L’opposition n’a pas de proposition? Cas pratique sur les conseils de quartiers!

Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Mon travail d'élue, Prises de position

Ou le jour où le FN a préféré saborder des propositions dont il reconnaissait lui-même la veille qu’elles étaient bonnes et applicables en l’état sans coût pour la commune… juste pour nous punir d’on ne sait pas trop quoi…

« Ils ne font jamais de propositions, ils ne font jamais de propositions », clame le FN à longueur de semaine à propos de notre opposition municipale. « Feignéants », « ils ne travaillent pas », « bons à rien », « aucun projet », vous connaissez la chanson.

De notre côté, nous vous proposons un cas pratique pour comprendre que le problème ne vient pas forcément de nous, car le dernier Conseil municipal nous a offert un épisode assez symptomatique (raconté dans cet article de la Voix du Nord daté d’hier – cliquer sur le lien pour y accéder).

Après une commission de plus de deux heures la veille à 19 heures au cours de laquelle j’avais fait plusieurs amendements à la motion « Conseils de quartier » dont nous avons longuement discuté, j’avais réussi à convaincre le maire et son adjoint Christopher Sczcurek de l’intérêt de baisser l’âge limite pour faire partie des Conseils de quartier à 16 ans (à 16 ans aussi on a un avis à donner sur là où on vit), sur la nécessité d’inclure un critère de parité (sinon le tirage au sort parmi plus de candidats hommes que femmes aboutira à une assemblée déséquilibrée), et sur le fait, puisque les élus (sauf le maire et son adjoint, voyez la subtilité) étaient interdits de Conseils de quartier, d’en exclure aussi les candidats aux élections.

J’avais d’autres idées (notamment le fait de faire présider ces conseils par l’un des habitants et non par le maire, et de les ouvrir aux personnes qui travaillent dans le quartier et qui y passent souvent plus de temps que les habitants qui travaillent ailleurs), dont ils ont fini par dire « on en reparlera ».

Le lendemain en Conseil, Steeve Briois a donc présenté mes 3 amendements « présélectionnés » et ayant fait consensus en commission. Le débat était serein, tout se passait bien (pour une fois). Et puis quand mon collègue Communiste David Noël a voulu poser une autre question (en soulignant que le FN lorsqu’il était dans l’opposition siégeait dans les Conseils de quartier et que dans leur nouveau dispositif leur propre opposition n’en aurait pas le droit), ils sont devenus très agressifs en disant que c’était des méthodes scandaleuses de poser des questions en séance quand on en avait déjà parlé en commission (ah bon?).

Alors j’ai pris la parole pour présenter mes idées (le maire les avait présentées pour moi à ce stade, car le délai d’amendement étant clos avant même la commission il était le seul à pouvoir le faire officiellement sous forme d’amendements), et là, rebelote, au moment où je suis passée aux deux idées « non retenues » la veille en commission, mais que j’avais tout de même le droit de porter au débat, Bruno Bilde est sorti de ses gonds de manière totalement disproportionnée. « Scandaleux », « Méthodes douteuses », « Mauvaise foi », etc

Il a fini par exiger, « en tant que président de groupe » et mettant ses collègues devant le fait accompli, le retrait unilatéral de tous les amendements et le vote de la motion en l’état « en tant que l’état ». Briois y a procédé en urgence sans que nous ne puissions répondre. Dans une telle précipitation que je ne sais même pas s’il a compté que nous votions pour, contre ou que nous ne votions pas.

Il fallait me punir de mon audace d’avoir présenter une idée qu’ils n’avaient pas retenu. Tant pis pour les 16-18 ans. Tant pis pour les femmes. Tant pis pour la démocratie.

Car ces amendements n’étaient pas faits pour me faire plaisir à moi. Ils étaient le fruit de propositions constructives, qui s’appuient sur ce qui marche bien ailleurs de l’avis de tous (à Béthune en l’occurence). Et les mêmes élus avaient reconnu la veille en commission que c’était de bonnes idées.

Morale de l’histoire: le FN est prêt à saborder une idée dont il reconnait lui même qu’elle est bonne et applicable en l’état sans coût pour la commune… juste pour vous punir d’on ne sait pas trop quoi.

#MaVilleAvance comme ils disent

L’esprit de Noël à la sauce frontiste. Bienvenue à Hénin-Beaumont!

Autre
Pétition pour « soutenir son action dans la défense de nos traditions de Noël », « Magie de Noël » mise à toutes les sauces dans ses discours: autoproclamé spécialiste de l’esprit de Noël, Steeve Briois, depuis l’affaire de l’installation illégale de sa crèche de Noël dans le hall de la mairie, en fait des tonnes.
Mais la « magie de Noël », ici, a deux visages.
Le premier visage, magique et féérique, à base d’illuminations qui parent la façade rénovée de l’hôtel de ville, de concert de Noël de l’école de musique et de spectacle son et lumière offert à la population.
Le second visage, celui d’un maire qui n’hésite pas à livrer en pâture celles et ceux qui le dérangent pour tenter de les faire craquer et dissuader celles et ceux à qui pourrait venir l’envie de faire de même. Le visage qui, sur fond d’incitation à la haine, nous rappelle que le FN reste le FN, même dédiabolisé.
La lecture de la publication que Steeve Briois a diffusée à mon sujet hier soir sur sa page Facebook ainsi que celle de la ville, et la panoplie d’injure qui l’accompagne montre que la « magie de Noël » est décidément à géométrie variable, dans les villes Front national.
En mode Docteur Jekyll et Mister Hyde.
Publication FB Briois
25975380_403441996754151_752903998_ninsulte site briois25975378_403442020087482_1261178584_n25991226_403442030087481_648823030_o25674415_403805883384429_678579982_n

 

Noël, c’est vrai, c’est un état d’esprit. Une attitude. Qui ne se rachète pas à coup de crèches de Noël.
Ce n’est pas la première fois que Steeve Briois utilise cette photo volée et volontairement dégradante pour me nuire. Ce n’est pas la première fois qu’il utilise des publications sponsorisées de la page Facebook de la ville pour me livrer à ses hordes de supporters particulièrement agressifs.
Il ne faudra pas qu’il se plaigne le jour où ces agissement le conduiront à nouveau devant un juge.
Ce dont il veut me punir? D’avoir attaqué en justice la Charte « ma commune sans migrants » qu’il a faite adopter au Conseil municipal en 2015. Texte abjecte. Motion politicienne. Charte adoptée dans une ambiance particulièrement violente (dans le public, un militant exalté s’était même s’exclamait même qu’il fallait « un couteau pour me faire taire »). J’ai attaqué ce texte en justice à mes frais comme cela a d’ailleurs été fait dans toutes les villes où il a été adopté, et ne regrette absolument pas de l’avoir fait. Il vient un moment où il est de notre responsabilité d’élus républicains de combattre par tous les moyens ce genre de dispositif dangereux pour notre cohésion nationale.
Ce texte était là pour semer le trouble, pour diviser, pour faire peur. Vu l’excitation générale dans les commentaires facebook dès qu’on l’adopte, c’est manifestement réussi. A quel prix?
Je tiens à préciser que contrairement à ce qu’indique Steeve Briois, je n’ai perdu aucun procès: le procès n’a pas eu lieu, pour une raison que je n’ai toujours pas bien comprise (les juriste avec qui j’ai pris contact pensent tous à une erreur de greffe): l’affaire a été « triée », c’est à dire que le dossier ne sera pas instruit, car la justice m’ayant demandé d’envoyer « en version papier » le contenu de la clef USB qui accompagnait l’un de mes mémoires. Or cette clef USB contenait … une vidéo (alors j’avoue, imprimer une vidéo en version papier, je n’ai pas réussi à le faire, mais je ne pense pas que cela fasse de moi une « incompétente » comme le dit le Maire).
Article VDN.png
Si Steeve Briois, comme il l’indique, veut éviter les frais de justice, il peut surtout arrêter ce genre de provocation (crèche de noël illégale en mairie, abattage de tilleuls centenaires, arrêté anti-mendicité, harcèlement de l’opposition).

Concours de la plus belle crèche de Noël: la contribution écolo!

Autre

Je me suis dit qu’il fallait vraiment que je participe à ce concours de crèche de Noël organisé par le maire d’Hénin-Beaumont…

Règlement concours crèche.jpeg

 

Alors je me suis lancée!

 

Mail participation concours.jpeg

J’espère que je vais gagner pour pouvoir dédier le prix à David Noël

(mon collègue d’opposition communiste auteur du recours contre la crèche de Noël installée illégalement par le maire dans le hall de l’hôtel de ville.

 

Concours crèche 1Concours crèche 2

Conseil municipal ce jeudi 21 décembre … à 9 heures!

Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Autre, Mon travail d'élue
Un Conseil Municipal a donc été convoqué pour le jeudi 21 décembre à 9heures du matin, nous l’avons appris hier.
 
L’horaire n’est pas pratique mais nous ferons en sorte, avec mes collègues, d’être au maximum présent malgré nos contraintes professionnelles (on sent que les élus de la majorités sont peu nombreux à en avoir).
 
Dans un esprit collaboratif, vous trouverez ci-dessous l’ordre du jour du Conseil Municipal en question. N’hésitez pas à me contacter pour toute remarque et à me poser vos questions.
Nous sommes aussi là pour être vos relais et vos porte-voix!

Unknown.jpegWhatsApp Image 2017-12-17 at 12.40.23.jpeg

Les petits numéros de pipeau de Steeve Briois, épisode 3: oui aux traditions, non à la provocation! #CrècheDeNoël

A Hénin-Beaumont, Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Front National, Hénin-Beaumont, Mon travail d'élue, On en parle... dans les médias, Prises de position, Sur le terrain

Les juges, la Voix du Nord, les élus d’opposition: Steeve Briois aime se lamenter en expliquant que la terre entière s’est liguée contre lui.

C’est ce qu’il geignait déjà quand son arrêté anti-mendicité a été invalidé en 2014. Couplet qu’il rediffusera en boucle quelques mois plus tard, quand le même tribunal suspendra en urgence sa décision d’abattre 40 tilleuls centenaires rue Berlioz.

Mais il y a une question (qui est pourtant la réponse à toutes les autres) que ne (se) pose jamais Steeve Briois…

Et si le problème c’était lui et sa politique?

L’actualité récente nous en offre un nouvel exemple: Steeve Briois n’assume jamais ses responsabilités ni ses erreurs. Non, il s’est fabriqué une réponse sur-mesure, pratique et passe partout : c’est TOUJOURS de la faute des autres.

La Cour Administrative d’appel de Douai a ainsi réaffirmé la semaine dernière la décision prise en l’an passé par le Tribunal administratif de Lille, et confirmé qu’il était illégal pour Steeve Briois d’installer une crèche dans le hall de la mairie d’Hénin-Beaumont.

Le juge n’a pas ici donné son avis. N’a pas tranché selon son humeur du jour. Mais a rappelé, et ça tombe bien parce que c’est justement son rôle, la loi. Loi qui s’applique à tout le monde. Y compris, ne lui en déplaise, au Maire d’Hénin-Beaumont.

Depuis, Steeve Briois ne décolère pas.

Lui, en tort? « Impossible ». C’est forcément de la faute de TOUS les autres, rage le maire dans un communiqué incendiaire:

« Cette décision scandaleuse viole toutes les traditions de notre pays et confirme la dérive des juridictions administratives qui interdisent les crèches de Noël l’hiver mais autorisent le burkini l’été. Il est particulièrement inquiétant de voir la justice et certains élus avoir pour priorité la destruction de la magie de Noël plutôt que la lutte contre l’insécurité, l’immigration illégale et le chômage« .

Tout en nuances, comme d’habitude…

Mon collègue élu communiste d’opposition David Noël, à l’initiative de cette démarche en justice, est donc livré en pature sur les réseaux sociaux, le contraignant à saisir le procureur de la République suite à la déferlante d’insultes et de menaces de mort dont il a fait l’objet sur la page facebook du maire.

Mais les juges aussi en prennent pour leur grade : « Jugement absurde, invraisemblable, abracabrantesque » écrit Briois dans l’édito du journal municipal. « Décision scandaleuse qui viole toutes les traditions de notre pays et confirme la dérive des juridictions administratives » poursuit-il, sans sourciller, la page suivante, en introduction d’une pétition que vous pouvez signer pour dire, je cite: « je soutiens l’action de Steeve Briois et de la majorité municipale dans la défense de nos traditions » (ceci n’est pas une blague).

« Nos traditions » écrit-il.

NOS TRA-DI-TIONS.

La réthorique est huilée, habilement. Les wagons de la propagande d’enchaînent, prestement. Les faits sont déformés, allègrement.

C’est mignon les traditions. Et ceux qui sont contre sont forcément des cons: signez ma pétition!

Hier soir encore, à l’occasion de la Sainte-Barbe (Sainte-patronne des mineurs qui occupe une place centrale dans la mémoire de notre territoire et est célébrée chaque 4 décembre dans tout le bassin minier), Steeve Briois a délivré un vibrant plaidoyer (ce qui suit est vraiment extrait du discours qu’il a tenu) :

« J’ai à coeur de faire vivre l’ensemble de nos traditions. Elles fondent notre pensée. Notre façon de vivre et notre héritage commun. Surtout, elles nous font aimer la France. Et nous rendent ce sentiment irremplaçable qu’est notre fierté d’appartenir au peuple français. Ce soir, quand je vous vois aussi nombreux dans les salons d’honneur, je me dis que nos traditions ont de beaux jours devant elles et de merveilleux défenseurs. Car oui, aujourd’hui malheureusement, nos traditions sont menacées et nous devons les protéger. Vous connaissez déjà l’incroyable histoire de notre crèche de Noël. Des juges n’avaient visiblement rien d’autre à faire de plus important à traiter ce jour là que celui d’interdire notre crèche municipale. Et parce que je ne veux pas me résigner à voir jours après jours notre mode de vie s’effacer, j’ai lancé le concours de la plus belle crèche de Noël d’Hénin-Beaumont que j’assume pleinement. Vous êtes très nombreux à y participer et je vous invite à y participer encore plus massivement. Revenons cependant à Sainte-Barbe que nous honorons ce soir, et qui nous rassemble. Comme vous le savez, Sainte-Barbe est la patronne des professions du feu. Elle protège les hommes qui ont fait la richesse de notre région: les mineurs auxquels nous pensons bien évidemment, les pompiers mais aussi les métallos. D’ailleurs, demain, ceux qui veulent tout interdire iront-ils jusqu’à demande l’interdiction de célébrer Sainte-Barbe? En effet, cette jeune chrétienne est morte en martyre, pour ne pas avoir voulu sacrifier sa foi. Sommée de renier sa chrétienté, elle préfèrera la torture par la brulure et l’exécution au reniement qui lui était demandé. Cela doit en déranger certains, alors comme elle, défendons avec ferveur nos idéaux et notre civilisation avant qu’il ne soit trop tard. Ce soir plus que jamais, vive nos traditions, vive Sainte-Barbe, et Vive la France. »

Jeanne, au secours, il est devenu fou !

Steeve Briois nous a donc tranquillement expliqué dans son discours sans demi-mesure d’hier soir qu’organiser un concours de crèche de Noël à Hénin-Beaumont, c’est un peu comme « mourir en martyre, pour ne pas avoir voulu sacrifier sa foi ». Pour le paraphraser, toujours, c’est un peu comme si Steeve Briois était « sommé de renier sa chrétienté », mais préférait « la torture par la brulure et l’exécution au reniement qui lui était demandé ».

Un jour, peut-être, même, il sera canonisé. Pour avoir été le sauveur de la tra-di-tion !

La réalité est tout de même un peu plus complexe…

Parce qu’à Hénin-Beaumont, en fait, depuis l’arrivée de Steeve Briois à la mairie, tradition rime avec provocation.

De crèche il n’y a jamais eu en mairie. Ni avant l’élection de Steeve Briois en 2014, ni même en décembre 2014, lors de son premier Noël en mairie.. Cette fantastique idée arrive en 2015.

Pourquoi? Parce que l’Association des Maires de France publie au mois de Novembre de cette année là un « guide de bonnes pratiques laïques », qui préconise notamment de ne PAS installer de crèche dans les mairies.

Vous connaissez la suite: c’est bien évidemment l’année que choisis Steeve Briois, le coquin, pour la faire, sa crèche. Pour la première fois. Le goût du défi sans doute. Ou alors son côté rebelle. Parions que sans cette polémique cette idée ne lui serait jamais montée au cerveau…

Il ne défendait donc pas, en installant une crèche dans la mairie, une quelconque tradition locale. Il cherchait seulement à provoquer, à tester les limites, à attirer l’attention. Et aujourd’hui la justice l’a désavoué pour la seconde fois sur le même dossier.

Cela serait risible si toute cette mascarade ne coûtait pas d’argent aux habitants qui financent avec leurs impôts les provocations de Steeve Briois et ses bras de fer perdus d’avance avec la justice.

Tout comme la mairie récemment rénovée serait belle à admirer, si l’équipe municipale, pour le troisième hiver consécutif, ne nous obligeait pas à la subir en bleu marine.

Surement pour la même raison d’ailleurs qui a poussé hier soir Christopher Szurek, très fier de son petit effet, à conclure la cérémonie de la Sainte-Barbe par la marseillaise car « la Sainte-Barbe est aussi une fête patriotique ». Ah bon ? Jamais vu ça avait à hénin-Beaumont, la marseillaise pour commémorer la Sainte-Barbe… Là encore, surement une nouvelle tradition sauce frontiste.

WhatsApp Image 2017-12-04 at 22.40.38.jpeg

Alors permettez-moi de remettre les choses dans le bon ordre pour remédier 5 minutes à toute cette désinformation :

  • Non, les éclairages de Noëll bleu marine, la marseillaire à la Sainte-Barbe et les crèches de Noël DANS la mairie ne sont pas des traditions ni française, ni héninoises, ni beaumontoises, mais une volonté de Steeve Briois de tout mélanger : religion et idéologie.
  • Non, l’opposition n’est pas contre les crèches de Noël ni contre aucune religion ou absence de religion d’ailleurs: elle est contre le mélange des genres malsain auquel Steeve Briois se livre régulièrement.
  • Non, nous ne sommes pas contre les crèches chez vous, sur les marches de l’Eglise ou même au marché de Noêl, mais nous refusons que le maire fasse de la politique avec la religion, ce qui est particulièrement irrespectueux et pour les croyants, et pour les non-croyants, et pour les habitants
  • Non, nous ne demandons pas non plus la fin de la Sainte-Barbe à laquelle nous étions d’ailleurs hier, comme chaque année, plusieurs à participer. Je vous en ai même fait une petite vidéo ici:

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fmarine.tondelier%2Fvideos%2F10155780680816280%2F&show_text=0&width=560

Pour finir et parce que l’avantage avec Steeve Briois c’est qu’on n’a jamais fini de se marrer, je vous propose une petite pépite…

Un coup de sang publié sur son blog il y a pile 9 ans, le 5 décembre 2008, alors qu’il était élu d’opposition. Nous étions justement le lendemain d’une cérémonie de la Sainte-Barbe qu’il n’avait manifestement pas digérée… Ce texte a été publié sur son blog à lui, il y a pile 9 ans, le 5 décembre 2008, alors qu’il était encore élu d’opposition.

Monsieur tradition, le lendemain de la cérémonie de la Sainte-Barbe qu’il n’avait manifestement pas digérée, est excédé, et vitupère:

  • « Notre Père sauce maçonnique »,
  • « messe bolcho-tiers mondiste, politicienne et de parti pris »
  • « avec un curé qui se moque littéralement de la liturgie, au point de lire un texte qui était un Pater Noster  trafiqué »
  • « souillé dans une nasse bien pensante et catholicide »
  • « On se demandera pourquoi les classes populaires ont elles aussi déserté les églises. Vous avez la réponse : une foi molle,  un rite bafoué qui a tout perdu de son caractère solennel »
  • « du bricolage avec les traditions protestantes et évangélistes »
  • « Et pas la peine d’aller s’en plaindre aux évêchés, ils en sont déjà à Vatican 10… ».

Amen !

(si vous ne me croyiez pas le tout est ici, encore en ligne sur son ancien blog).

La lecture de ces morceaux choisis soulignent l’hypocrisie de sa soudaine transformation en héraut, au nom de la tradition catholique, des Crèches de Noël et la Sainte-Barbe.

Un vrai miracle, finalement, qu’il soit devenu en quelques années seulement un thuriféraire de la défense des traditions chrétiennes (laissez-moi rire).

Je concluerai donc simplement, et je suis sure qu’il ne m’en voudra pas, en lui empruntant quelques mots extraits de son fameux article de blog du 5 décembre 2008 « un tel mépris des fidèles et de la tradition me donne juste envie de gerber ».

Joyeuses fêtes de fin d’année tout le monde 🙂 Et merci aux employés municipaux et bénévoles qui ont fait le succès de la cérémonie de la Sainte-Barbe d’hier soir!

Hénin-Beaumont: Remise officielle du 11ème prix « d’Humour de Résistance » ce vendredi (et c’est même pas une blague).

A Hénin-Beaumont, Sur le terrain

Chers ami-e-s,

Vous vous rappelez de Claire Audhuy? Comme je vous l’avais raconté ici il y a quelques mois, cette artiste était en résidence sur le territoire l’année dernière. Elle a notamment monté avec des collégiens une pièce « Bienvenue à Hénin-Beaumont » dans laquelle échangent, jouant leur propre rôle, des élève de 3ème « du cru » et une classe de primo-arrivants du même âge.

Sa spécialité? Le théâtre de l’extrême.

Elle a notamment beaucoup travaillé sur la question des réfugiés, de l’errance mais aussi  sur le théâtre dans les camps de concentration, et est l’auteure de pièces de théâtre documentaires qui interrogent notre monde et donnent la parole à ceux que l’on entend pas.

Nous sommes très heureux de la retrouver ce vendredi 8 décembre à Hénin-Beaumont pour le « Prix d’Humour de Résistance #11 » qui sera décerné, à titre posthume, à Hanus Hachenburg (1929-1944) pour sa pièce « On a besoin d’un fantôme » écrite en 1943 dans le camp de concentration de Terezin.

0-2

C’est avec son conjoint Baptiste Cogiter qu’elle va recevoir ce prix pour leur travail de recherches, d’édition et de création autour de cette oeuvre singulière.

Ils nous donnent rendez-vous vendredi 8 décembre à 18H30 au collège Gérard Philipe d’Hénin-Beaumont où la pièce pour marionnettes d’Hanus sera jouée par la Compagnie Rodéo d’âme.

C’est gratuit. Il suffit de se signaler par téléphone au 0665557530!

Le jour même, au collège Gérard Philipe, aura une journée d’éducation à la laïcité à laquelle je vous êtes également conviés. Ce sera l’occasion d’échanger avec Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la Laïcité, Jean-Paul Delahaye, président du CNAL (Comité National d’Action Laïque) et Claire Audhuy. Le programme de la journée et la marche à suivre pour s’inscrire sont ICI.

A vendredi!

0-1.jpeg