Nouvelle majorité front national: un premier Conseil Municipal sous tension

Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Hénin-Beaumont, Mon travail d'élue, Municipales 2014, Prises de position

Le 30 mars 2014 à 10 heures a eu lieu le premier Conseil Municipal de la nouvelle majorité Front National d’Hénin-Beaumont…. Dans une ambiance très lourde.

10001499_10202784447545389_326502933_nOutre le nombre de caméras défiant toute concurrence (mais nous y avions été habitués pendant la campagne), c’est le dispositif policier déployé pour l’occasion qui nous a mis très mal à l’aise.

Le service d’ordre du FN filtrait d’ailleurs en personne les entrées dans la salle du Conseil Municipal, et les « opposants politiques », y compris le tête de liste UMP qui vous l’avouerez est loin d’être un hooligan – étaient raccompagnés à la sortie, comme Ambroise, jeune écolo, sur la photo ci-dessous.

Bj9b1OgIgAELRfw

Cela était par ailleurs mon premier conseil municipal, moi qui n’avait jamais été élue, aux côté de mes collègues de la liste « Agissons unis pour Hénin-Beaumont », qui eux découvraient l’opposition.

Républicains et donc respectant la décision des urnes de porter Steeve Briois sur le fauteuil du Maire, notre équipe a cependant refusé de prendre part au vote sur son élection et sur le vote de ses délégations.

Voici l’intervention que j’ai prononcée pour en expliquer les raisons et décrire notre état d’esprit pour le mandat à venir

Intervention en Conseil Municipal

Marine Tondelier

Le 30 mars 2014

Avec mes collègues de la liste « agissons unis pour Henin Beaumont », nous ne prendrons pas part à ce vote sur les délégations générales du maire.

Lui qui a toujours refusé d’appeler Monsieur Binaisse « Monsieur le maire » ne bénéficiera donc pas de nos 6 suffrages, même si nous prenons acte des résultats de dimanche dernier. Simplement, n’ayant pas pris part à son élection, nous restons ainsi cohérent.

Nous aimons notre ville et ne pouvons qu’espérer que vous serez à la hauteur de la tâche que 6006 électeurs et électrices ont souhaité vous confier. Car Henin-Beaumont le mérite.

Aussi avons nous été fortement déçus et inquiets en lisant le lendemain de votre élection dans la Voix du nord que de votre aveu même , « il vous faudrait au moins 3 mandats pour remettre Henin-Beaumont sur les rails ».

Quel affront pour nos collègues de la majorité sortante. Ceux-là même qui lors de leur élection ont hérité d’une ville endettée pour 123 ans.

Ceux là-même qui se sont corps et âme consacrés à son désendettement pour le ramener, en 2014, à 7 ans. Nettoyant en quelque sorte les écuries d’Augias laissées par le prédécesseur Gérard Dalongeville.

Eux ne se sont pas préoccupés de savoir combien de temps cela leur prendrait. Leur objectif était de faire au plus vite. Et cela s’est fait sous le feu permanent de vos critiques: cela n’allait pas assez vite, ni le désendettement, ni la baisse des impôts locaux. Vous aviez l’air d’être si convaincus que vous feriez tellement mieux…

Il vous aura fallu à peine 24 heures pour comprendre les contraintes qui étaient les leurs, vous qui à la troisième page de votre projet pour Hénin-Beaumont, écriviez pourtant  « chacun des projets que vous lirez ici a été chiffré pour être réalisé pendant le mandat et en parfaite articulation avec notre plan de baisse des impôts ».

Nous ne voterons pas pour vous dans quelques instants, mais il n’en demeure pas moins que nous attendons avec impatience de vous voir vous mettre au travail.

Ce grand tour de magie que vous annonciez dans votre programme et dans les différents débats auxquels vous avez participé pendant la campagne, nous attendons avec impatience de vous le voir réaliser.

Vous annoncez pèle mêle engager une baisse des impôts locaux car avoir trouvé je cite « un million d’euros à rendre aux habitants » mais tout de même baisser les dépenses de fonctionnement, investir 30 millions sur une mandature de 6 ans tout en désendettant la ville.

Nous avouons ne pas avoir bien compris l’astuce. Elle doit être sacrément subtile.

D’ailleurs votre déclaration annonçant que vous aurez finalement besoin de 3 mandats laisse-t’elle entendre que peut être vous non plus n’avez pas encore la solution bien en tête…

Bon courage dans tous les cas.

Même si nous ne croyons pas que vous arriverez à faire d’Henin-Beaumont un « Disney Land Front National » où tout serait plus rose, ou plus blanc, ou plus vert, choisissez votre couleur, que sous la mandature précédente.

Sachez en tout cas que nous comptons bien être présents à notre poste pendant les 6 ans qui viennent. Vigilants, exigeants, mais toujours constructifs.

Et surtout très attentifs à ceux qui seront en première ligne de vos politiques publiques. Artistes, associatifs, employés municipaux, demandeurs de logement social, etc. Nous ne vous laisserons pas en faire les boucs-émissaires de votre mandat. »

Election de Steeve Briois: la ville en état de choc

Autre

C’est peu de dire que la soirée de dimanche a été très dure, politiquement mais aussi émotionnellement, à Hénin-Beaumont. Surement l’une des plus difficiles de ma vie.

Il y a eu le dépouillement, interminable. Surtout dans ce fameux bureau de vote 6 à l’Ecole Pantigny, où j’étais déléguée de liste, et où faute de volontaires pour tenir les tables de dépouillement, les choses se sont éternisées.

Il y a eu ces résultats successifs, certains mauvais, certains très mauvais, certains meilleurs, flirtant autour des 50% pour le FN puis les dépassant pour ne jamais redescendre.

Il y a eu des larmes, contagieuses.

Il y a aussi eu les applaudissements dans la salle des fêtes pour saluer le travail de l’équipe sortante et cette campagne « Agissons unis pour Hénin-Beaumont » où nous avons tout donné.

_srC1YilR0RzJtgF5eCEntilvAuGE-nX60A7LRKpe0Y

Soirée électorale – Après la défaite – A la salle des fêtes d’Hénin-Beaumont / D.R.

Il y a eu le temps de la prise de conscience, ensemble, dans notre local de campagne. Abasourdis. Les yeux rougis par l’émotion encore palpable. Des prises de parole des uns et des autres pour se remonter le moral, envisager la suite. Des remerciements. Des débuts d’analyse. Des débuts de regrets. Et puis l’évidence: on a fait tout ce que l’on pouvait.

La gueule de bois fut sévère lundi matin. Et encore, nous commençons à peine à réaliser. C’est dimanche 30 mars qu’on le fera vraiment. Steeve Briois dans le fauteuil majoral. Et nous, dans l’opposition, aux côté de Gérard Dalongeville ou d’un de ses colistiers si – comme la rumeur l’annonce – ce dernier démissionne.

Nous sommes ébranlés par le résultat. Par la soirée éprouvante que nous avons vécue. Par la courte nuit que nous avons passée. Nous y voici donc. Une participation très élevée (64,59%), preuve que chaque camp a su mobiliser ses partisans. Et 50,26 % des suffrages exprimés pour le Front national. Rapporté au 12304 votants, cela signifie que les 0,26 points qui permettent à Steeve Briois de l’emporter dès le 1er tour correspondent à… 31,99 électeurs.

Un grand merci aux 3829 personnes qui ont voté pour notre liste. Les nouveaux élus d’opposition de notre liste, Eugène Binaisse, Marcel Germe, Sandrine Rogé, David Noël, Rose-Marie Slavério et moi-même (Eugène Binaisse et moi-même seront également élus à l’agglomération « Hénin-Carvin », les 9 autres sièges du conseil communautaire revenant au front national), nous devons de tout donner pendant ces 6 ans qui commencent.

Nous devrons être les porte-voix de tous ceux qui subiront en première ligne la nouvelle municipalité. De ceux qui nous appellent depuis ce lundi matin craignant des représailles. Artistes, associatifs, employés municipaux qui faisaient déjà l’objet de menaces de la part de leurs collègues frontistes. Avec les citoyens indignés d’Hénin-Beaumont, nous devons être des sentinelles, des lanceurs d’alerte. Des protecteurs de ceux qui en seront les premières victimes. Des personnes vers qui se tourner au cas où la mairie se mette, comme elle l’avait fait dans les autres villes qui furent frontistes, à nommer leurs copains aux postes de clef de manière ultra clientélisme en évinçant les réfractaires (le neveu de l’épouse de Bompard à la tête de l’office du tourisme d’Orange, l’épouse de Le Chevallier a été nommée à la tête du centre de loisirs de Toulon, des militants ou sympathisants du FN à la place des fonctionnaires mis au placard ou licenciés à Vitrolles). Où à censurer l’achat d’ouvrage par la médiathèque. Ou à empêcher certains spectacles. Ou à se montrer discriminants dans l’attribution de logements sociaux. Etc.

Nous serons là, et nous ne serons pas les seuls, car des messages que je reçois depuis dimanche soir, je comprends que les héninois et les héninoises sont nombreux à vouloir se mobiliser. Nous devons réfléchir à la forme que cela prendra. Mais c’est avec toutes ces bonnes volontés que nous devons, que nous voudrons travailler.

Aujourd’hui, le Front national prend possession d’une ville que l’équipe sortante a travaillé corps et âme à remettre sur pieds. Les écuries d’Augias laissées par Gérard Dalongeville, qui a accompli l’exploit d’être le premier maire de France à être révoqué par le conseil des Ministres pour mauvaise gestion, ont été nettoyées. La majorité sortante peut en être fière.

Une pilule difficile à avaler. Une opposition à construire. Et ça commence tout de suite !

Une réunion publique pour agir unis pour Hénin-Beaumont

Hénin-Beaumont, Municipales 2014

Ce soir avait lieu la réunion publique de notre liste « Agissons Unis pour Hénin-Beaumont », autour de notre tête de liste Eugène

J’ai eu l’occasion d’y défendre un maire honnête, intègre et travailleur… Dans une intervention que vous retrouverez ci-dessous.

image

Bonjour à toutes et à tous,

Aux copains élus sortants tout d’abord, qui viennent pendant 4 ans de nettoyer les écuries d’Augias que nous a laissé vous savez qui, qui n’ont pas ménagé leur temps ni leur peine et aujourd’hui nous laissent une ville remise à flot,

Aux copains de l’Alliance Républicaine ensuite, aux côté desquels nous faisons campagne depuis maintenant plusieurs mois, et que nous nous félicitons d’avoir rejoint car cela nous a permis de belles rencontres et que nous aimons l’équipe que nous formons,

Aux copains du comité de soutien d’Eugène Binaisse également, qui, nombreux, l’ont soutenu dès le début et l’ont appelé à se présenter à cette élection,

Aux copains écologistes, la composante de cette liste dont je fais partie, qui m’ont fait confiance pour être la première d’entre eux sur la liste « Agissons Unis pour Hénin-Beaumont »

Aux copains socialistes, avec qui nous avons longtemps rêvé de cette grande union de la gauche et qui y ont beaucoup oeuvré,

Aux copains communistes, qui nous ont rejoint certes in extremis mais surtout courageusement, et à qui nous souhaitons la bienvenue parmi nous,

Et enfin à vous, héninoises, beaumontoises, héninois et beaumontois, venus aujourd’hui nombreux apporter votre soutien à notre liste.

*

*      *

Sortant, Alliance Républicaine, Comité de soutien, Europe Ecologie Les Verts, Socialistes, et Communiste: aujourd’hui, vous le constatez, la gauche, et même plus que la gauche, a décidé d’agir unie à Hénin-Beaumont.

image

Et c’est un soulagement

Vous savez, moi je craignais le scénario suivant: j’avais conscience que notre ville, telle le paquebot Titanic fonçait sur l’iceberg de ces élections municipales. Et ma plus grande peur, c’était de voir les différentes composantes se battre à bord pour savoir qui serait celui qui tiendrait le gouvernail.

Mais nous avons fait la démonstration que la gauche d’Hénin-Beaumont sais se montrer responsable. Et mettre son intelligence collective en oeuvre pour redresser la barre, au service de notre commune et de son avenir.

*

*      *

Chez Europe Ecologie les Verts, nous avions lancé ce pari dès le mois de novembre dans la Voix du Nord. Et avons voulu être l’un des moteurs de ce rassemblement. Aujourd’hui, c’est mission accomplie. Et cette ville en avait bien besoin.

Car notre ville, sans dépenser un seul centime en communication c’est assez rare pour le mentionner, est devenue célèbre dans toute la France, malheureusement pour l’instant pour de bien mauvaises raison.

Tout cela par le beau travail d’équipe d’un duo de choc, un duo de choc composé de Gérard Dalongeville et de Steeve Briois.

*

*      *

Dans ce psychodrame bien ficelé, l’un a accompli l’exploit d’être le premier maire de France à être révoqué par le conseil des Ministres pour mauvaise gestion.

Il a même été condamné en première instance en 2013 à 4 ans de prison, dont 3 fermes, à 5 ans d’inéligibilité et à 50 000 euros d’amende pour « détournements de fonds publics, favoritisme, faux et usage de faux ». Oui oui, celui la même qui vient aujourd’hui des leçons de gestion à nos copains sortant. Des fois je vous jure, il faut avoir les nerfs bien accrochés…

L’autre veut se faire passer pour l’homme providentiel d’Hénin-Beaumont. Cela colle parfaitement avec la stratégie de son parti vautour, qui rode autour des villes en difficultés pour s’abbattre sur leur proie au moment le plus propice… Dans 15 jour l’espère-t’il. Vous ne me croyez pas? C’est très simple, regardez les stratégies mises en place par ce même parti par le passé. Et regardez la ville dans laquelle Florian Philippot, son jeune porte parole, a décidé de se présenter cette fois-ci: Forbach, en Lorraine, dans un ancien bassin minier et sidérurgique lui aussi en difficile reconversion.

*

*      *

Je vais vous faire une confidence. Je comprends la colère des électrices et des électeurs d’Hénin-Beaumont. Mais je sais aussi une chose. C’est que ni le vote Dalongeville, ni le vote front national, ne leur apportera pas une satisfaction durable.

Certains électeurs ici sont fâchés avec le système? Moi aussi. Avec le système mis en place par Gérard Dalongeville et qu’il continue d’actionner en ce moment même en refaisant tourner à plein régime la machine à promesses. Tout en se présentant lui même comme le « seul candidat qui dit non au système », comble de l’audace mais s’il y a bien d’une chose dont ce Monsieur ne manque pas c’est justement d’audace. Entre nous, s’il avait pu dire non au système quelques années plus tôt, nous n’en serions pas là…

Dalongeville, c’est LE système, le système qui a fait tant de mal à notre ville.

Alors face à cela le Front national s’est également toujours présenté comme LE parti anti-système. Mais nous à Hénin-Beaumont, savons qu’il n’en est rien.

Rappelez vous l’époque où le front national expliquait que la presse lui tournait le dos. Et regardez qui est le candidat qui passe son temps à leur faire la courre à Hénin-Beaumont.

Rappelez vous quel parti était soit disant sous estimé dans les sondages.

Aller voir sur le site du parlement européen quelle parlementaire européenne, celle-là même qui s’est faite élire à Hénin-Beaumont en promettant la main sur le coeur que jamais au grand jamais elle ne laisserait tomber les héninois, a fini par démissionner quelques mois plus tard pour conserver son mandat le plus lucratif, et, deuxième effet kiss cool, y salarie en tant que collaborateur parlementaire son compagnon Louis Alliot. Oui oui, celle-là même qui donne des leçons d’éthique et d’argent public à tous bouts de champs.

Et rappelez vous des législatives et de Madame la candidate anti-système, se promenant avec des 4 gardes du corps sur le marché, mobilisant tous les moyens humains et financiers de son parti sur une seule et même campagne « vitrine ».

*

*      *

Vous avez devant vous un candidat qui ne cumule pas. Qui n’est pas un homme d’appareil contrairement à d’autres. Qui n’en n’est pas à se servir d’Hénin-Beaumont pour lancer sa carrière politique. Qui n’a qu’une chose en tête: Hénin-Beaumont, ses habitantes et ses habitants, son avenir.

Qui est arrivé à la tête d’une ville endettées pour 123 ans et qui (ne vous inquiétez pas trop, ce chiffre fait peur), a ramené cet endettement à 7 ans.

Eugène Binaisse a fait ses preuves.

Gérard Dalongeville a fait strictement l’inverse: il a démontré son incapacité à gérer cette ville.

Le Front national, dans les villes qu’il a pu diriger par le passé, a également fait la démonstration qu’il n’avait pas de leçon de mauvaise gestion ni de clientélisme à recevoir de Gérard Dalongeville. Il se défendait aussi plutôt pas mal en la matière.

Eugène, tu n’as de leçons à recevoir ni de l’un, ni de l’autre!

Ni sur la gestion. Ni sur ton éthique. Ni sur la sécurité. Car permettez moi une petite parenthèse: quand on se proclame expert en sécurité et que l’on propose d’organiser des bourses d’armes dans la ville, c’est que l’on souffre d’un léger manque de cohérence.

*

*      *

Allez, assez parlé d’eux, parlons de nous!

Face aux mauvaises solutions que nos adversaire nous proposent, nous avons, ENSEMBLE, préparé un programme REALISTE mais AMBITIEUX pour la ville, dont notre tête de liste vous en dira plus dans un instant.

Et c’est ça la clef de ce rassemblement. Ce n’est pas un front républicain organisé à la va vite entre les deux tours, qui aurait pour conséquence de nous voir élus le 30 mars et de nous mettre d’accord le 1er avril (ça aurait le goût de blague), sur la manière dont nous comptons travailler ensemble.

Ici à Hénin, notre liste s’est crée des habitudes de travail depuis plusieurs mois. Ce programme qui va vous être présenté, il a bénéficié du cumul de nos projets, de nos envies, de nos expertises complémentaires et de nos bonnes idées.

Aujourd’hui cette liste qui se présente à vos suffrage, ce ne sont pas une addition de composante, mais une véritable équipe. Le carnet de campagne du début de cette réunion publique vous l’a prouvé. Et vous a aussi prouvé que notre grande famille préparait la relève avec des tracteurs qui ne voteront certes que dans 10 ans, mais qui savent déjà dans quel sens!

Parfois, on se dit que le plus dur commencera le lendemain de la campagne, si nous sommes élu-e-s. Je n’en doute pas une seule seconde. Mais je sais aussi que nous pourrons beaucoup. Et nous écologistes comptons bien mettre la main à la pâte comme nous l’avons fait tout au long de la campagne.

Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, nous a déjà fait savoir que nous pourrons compter sur lui. Eugène l’avais déjà fait venir ici d’ailleurs en tant qu’invité d’honneur des voeux en janvier 2013. Ce qu’il a fait à Loos-en-Gohelle, où le front national enregistre toujours ses scores les plus bas de la région et n’a même pas réussi à déposer sa liste cette fois-ci.

Démocratie participative, logements sociaux basse consommation dont les occupants ne paient pratiquement pas de charge, pistes cyclables, récupération de l’eau de pluie pour les usages municipaux, tout cela, c’est possible demain à Hénin-Beaumont.

*

*      *

Mais pour cela il faut gagner.

Le FN vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Ils ne le devraient pas

D’abord parce qu’on ne tue pas d’ours

Mais aussi parce que sondage ne leur sont pas favorables

Ils se basent sur score législatives? Ils risquent d’être déçus

Alors il me reste à vous remercier de votre confiance

Et à vous demander de faire un tonnerre d’applaudissements pour celui qui a accompli l’exploit de rassembler la gauche d’hénin-Beaumont

Pour celui qui sur le marché se présente comme le plus bel homme d’Hénin-Beaumont

Pour celui qui a tenu la barre et a éloigné Hénin-Beaumont de l’iceberg depuis 4 ans et continuera j’en suis convaincue de le faire pendant 6 ans

Pour celui qui malgré tout garde sa sérénité mais aussi son humour qui nous fait tant de bien au cours de cette campagne qui on doit le dire n’est pas de tout repos.

Pour un maire honnête, intègre et travailleur

Bref, un tonnerre d’applaudissements pour notre tête de liste

EUGENE BINAISSE