peu plus sobre / clair / élégant et en somme classique est un « emballage » qui peut rassurer un journaliste qui ouvre sa boîte mail et reçoit un communiqué de presse délirant de notre part, qui appelle à une action un peu perchée. Ca nous aiderait à être pris au sérieux. A mettre en avant le fait que OK on peut être funky dans notre manière d’agir, mais que derrière il y a du fond, de l’organisation, de la préparation.

Et je sais qu’on est en principe contre le sur-emballage, mais ajouter « le mouvement de jeunesse d’Europe Ecologie – Les Verts »  au package – en sous titre – serait je pense encore plus efficace. On gagnerait ainsi en clarté et en lisibilité pour nos interlocuteurs, qui – il faut bien l’avouer – ont parfois des difficultés à nous identifier.

Cette question d’identification est importante pour la partie « communication » de notre travail. Certains ancien pro- « on garde les Jeunes Verts » ont justifié leur choix par la crainte que l’on perde la visibilité à peine acquise de cette formulation et que certains journalistes ou jeunes nous perdent de vue. « Les jeunes écologistes » permet une certaine tracabilité, du fait du paralèllisme des formes. Et promis, ça sera – pour du vrai cette fois – mon dernier argument.

 

 

Alors vous l’aurez compris, j’ai voté:

1. Les Jeunes Ecologistes

2. Les Jeunes Ecolos

3. Ecolo-J

4. Europe Ecolo’jeunes

 

 

Notez que ce choix est le mien – individuel -, et non celui de l’exécutif des Jeunes Verts. Nous avons chacun notre opinion sur la question!

 

– – – – –

 

 

Je suis sure que cet article en aura motivé certains à se prononcer sur la question. Vous pouvez le faire en commentaire, mais le mieux, si vous avez moins de 30 ans, c’est quand même de signer l’appel des Jeunes Verts ici pour pouvoir ensuite participer jusque dimanche au vote en question non? (il suffit – après réception du mail de confirmation que la signature a bien été enregistrée – de suivre les instructions et de voter par mail à l’adresse indiquée. Cela prends cinq minutes tout au plus). Et même que vous pourrez ensuite voter sur le logo (début janvier) et sur les statuts lors de l’AG!

 

Qu’est ce qui est petit, tient dans un slip et attire tous les regards?

Avec les jeunes écologistes, Prises de position

La carte électorale!

Les Jeunes Verts entament aujourd’hui leur campagne d’adhésion sur les listes électorales ! Grâce à des visuels attractifs et décalés, ils espèrent convaincre un maximum de jeunes de prendre leur destin en main.

 

Le constat est préoccupant pour la jeunesse, qui figure parmi les grands oubliés de notre société. A l’heure où 25% des 15-24 ans sont au chômage et où un français sur deux déclare avoir un regard négatif sur la jeunesse selon une récente étude de l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville), les politiques publiques continuent d’ignorer les problèmes spécifiques

à la jeunesse française.

Dans ce contexte, l’expression et la prise en considération des revendications « jeunes » reste difficile. Pourtant, le mouvement contre le CPE en 2005 et le dynamisme des collectifs « la retraite, une affaire de Jeunes » cette année rappellent avec force que la jeunesse a des choses crédibles, sérieuses et concrètes à dire, et sait se mobiliser pour défendre ses convictions avec détermination.

Le mouvement lancé dans la rue doit se concrétiser dans les urnes. C’est pourqu

oi les Jeunes Verts appellent à un large mouvement d’inscription sur les listes électorales. Les échéances électorales de 2011 et surtout 2012 seront déterminantes pour la jeunesse ! Avenir des universités, logement, emploi, retraite, santé, transports etc… tant de sujets primordiaux pour nous les jeunes, et sur lesquels notre avis doit compter!

 

Journée mondiale de lutte contre la corruption

Autre

Les Jeunes Verts souhaitent bonne fête à Jacques, Eric, André, Bernard, Serge et les autres

Aujourd’hui, alors que les Nations Unies célèbrent la journée mondiale de lutte contre la corruption, les Jeunes Verts ont décidé de rendre hommage à toutes celles et ceux qui, en France, rendent à la corruption ses lettres de noblesse. Bonne fête donc à Jacques, Eric, André, Bernard, Serge… et tous les autres!

Selon le dernier rapport de l’ONG Transparency International, la France a encore perdu une place au classement de la perception de la corruption, elle se retrouve en 25ème position, notamment loin derrière le Qatar et le Chili. Les affaires Karachi, Woerth-Bettencourt, les emplois fictifs RPR-Mairie de Paris… bref tous les scandales de l’année 2010 et surtout l’impunité des personnalités impliquées conduisent les citoyens à douter de plus en plus de notre État de Droit.

L’étude précise également que, dix ans après la ratification par la France de la Convention OCDE, la justice française n’a mené à terme quasiment aucune des procédures engagées pour corruption, ni prononcé de condamnation.

En ce jour symbolique, les Jeunes Verts ont donc une pensée à tous ceux qui échappent encore à la lutte contre la corruption. Jacques, Eric, André, Serge et les autres… peut-être que bientôt, la journée mondiale de lutte contre la corruption sera vraiment votre fête ?

 

Les Jeunes Verts préparent l’avEEnir

Autre

Cette semaine a eu lieu une étape importante dans l’évolution des Jeunes Verts vers un mouvement de jeunesse qui rassemble l’ensemble des jeunes se revendiquant de l’écologie politique. Une « coordination » (réunion rassemblant tous les coordinateurs de groupes locaux ainsi que les membres de l’exécutifs pour prendre certaines décisions importante) a été organisée sur skype, afin d’organiser quelques détails concernant le processus qui nous conduira à notre assemblée générale du 29 janvier au cours de laquelle les Jeunes Verts adopteront de nouveaux statuts, un nouveau nom, et d’autres surprises en préparation 😉

Un des points de l’ordre du jour était le nouveau nom du mouvement et la manière dont il sera voté. Je vous en reparle bientôt! Ce dont je voulais vous parler ici, c’est de l' »Appel à participation au processus de transmutation des Jeunes Verts » qui y a été adopté. En le signant, les Jeunes – n’était pas encore adhérents des Jeunes Verts mais se sentant en conformité avec l’écologie politique et/ou Europe-Ecologie Les-Verts – s’offrent la possibilité de participer au vote sur le nouveau nom la semaine prochaine, puis au débat et au vote de nouveaux statuts en janvier. Nous avons souhaité que ce processus soit le plus ouvert, et c’est le sens de cet appel. J’espère que beaucoup profiteront de cette possibilité et nous rejoindrons! Signer cet appel, ça n’est pas adhérer. Signer cet appel, c’est faire preuve de curiosité, se prêter au jeu, tester, s’exprimer, choisir, et ensuite – en février seulement – décider de rejoindre le nouveau mouvement de jeunesse écologiste qui émergera – ou pas!

Je vous laisse découvrir cet appel ci-dessous. Et pour ceux qui voudraient le signer, c’est  ICI, sur notre site !

Appel à participation au processus de transmutation des Jeunes Verts

 

Depuis 2009, Europe Ecologie – Les Verts a séduit de nombreux jeunes sensibles aux thématiques portées au travers des campagnes des élections européennes et régionales. Ils se sentent proches de ce mouvement qui rompt avec la politique traditionnelle. Les Jeunes Verts, mouvement de jeunesse des Verts, ont senti, dans un contexte où une partie de la jeunesse reste éloignée et désillusionnée de la politique, la force et le dynamisme de ces nouveaux jeunes militants attirés par ce rassemblement inédit.

Les Jeunes Verts avaient fait Europe Ecologie avant Europe Ecologie : à travers leurs rassemblements et coopérations diverses avec des groupements de jeunes écologistes ou au sein de collectifs comme Jeunesse sans OGM, ils avaient pressenti la nécessité d’approfondir les liens avec la société civile et de trouver une place pour chacun au sein de la vie politique. Après avoir mené une réflexion interne approfondie, ils ont saisi l’opportunité de transformer l’essai et se transformer afin d’intégrer pleinement tous ceux qui ont rejoint la pensée écologiste. Ils souhaitent inviter largement des jeunes venant d’ONGs, de syndicats étudiants et lycéens, d’autres mouvements de jeunesse ou tout simplement ayant un intérêt pour l’écologie politique à les rejoindre afin de former le mouvement de jeunesse de référence de l’écologie politique.

Ce mouvement de jeunesse respectera les valeurs de l’écologie politique : autonomie, solidarité, responsabilité, fédéralisme, respect des générations futures mais surtout des valeurs chères aux jeunes écologistes : la diversité, l’émancipation, le féminisme, la justice sociale et l’environnement. Il portera ces valeurs au travers de campagnes, d’actions, de publications… Le mouvement de jeunesse de l’écologie politique doit s’écrire en lettre majuscules. Militer joyeusement, travailler intelligemment, coopérer, en résumé, faire de la politique autrement doit être sa ligne de conduite. Il sera certes le pilier jeune du parti mais également une association de jeunes écologistes venus de tous les horizons.

Les injustices sociales et environnementales augmentent de jour en jour, les jeunes faisant partie des premiers touchés, notre responsabilité est encore plus grande : nous devons défendre l’égalité des droits pour les jeunes et trouver les propositions qui permettront de diminuer les inégalités entre tous au sein de notre société. Ancrés à gauche, nous chercherons à défendre l’écologie populaire et à nouer des liens avec les jeunes investis dans les mouvements sociaux, dans les universités, ainsi qu’avec les jeunes qui sont encore loin des cercles politiques. Pour cela, s’ouvrir et ne surtout pas centraliser nos idées et modes d’action est indispensable. Etre écologiste, cela signifie avant tout de savoir créer une atmosphère de solidarité et de responsabilité, le tout dans une ambiance sympathique : nos actions se veulent avant tout conviviales et moyens de communication festifs et décalés. »

Les Jeunes Verts appellent tous les jeunes de moins de 30 ans, voulant devenir acteur de l’écologie politique à signer cet appel afin de participer avec nous à la mutation des Jeunes Verts et à l’émergence du mouvement de jeunesse de l’écologie politique. Notre mouvement est en perpétuelle construction, venez donc nous aider à le rendre encore meilleur !

Toute signature donne droit à une voix pour les votes qui se tiendront lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire des Jeunes Verts le 29 janvier à Paris.

Ni nucléaire, ni répression policière !

Avec les jeunes écologistes, Prises de position

Communiqué de presse des Jeunes Verts relatif au procès des militants anti-nucléaires de Caen du 8 décembre 2010


Les Jeunes Verts apportent leur soutien aux militants antinucléaires du GANVA qui seront jugés demain mercredi àCaen.

Le 5 Novembre 2010, le « train de l’enfer » – le plus radioactif de l’histoire de France – était arrêté plus de 3H30 à Caen par des militants du GANVA (groupe d‘actions non-violentes antinucléaires). Les militants pacifistes s’étaient enchaînés au moyen de tubes métalliques passés sous les rails.

L’action était non-violente. Contrairement à la répression policière disproportionnée dont ont été victimes ses protagonistes. Trois militants ont été blessés (l’un a eu deux tendons de la main sectionnés, et les deux autres ont été brûlés et ont dû subir une greffe de peau).

 

Les sept activistes ont été mis en garde à vue, et ont fait l’objet d’un contrôle judiciaire. Ils ont du payer une caution de 16 500 euros. Mercredi 8 Décembre aura lieu à Caen l’un des plus important procès concernant une action de désobéissance civile contre le nucléaire.

 

Les Jeunes Verts soutiennent les militants et souhaitent une relaxe. Les militants du GANVA ont déjà trop payé la colère et la violence de notre Etat nucléaire. Les Jeunes Verts de Caen vous donnent d’ailleurs rendez-vous devant le TGI de Caen mercredi à 12h pour que ce procès soit également celui de la répression policière et celui du nucléaire.

 

Les Jeunes Verts

Taser Partout, Justice Nulle Part!

Avec les jeunes écologistes, Humeur, Prises de position, Social

On continue le massacre ?

Les Jeunes Verts apprennent avec effroi la mort cette nuit à Colombes (Hauts de Seine) d’un malien de 38 ans en situation irrégulière. Les forces de l’ « ordre » venaient de lui asséner deux décharges de Taser.

Déjà en 2008, les Jeunes Verts s’étaient insurgés contre la légalisation de son utilisation par les policiers municipaux, puis au mois de mai dernier, nous avions fermement condamné sa ré-autorisation par Brice Hortefeux, suite à l’annulation du texte par le Conseil d’Etat.

Par une ironie malsaine, tapper « taser » dans un moteur de recherche nous renvoie à la page officielle du fabriquant, avec en résumé la mention suivante « TASER – Sauve des vies chaque jour ». Jusqu’où ira l’hypocrisie? Le taser est une arme dangereuse dont l’utilisation, simple et rapide, a déjà entrainé de multiples bavures. C’est une arme qui ne respecte pas les droits et libertés des citoyens tout en les mettant en danger. Comme le montre le rapport d’Amnesty International de 2008 : entre 2001 et 2008, le taser a provoqué 334 décès aux Etats-Unis. Egalement, le comité contre la torture de l’ONU estime que l’utilisation du Taser constitue « une forme de torture » et « peut même provoquer la mort ». C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Conseil d’Etat avait interdit son utilisation en décembre 2008.

Les Jeunes Verts demandent solennellement au Ministre de l’Intérieur qu’il prenne des mesures pour interdire l’utilisation de cette arme par les forces de l’ordre. Comme pour le flashball, la propagande officielle du gouvernement nous garantissant l’innocuité de ces armes ne suffit pas à rassurer une population lucide sur le réel danger qu’elles représentent. L’actualité nous le rappelle parfois brutalement. Quand cessera l’hypocrisie relative à l’utilisation des tasers et des flashballs, et avec elle la multiplication des bavures mortelles?

Notons par ailleurs que cet épisode macabre est d’autant plus déshonorant pour la France qu’encore une fois, la victime fait partie des « cibles » traditionnelles du gouvernement: les plus vulnérables d’entre nous. L’épisode doit être replacé dans le contexte plus global de la politique sécuritaire et xénophobe engagée par Eric Besson et Brice Hortefeux dès leur prise de poste.C ondamnation par un tribunal pour injure raciale, chasse xénophobe aux roms et aux sans papiers, bavures… Le Ministre de l’Intérieur traîne à notre avis beaucoup trop de casseroles pour ne pas songer pas à démissionner!

Les Jeunes Verts

« La politique est-elle un métier? » by Cécile Duflot

Avec les jeunes écologistes

Jeudi soir, Cécile Duflot était à Sciences Po Lille pour une conférence organisée par « Europe Ecologie Sciences Po Lille » et qui posait une question importante: « la politique est-elle un métier? ».

Il faut avant tout préciser que sa présence relevait de la performance: elle arrivait tout droit de Wattrelos, où elle venait d’affronter par environ -12 degrés et sous la neige l’ascension d’un terril / friche reconvertie. D’un bon esprit à tout épreuve et ravigorée par le termos de vin chaud emporté par les soins de notre nouveau secrétaire régional Vincent D. (les recettes circulaient sur la liste du bureau régional depuis quelques jours, ça me faisait bien rigoler), elle est arrivée de bonne humeur. Congelée, oui, mais de bon humeur. Avec une salle comble prête à l’écouter, et un premier rang surmotivé!

Photo by Vivien Guihard
A ma droite et dans l’ordre: Vincent Dhélin (Secrétaire Régional d’EELV Nord-Pas-de-Calais), Pierre Mathiot, (Directeur de Sciences Po Lille), Marie Blandin (Sénatrice EELV du Nord Pas-de-Calais) et Lisa (Militante d’Europe Ecologie Sciences Po Lille)

 

Revenons en au sujet de la conférence: « la politique est-elle un métier ». Cécile a traité ce sujet sans démagogie, avec à son habitude beaucoup de sincérité et de naturel… Et sa manière d’aborder les choses me touche. Car avant d’être une « politicienne », Cécile est une femme, une mère, une militante, une citoyenne, et cela se sent. On n’a pas affaire à un « robot politique » qui débiterait les propos que l’on attends de lui. Elle parle avec une spontanéité rare en politique.  Quand un étudiant présent dans la salle l’interroge sur la rumeur selon laquelle elle n’aurait pas hésité, durant sa carrière, à « tuer des amis », elle réponds du tac-au-tac: « désactiver des casses-couilles n’est pas tuer ses amis ». Tout le monde ri. Et bien évidemment, ça finit sur twitter avec le hashtag #CaSeTwitte! Comme  lorsque à chaque fois qu’on lui pose une question tordue, elle s’en sort par la franchise et l’humour. Finalement, j’ai l’impression que plus la question est a priori difficile, plus l’exercice est facile pour elle. Et que c’est ses réponses aux questions dites « piège » qui la mettent le plus en valeur.

A la sortie, les étudiants ont l’air convaincus. Ils l’ont trouvée « sympa », « accessible », « naturelle ». Chacun repars avec sa capote « Fuck me I’m ecologist » en ce lendemain de Journée internationale de lutte contre le Sida, Cécile Duflot incluse. Encore une victoire d' »Europe Ecologie Sciences Po Lille *  » 🙂

Je profite de cet article pour faire un peu de publicité aux copains d' »Europe Ecologie Sciences Po Lille », qui font du super boulot. En seulement qq semaines, ils ont déjà fait des propositions à la direction pour une école HQE, mis en place une AMAP dans les locaux de Sciences Po, entamé un débat sur les Etats Généraux de l’Ecologie et de l’emploi, organisé une conf’ avec Cécile Duflot. Bref, pas mal pour des débutants 🙂 #FièreD’Eux 😉

Merci également à Vivien Guihard pour les photos de cet article. Vous ne le connaissez pas encore? C’est lui qui est toujours dans le coin, prêt à dégainer son appareil photo pour immortaliser les moments clefs pour l’écologie politique… Et même qu’il a un nouveau site, et que c’est par ici!