#JeVoteEva

Front National, Hénin-Beaumont, Présidentielle 2012

Ce soir à minuit, la campagne officielle pour le premier tour de la campagne présidentielle prendra fin, et ce billet est donc ma dernière chance pour vous convaincre d’aller voter Eva Joly…

Tractages mardi dernier sur le marché d’Hénin avec Eva Joly et Cécile Duflot, samedi dernier sur le marché de Carvin, et ce matin en gare de Libercourt puis à nouveau sur le marché d’Hénin: on ne pourra pas nous reprocher de ne pas avoir fait campagne!

Samedi dernier à Carvin

Ce matin sur le marché d’Hénin, plusieurs personnes sont venues me dire qu’elles avaient entendu qu’Eva avait gagné le procès que Marine Le Pen avait intenté contre elle pour diffamation. Et qu’ils avaient beaucoup aimé, dans son dernier meeting au cirque d’hiver à Paris, le passage qui, en réponse à Madame Le Pen et à ses partisans, clamait: « Nous sommes chez nous, nous les Français et les Françaises, métèques venus des quatre coins du monde pour faire la France, les Polaks, les Portos, les Ritals et les Espingouins, nous les Youpins, les Nègres, les Bougnoules, nous les Norvégiennes ménopausées ! « 

Sur ce, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un très bon vote dimanche et à vous dire « à lundi », pour partager nos réactions.

Mais avant, une dernière anecdote: j’étais ce soir à l’assemblée du Crédit Mutuel d’Hénin-Beaumont (une banque éthique, avec des sociétaires qui prennent ensemble les décisions, tout ça 😉 qui avait lieu à l’Escapade. J’y allais vraiment en dehors de toute démarche politique, je suis arrivée au dernier moment, me suis assise tout au fond pour ne pas me faire remarquer … Sauf qu’est venu le moment de la tombola (étaient mis en jeu 10 lots plus MAGNIFIQUES les uns que les autres). Et là… « le 1er lot, deux magnifiques cassolettes en porcelaine, sont attribuées àààààààààààà ……. MARINE TONDELIER ».

Question discrétion c’était loupé (en plus pour une fois que je gagne quelque chose!)

Bref, à la sortie, les gens se bousculaient pour voir ce que j’avais gagné car l’histoire des « cassolettes » avaient aiguisé leur curiosité… Et là un ami de mes grands parents m’a dit « moi je gagne jamais rien dans ces trucs là ». Et quand je lui ai expliqué qu’en vrai normalement moi non plus, il m’a répondu « et bien vous voyez, les bonnes surprises, ça arrive! »

Et bien oui, ça arrive. Et peut être que les écolos en auront une dimanche soir (sauf si beaucoup de gens font comme mon frère, qui m’a annoncé avec un grand sourire qu’il avait décidé de voter « Mon cul » parce qu’il en a toujours rêvé – je suis désespérée).

Après tout, Eva a fait une très bonne fin de campagne, et le meeting de mercredi à Paris était vraiment réussi, avec toute la famille de l’écologie réunie autour de notre candidate!

Photo prise à la fin du meeting de mercredi soir au Cirque d’hiver à Paris

Et maintenant que François Hollande semble hors de danger, l’injonction du vote utile se fait moins pressante. Alors vous aussi, dimanche, votez pour le VRAI changement. Votez pour la planète. Votez Eva Joly 🙂

Ne laissons pas Marine Le Pen transformer Hénin-Beaumont en une vitrine du FN

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012, Nord-PdCalais, Présidentielle 2012, Prises de position, Santé, Social

Tribune à retrouver également sur le site du nouvel observateur :

« Marine Le Pen parle à l’envi, dans le cadre de la campagne présidentielle, de son « fief d’Hénin-Beaumont« . Dimanche 15 avril, elle y tenait un grand meeting national, sept jours avant le premier tour. En tant que candidate aux législatives sur cette circonscription, je ne peux résister à l’exercice de passer en revue ce que Marine Le Pen apporte réellement à Hénin-Beaumont.

Une agitation non-constructive

Politiquement, il est compliqué de s’opposer à Marine Le Pen. La caricature est facile, le combat anti-raciste tourne aisément à la farce, donnant prise à l’idée de l’élite contre le peuple. Marine Le Pen opère une manipulation médiatique de la situation des Héninois(es) et les Beaumontois(es), en faisant passer les conséquences d’un abandon de la République et des représentants politiques pour ces territoires en vote d’adhésion pour le Front national. Mais quel est le projet du Front national pour Hénin, à part l’agitation non constructive ?

Parler projet avec le Front national est compliqué tant l’écart est important entre les mots et les actes. Mais comment ne pas trouver ridicule que Marine Le Pen, jouant sur l’indignation de la gauche morale, trolle (c’est le mot) au sujet de la viande halal quand le principal fournisseur de viande halal dans le Nord Pas-de-Calais est conseiller régional FN (il a démissionné depuis) ? Et comment ne pas trouver ridicules les tentatives de Marine Le Pen de s’autoproclamer « écologiste », histoire peut-être de se parer d’un peu de modernité, lorsque l’on compare ses déclarations à ses méthodes à Hénin-Beaumont ?

Marine le Pen est pour les énergies renouvelables de manière générale, elle l’a rappelé à plusieurs reprises lors de sa campagne, mais « contre » les éoliennes responsables de « pollution visuelle », ce sont ses termes. Vous me direz : elle n’est pas la première dans cette contradiction là. Oui, mais… la contradiction chez Marine Le Pen va plus loin ! La pollution visuelle est un combat historique de l’écologie politique : affichage sauvage, matraquage publicitaire, urbanisation sauvage, etc. Nous connaissons tout cela à Hénin-Beaumont. Mais chez nous, la principale source de pollution visuelle, c’est… le Front national lui-même !

Dans les rues d'Hénin-Beaumont début 2012, des affices pour Marine Le Pen (M. TONDELIER)

 Dans les rues d’Hénin-Beaumont début 2012, des affiches pour Marine Le Pen (M. TONDELIER)

L’affichage sauvage opéré en permanence par le Front national est d’une violence symbolique révoltante. L’ambiance est celle d’une chape de plomb posée sur la ville, et tout y passe : mobilier urbain, murs… Histoire de troubler en permanence la stabilité et la sérénité dont ont besoin les Héninois-e-s et les Beaumontois-e-s pour reconstruire ensemble leur ville, plutôt que d’être en permanence ramenés à la déstabilisation politique via un matraquage d’affiches de Marine le Pen.

Et c’est là tout le problème pour Hénin-Beaumont. Marine Le Pen n’a pas de projet politique pour cette ville et entretient le climat sinistré. Pour mettre en scène la France des perdants, la majorité invisible, Marine Le Pen est prête à refuser tout ce qui pourrait modifier un peu l’image de la ville.

La preuve que sa priorité n’est pas d’aider le territoire de manière stable, elle a démissionné de son mandat moins de deux ans après avoir été élue, privilégiant, a-t-elle expliqué, son mandat bruxellois, au nom de « l’efficacité politique ». Curieuse stratégie, lorsque l’on sait qu’elle figure parmiles parlementaires les moins assidus, et qu’elle n’a déposé, depuis 2004, aucun amendement dans la commission « emploi et affaires sociales » dont elle fait partie.

Un ancrage compliqué

L’ancrage local pour le Front national est compliqué : il se doit d’y entretenir une situation favorable à sa prolifération : un abandon, un mécontentement. Que se passerait-il si un projet politique était porté pour modifier les fondamentaux, et en premier lieu l’image de ce territoire sur lui-même ?

Hénin-Carvin regroupe 45% de plus d’ouvriers que la moyenne nationale. Des entreprises majeures y ont fermé, parmi lesquelles Samsonite, victime de « patrons voyous ». Le taux de chômage y est de 16% pour les employés et de 18% pour les ouvriers (en 2008 !). C’est aussi 8600 allocataires d’aides sociales, soit environ 7% de la population, parmi lesquels près de 24% dépendent de ces aides pour plus de 75% de leurs revenus !

Au niveau éducation, le retard scolaire constaté en 6e est de plus de 7 points supérieurs à la moyenne nationale en 2010-2011. Le taux de sortie du système scolaire sans diplôme est de 5 points supérieur à la moyenne nationale.

En termes de santé, l’offre de médecin spécialiste est de 7 points inférieur à la moyenne nationale, de 2 points pour les généralistes alors que le Pas-de-Calais est l’un des pires départements en ce qui concerne un certain nombre d’indicateurs de santé, avec comme zone rouge l’ex-bassin minier, avec des taux de surmortalité allant jusqu’à 67% à Hénin-Beaumont.

Surfer sur la misère

Voilà le terreau de Marine Le Pen, c’est quelque chose de connu. Mais il faut comprendre que le Front national ne s’investit nullement pour faire évoluer ce territoire, changer son image, augmenter à la fois les revenus mais aussi améliorer le cadre de vie, c’est-à-dire l’accès à la santé, à l’éducation et à des équipements, pour atteindre des niveaux comparables au reste du pays.

Marine Le Pen est un corbeau qui prospère sur les difficultés du territoire et la déstabilisation possible qui en découle. Car, pour le Front national, c’est évident : le plus rentable, électoralement parlant, est d’attiser la haine, de renforcer l’agitation et de surfer sur la misère.

En tant qu’habitante d’Hénin-Beaumont, je refuse cette instrumentalisation de ma ville. Car du fait de cette stratégie, le bassin minier se retrouve une fois encore enfermé dans le cliché d’un territoire sinistré, alors qu’il ne se résume pas à ces turpitudes politiciennes. Le bassin minier, c’est surtout une population jeune et dynamique, une immense solidarité, une convivialité réputée, une histoire riche et un patrimoine qui, demain peut-être, sera classé au patrimoine international de l’Unesco. Avec les habitants, je veux que nous retrouvions notre fierté d’être « d’ici ».

Alors que faire ?

Il faut d’abord retrouver une stabilité politique et économique localement. Cela passe par un engagement fort sur les thématiques d’emploi, de la réindustrialisation et de l’entreprise sociale de proximité. Ce n’est pas facile mais ce n’est pas impossible. Reconvertir le bassin minier en s’appuyant sur ses compétences pour dépolluer les sites abandonnés, et engager de plain-pied la reconversion dans l’économie verte : des solutions existent !

Mais il faut également s’engager prioritairement sur l’évolution de la qualité de vie sur le territoire, qui est un levier à la portée des élus. L’abandon de bâtiments, leurs mauvaises isolations, l’absence de projet de rénovation du bâti sont des sujets de l’écologie politique. Nous les porterons à Hénin-Beaumont.

Finalement, le défi de l’écologie à Hénin-Beaumont, c’est celui de la gauche populaire. Il faut revenir aux racines de la gauche. Aux gens, tous simplement. Et ouvrir de nouveaux horizons pour le territoire.

La campagne présidentielle étant bientôt terminée, j’espère avoir bientôt l’occasion de débattre de l’avenir du bassin minier avec Marine Le Pen, au-delà des effets de manche qui visent à tout, sauf à améliorer la vie des gens dans notre ville ! « 

Conférence de presse avec Eva et Cécile à Hénin-Beaumont

Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais, Présidentielle 2012

Mardi 10 avril, Cécile Duflot et Eva Joly étaient donc en visite à Hénin-Beaumont, déplacement raconté en photo dans l’article précédent . Je souhaitais revenir plus précisément, dans ce billet, sur la conférence de presse que nous avons organisée à l’occasion (et histoire de se réchauffer), au Chanzy.

Lors de mon intervention, en introduction, et pour « dresser le tableau local » si particulier, j’ai eu l’occasion de mettre plusieurs choses au point, que je vous propose de retracer ici, parce que tout de même, ça a son importance, et que ça résume assez bien ma posture par rapport à l’actualité rocambolesque. En voici une tentative de retranscription, même si « seul le prononcé fait foi ».

 » En tant que co-animatrice du groupe local « Europe Ecologie Bassin Minier », je voulais tout d’abord souhaiter la bienvenue à Cécile et à Eva, et à les remercier chaleureusement, ainsi que vous toutes et tous, d’avoir fait le déplacement.

En tant qu’habitante d’Hénin-Beaumont, vous vous en doutez, j’ai quelques précisions à apporter quant à l’actualité locale.

Concernant les « affaires » du PS, je n’ai pas vocation à me prononcer sur le fond de l’affaire tant que le PS n’a pas rendu les conclusions de son enquête interne, et tant que la justice ne s’est pas prononcée. Par contre, cela ne m’empêche pas d’être exaspérée par les conséquences que cela a eu et continue d’avoir sur ma ville.

Exemple le plus récent : l’ouvrage Rose Mafia, même si j’ai appris à accorder bien peu de crédit aux dires de son auteur, notre ancien maire révoqué,  Monsieur Dallongeville, a des conséquences locales attristantes: la parole politique est une nouvelle fois discréditée, le territoire à nouveau stigmatisé, et la perspective d’une sérénité retrouvée s’éloigne.

Je comprends le désarroi des militants politiques et des élus locaux qui, malgré leurs convictions sincères, se retrouvent mis en porte à faux.

Je comprends également la colère. Je la comprends d’autant plus que je la ressens aussi moi-même parfois, au fur et à mesure des épisodes du psychodrame politique local.

Cela vous choquera peut-être, mais je comprends même le vote FN. Je le comprends, mais je ne m’y résous pas.

Merci, Eva, de me donner l’occasion d’expliquer pourquoi je n’accepte pas que ma ville soit présentée comme le fief de Marine Le Pen (au point que des gens que je rencontre et qui ne sont pas d’ici, me demandent parfois de leur confirmer qu’elle est bien maire d’Hénin-Beaumont!)

Marine Le Pen est arrivée dans le secteur il y a quelques années, par pur opportunisme. Soit. Ca arrive, et il y en a d’autres. Mais la pire des impostures, c’est la stratégie de communication mise en oeuvre depuis. C’est en fait une double imposture.

1. Sur le fond: Madame Le Pen se fait passer pour « plus sociale que la gauche », et ce en totale opposition avec les positions qu’elle adopte au conseil régional ou au Parlement Européen, où elle n’a déposé aucun amendement depuis 2004, alors qu’elle est membre de la commission « Emploi et affaires sociales », au coeur des préoccupations qu’elle prétend défendre.

2. Sur la forme : elle a démissionné en février 2011 de son poste de conseillère municipale, au nom de « l’efficacité politique », préférant siéger au parlement européen où elle bat tous les records d’absentéisme. (en janvier 2012, elle était dernière député européenne française et 373ème sur 376, toutes nationalités confondues, en taux de présence). Dans le même temps, elle justifiait auprès de la presse sa démission du conseil municipal  par « l’efficacité politique »:  « Où suis-je la plus efficace pour mon pays, pour mon mouvement et pour ma ville ? » Manifestement pas à Bruxelles, vu son absence de travail là-bas.

Je m’arrête là car je ne veux pas passer la matinée à parler de Marine Le Pen, et que je pense que vous avez compris le mesage.

Mais laissez moi, avant de conclure, exprimer quelques messages, cette fois ci en tant que candidate sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais aux prochaines législatives.

Marine Le Pen n’est pas une fatalité, et je ne me résignerai pas. Mais je ne me présente pas à Hénin-Beaumont juste pour le duel « marine contre marine ». Je me présente sur cette circonscription car ici, c’est chez moi. Et parce que c’est ce territoire que j’ai envie de transformer. Mon expérience des campagnes précédentes que j’ai menées sur le territoire (Municipales de 2009, Régianales de 2010 puis cantonales de 2011) m’ont confirmées que le bassin minier est un territoire plein d’avenir. Ses habitants sont pleins de ressources.

Et j’ai la chance (en même temps je l’ai choisi) de défendre un programme à l’opposé de la rhétorique de repli frontiste. Car nos propositions écologistes répondent aux trois préoccupations majeures des habitants.

1. L’emploi, avec la création possible d’un million d’emplois verts en 5 ans

2. Le logement, avec un programme majeur de rénovation et d’isolation, créateur d’emplois non délocalisables, bon pour la planète, et bon pour le pouvoir d’achat grâce aux économies permises, en terme de chauffage notamment

3. La santé, surtout dans un territoire comme le bassin minier qui concentre 13% des sites les plus pollués de France, et où l’on enregistre des taux de surmortalité allant jusque 67%, record national

Finalement, le défi de l’écologie à Hénin Beaumont, c’est celui de la gauche populaire. Il faut revenir aux racines de la gauche. Aux gens, tous simplement. Et ouvrir de nouveaux horizons pour le territoire.

En conclusion, vous l’aurez compris, je considère qu’Hénin Beaumont mérite  des élu-e-s respectueux-ses de la confiance que leur porte les électeurs-trices. Plus largement, la 11ème circonscription mérite mieux que d’incessantes rumeurs de corruption et l’utilisation sans vergogne d’Hénin-Beaumont comme appartement témoin du projet frontiste.

Pour toutes ces raisons, je ne me présente pas à cette élection pour faire figuration, mais bel et bien avec l’intention de me donner les moyens d’être la candidate de gauche la mieux placée au soir du 1er tour. »

Photo de famille prise à l'issue de la conférence de presse, avec Eva, Cécile et les candidats locaux aux législatives (Sandrine Rousseau à Valenciennes, Slimane Tir à Roubaix, et Jean-François Caron à Lens)

Eva Joly et Cécile Duflot sur le marché d’Hénin-Beaumont – le récit en images!

Législative 2012, Présidentielle 2012

Mardi 10 avril, Eva Joly et Cécile Duflot sont venues à la rencontre des Héninois sur le marché, bravant une bonne « drache » comme on les aime. Retour en images sur la visite (et un grand merci à Christophe Blanquart pour les clichés!)

Bien avant l'arrivée de notre candidate à la présidentielle, les militants du secteur ont commencé à distribuer "l'écolo hebdo" aux passants, avec un accueil plutôt sympathique (Photo: Christophe Blanquart)

Bien sûr (et comme par hasard ;)), des militants FN étaient là, ce qui a bien sûr donné lieu à quelques débats animés. L'avantage, avec eux, c'est que leurs arguments ne tiennent pas très longtemps... Comme l'a d'ailleurs rappelé Eva Joly, Marine Le Pen est une "femme politique qui n'a pas de projet pour Hénin-Beaumont, elle s'en est servi comme un appartement vitrine mais en action concrète elle n'a rien fait". Ce dont les habitants d'Hénin ont besoin, c'est d'un "projet de société du vivre ensemble", le "seul projet d'avenir", celui de "reconversion écologique".



En attendant l'arrivée d'Eva Joly, les journalistes ont commencé par "prendre la température" sur le marché. Malgré la pluie, les "fidèles" étaient là. Dont un juke-box vivant, qui nous a refait tout le répertoire depuis les années 30, pour le plus grand bonheur du petit journal... (Photo de Christophe Blanquart, et vidéo à retrouver sur la page facebook de la Voix du Nord Hénin-Beaumont)

Il y avait des journalistes, beaucoup de journalistes! (et ils étaient dans les starting-blocks) L'équipe de l'édition héninoise de la Voix du Nord, jouant à domicile, avaient un avantage: ils étaient aux première loge, et à l'abris (voir la vidéo sur leur page facebook) (Photo de Christophe Blanquart)

Eva et Cécile sont arrivées, et c’est vrai que dans un premier temps, il était difficile de les approcher! (Photo: Christophe Blanquart)



Nous avons eu l'occasion de discuter avec les passants (et de les convaincre!), mais également avec les commerçants, qui nous ont fait part de leurs difficultés. Doublement des minimas sociaux et allègements de la pression fiscale sur les plus précaires: Eva Joly a su répondre à leurs préoccupations (Photos : Christophe Blanquart)

Les écolos, ça se prend pas la tête, alors quand le commençant a voulu sa photo avec Eva Joly, c'est Cécile Duflot elle même qui a pris les choses en main! (Photo de Christophe Blanquart)

Puis, histoire de se réchauffer, une conférence de presse a été organisée au Chanzy, qui a été l'occasion de discuter de la situation héninoise et de l'imposture de Marine Le Pen, avant de recharger les batteries (à chacun son carburant!) (Photos: Christophe Blanquart et Jordan Trombetta)


Enfin, nous avons partagé un repas, avec Eva, Cécile, leurs équipes et les militants locaux, à l'Atelier, restaurant qui a ouvert en novembre dans le centre d'Hénin et qui fonctionne du feu de dieu (normal, c'est très bon!) (Photo: Jordan Trombetta)

Pour plus de photos, vous pouvez consulter l’album photo dédié sur la page facebook de l’équipe locale de la Voix du nord , ou alors visionner les superbes photos de notre ami et photographe officiel de la campagne, Xavier Cantat, directement sur le Flickr d’Eva (je vous recommande la troisième!).

Un article arrive également, qui rend compte des prises de positions d’Eva et de moi-même, défendues à l’occasion de la conférence de presse.

Le SCOOP de la semaine à Hénin-Beaumont…

Législative 2012, Nord-PdCalais, Présidentielle 2012, Prises de position

Non vous n’aurez pas de détails cocasses sur mon week-end pascal palpitant…

Non, vous n’en saurez pas plus (que ce qu’en a rapporté la Voix du Nord) de l’occupation pacifique des locaux de la CAHC (communauté d’agglo Hénin-Carvin) vendredi en début d’après midi, pour protester contre l’abandon du moratoire sur l’expulsion des Rroms du parc des îles. Selon la police, des avancées significatives auraient été obtenues. Selon les syndicats: « ce-n’est-qu’undébut-continuonsle-COMBAT ».

Crédit photo: Pierre Rose (Collectif Fraternité Rroms Bassin Minier 62)

Non, je ne vous parlerai pas des portes ouvertes de la ferme municipale à Beaumont samedi matin, sous la flotte mais avec le sourire… Souvenirs d’enfance au rendez-vous, quand on allait passer la journée au relais nature avec l’école… Bref, c’était le quart d’heure émotion, mais vous n’en saurez pas plus!

Non, vous ne saurez RIEN du départ en retraite de Marie Claude Duchateau, militante verte historique d’Hénin-Beaumont, fêté dignement samedi après-midi à la salle des fêtes (nom de circonstance, donc), en présence de Marc Mitchell, le sosie local d’Eddie Mitchell… Où l’on a pu découvrir les talents chorégraphiques de la « duduche familly » et le sens aigu de la fête des héninois, et où on a bien sûr « fait tourner les serviettes », et révisé nos classiques, de la danse des canards à la queue leu leu. On a des vidéos, c’est compromettant, ça devrait bien se vendre sur E-bay 😉

Crédit photo: Christophe Blanquart

Vous n’aurez pas non droit au récit de la clôture du Jazz Festival d’Hénin-Beaumont, hier soir à l’Escapade, où l’atelier Jazz local a fait la première partie de la star internationale du jazz Henri Texier. Il y avait certes une (légère, légère) différence de niveau, mais tous ont été COPIEUSEMENT applaudis par une foule en délire. Et on notera que l’atelier jazz d’Hénin, au fur et à mesure des représentations, progresse (je peux témoigner vu que mon frère joue dedans et que du coup, par solidarité familiale, je vais aux pes-tacles, et qu’aussi il s’entraîne à la trompette dans la chambre à côté de la mienne le week-end mais ça c’est une autre histoire)

Mais même si je ne vous parle pas en détail de tout ça, vous constatez qu’il y a eu, ce week-end à Hénin-Beaumont, beaucoup d’ambiance. Et bien sachez que ça n’était que l’échauffement…

Car demain, mesdames et messieurs, sur le marché, les écolos mettent le paquet!

Eva Joly, notre candidate à la présidentielle qui a troqué depuis quelques jours les lunettes rouges pour un style plus Rock’n Roll (en mode « Steevie Wonder »), et Cécile Duflot, secrétaire nationale de la Secte EELV, seront sur le marché, dès 10h30, pour convaincre les héninois de changer d’air en votant vert!

Ils seront bien entourés, d’une vingtaine de militants sur-motivés, qui affronteront la pluie pour discuter avec tous les habitants qui le voudront bien (n’ayez pas peur, ils sont écolos mais ils sont sympas quand même) de comment notre programme est capable de créer 1 million d’emplois verts en 5 ans, tout ça.

Une conférence de presse aura lieu au Chanzy à 12h15, à laquelle vous êtes les bienvenus.

A demain, pour de nouvelles aventures !

L’écologie avec le sourire

Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012

Et la question du jour est: « Peut-on être très engagé et garder le sens de l’humour? »

Quand on est militant, on est souvent amenés à rire de nous même… Genre la fois dernière, dans un bar, je suis tombée la dessus sur la porte des WC, et j’avoue que ça m’a bien fait marrer…

20120401-184922.jpg

Mais parfois, la situation nécessite que l’on prenne un peu plus sur soi… Mise en situation!

Hier, l’association des anciens de sciences PO Lille faisait passer des oraux blancs aux étudiants volontaires de 4ème année.

Avec Julie – une copine rescapée comme moi de la Prep’Ena -, on s’est dit « allez on s’inscrit, c’est pour la bonne cause, pis être dans le même jury ça peut être sympa… »

En effet, c’était sympa, on a vu passer toute sorte d’étudiant, le choupi qui nous fait un exposé parfait et un entretien au top, l’étudiant qui oublie la moitié du sujet, la nana désinvolte, l’introverti…

Mais là où je me suis amusée, c’était dans les sujets! Parce que la section que je suivais lorsque j’étais étudiante là-bas, la section « administration publique », a été « verdie » depuis et qu’on a aujourd’hui l’occasion d’y étudier le développement soutenable… Ce qui se ressent bien sûr dans les sujets d’oraux!

J’ai donc eu la joie de voir des étudiants s’exprimer sur des sujets aussi magnifiques que « la révolution écologique » ou encore « Internet menace t’il nos libertés? »

Et bien quoi que vous en pensiez, je suis restée hyyyyyyper neutre, même quand une étudiante a expliqué que « de toute manière, le problème c’est que l’écologie politique ne convainc pas » et une autre que « le plus gros problème, en terme d’internet et de liberté, ce sont les pirates qui mettent en danger l’industrie » (lol) avant de répéter 15 fois le mot piratage en 10 minutes (manifestement elle était traumatisée).

Même que j’ai même pas crisé sauf intérieurement lorsque, sur le sujet « la publicité doit-elle forcément être mensongère », une étudiante m’a expliqué que oui la publicité mentait mais que c’était normal, « il faut bien vendre du rêve », et que « la seule publicité qui ne ment pas, c’est celle qui encense les produits du luxe, parce que ces produits là sont bien en vrai »… #gloups

Récompense à ma patience, le dernier étudiant, qui avait tiré le sujet « la culture est-elle une marchandise comme les autres? », a terminé son entretien (je lui avais demandé s’il trouvait la culture élitiste et s’il estimait que la problématique de l’égalité d’accès territoriale était importante en la matière) en me disant que des projets comme le Louvre-Lens sont extrêmement importants pour permettre l’accès de tous (bon il a pas dit « TOUTES et tous » mais faut pas trop en demander) à la culture, et que cela permettra aussi d’ailleurs aux gens des autres régions de venir découvrir ce maaaaaagnifique territoire qu’est le bassin minier! (un point de plus pour les lèches-culs).

Bon après, j’avoue qu’on s’est parfois fait un peu plaisir dans les questions… : « la sortie du nucléaire, à terme, ça vous paraît important? » , « est-il essentiel d’avoir lu la Princesse de Clèves pour être fonctionnaire? » « Quel nouveau statut pour les intermittents du spectacle? », « quels enjeux autour des logiciels libres? », ainsi de suite…)

Mais je me dis que de toute manière, ma copine Julie, celle qui vient d’adhérer chez Méluche après avoir trop souffert psychologiquement depuis la primaire socialiste, elle a un peu fait pareil (« Vous avez quand même surtout parlé d’écologie et pas beaucoup de révolution non »?)

Bref, la leçon dans tout ça, c’est que quand on est (très) militant, on est amenés à devoir être très zen à longueur de journée parce que
1. On se fait charrier
2. Plein de trucs nous étrangle, dans notre logiciel… (non, j’ai pas dit qu’on était susceptibles…)

Exemple: après les oraux, on a tous été manger en attendant le TGV retour des parisiens #TraditionnelWelsh(végétarien)3Brasseurs . Il y avait Thibaut et Romain, les représentants officiels de l’UMP dans ma classe de l’époque (mais maintenant ils ont arrêté, le mandat « trop social » de Sarko les a trop saoulés…) qui rigolaient des questions qu’ils avaient posé aux étudiants sur le halal et compagnie (d’ailleurs vous noterez que dans ces cas là, être végétarien vous évite d’avoir à répondre à des questions vaseuses…)

Ma copine Julie, toujours celle de chez Méluche, elle se faisait relancer sur la manif de la Bastille, « nous de toute façon, la Bastille, s’il faut la défendre, on m’a défendra jusqu’au bout! »

Mais bon, finalement, les repas en groupe au resto, qu’on soit engagé ou pas, ça demande toujours d’être patient non? Tenez, ça me fait penser au resto de ce midi avec mes grands parents à Noyelles Godault… Y’a ma grand mère qui m’a sorti au moment de commander les desserts que « de toute manière, les café gourmands, c’est de la fumisterie ». J’ai pas trop compris… Et mon grand père, en rentrant, qui m’a dit « je voterai pour toi aux législatives mais jte préviens, je vote « Marine » au second tour aussi » Là ça paraît gentil mais vu que je suis candidate à Henin-Beaumont, et que j’ai peu de chances d’y être, au second tour, en vrai, ça l’est un peu moins déjà 😉

Surtout que c’était pas un poisson d’avril… D’ailleurs à propos de poisson d’avril, la Julie elle m’en a fait un comique cette nuit en me foutant un autocollant du père Melanchon dans le dos… Ça m’a valu la sympathie de quelques mecs imbibés dans les rues lilloises 😉

Mais mon poisson d’avril à moi il était encore plus drôle, à l’instant, en rentrant et en annonçant à mon copain « Ptain, t’as vu y’a Marine Le Pen qui vient de faucher un champ d’OGM! »

Bon bref, je conclue… Oui, on peut être engagé et drôle 🙂

D’ailleurs, on a des spécialistes chez nous (comprendre « chez EELV ») : le Comité des langues de pute. Et je vous laisse découvrir leur « appel du 32 mars » spécial journées d’été 2012, ça décape!

Mais après j’avoue, tous les partis n’ont pas forcément le même sens de m’humour…

Le FN, par exemple, le nouveau jeu à la mode en ce moment à Hénin, ça doit pas forcément les faire beaucoup marrer…

20120401-200029.jpg

20120401-201310.jpg