BMFTV : 📢 Parlons chasse et accès à la nature du reste de la population

Environnement, Présidentielles 2022

🙏 Une battue aux sangliers a causé hier la mort d’une jeune fille de 25 ans qui était en train de randonner. Nous adressons toutes nos pensées à ses proches. La chasse a fait plus de 400 victimes humaines en 20 ans.

J’intervenais ce matin sur BFMTV à ce sujet et j’ai pu rappeler que

▶️ Plus de 3/4 des français ont déjà éprouvé un sentiment d’insécurité en se promenant dans la nature en période de chasse.

▶️ Le nombre de chasseurs décroit. Ils représentent aujourd’hui 1,5% de la population. 1,5% qui empêche 98,5% d’accéder sereinement à la nature

▶️ 82% de la population est favorable à la proposition de Yannick Jadot d’interdire la chasse les week-end et jours feriés.

Rappelons que beaucoup de chasseurs se comportent comme des pompiers pyromanes en matière de « régulation », l’argument souvent mis en avant pour légitimer la chassr (sauf Willy Shraen qui dit officiellement « s’en foutre de la régulation et chasser pour le plaisir de tuer ») :

👉 20 millions d’animaux/an élevés pour être lachés et tirés à vue en France

👉 Sangliers nourris artificiellement par mes chasseurs pour qu’ils prolifèrent… et expliquer ensuite qu’il est indispensable de les chasser pour les « réguler » – en sachant que la chasse aux sangliers est l’une des plus meurtrière en France.

Bref, il y a une escroquerie française sur le sujet. Il faut la dénoncer.

Et dénoncer aussi le fait que le lobby de la chasse ait table ouverte à l’Elysée quand les associations de protection de la biodiversité n’ont été reçues qu’une fois pendant le mandat.

#Jadot2022#Changeons

VIDÉO : https://www.facebook.com/640421279/videos/2453852634752111/

PROJET PARCOLOG – Réaction à la publication du rapport du Commissaire enquêteur

A Hénin-Beaumont, A l'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC), Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Economie, Environnement, Hénin-Beaumont, Mon travail d'élue, Prises de position, Sur le terrain

Les deux rapports du Commissaire enquêteur sur le projet d’entrepôts logistiques PARCOLOG (demande d’autorisation d’exploiter et demande de permis de construire) ont été publiés sur le site de la préfecture du Pas-de-Calais.

Malgré la forte mobilisation des riverains et des écologistes du secteur, cet avis est favorable, mais il est assorti de nombreuses réserves (sept, ce qui est très rare) et de recommandations, ce qui est une victoire en soi (rappelons qu’en vertu de la réglementation, l’avis du commissaire enquêteur sera donc défavorable tant que toutes ces réserves ne seront pas levées).

C’est grâce à celles et ceux qui se sont déplacés pour rencontrer le commissaire enquêteur ou ont pris le temps de contribuer sur internet ou par pétition, et nous les en remercions.

LES REMARQUES DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR VONT DANS LE MÊME SENS QUE LES NÔTRES

Notamment, comme nous l’avions préconisé au Commissaire enquêteur, il sera ordonné que le rétablissement des chemins équestres et piétons/cyclistes soit modifié, afin qu’ils soient prolongés jusqu’au rond-point de la rue Fontaine (dans le projet initial, ce passage prisé des sportifs et des promeneurs était menacé). Parcolog devra également modifier les merlons pour que le paysage soit davantage préservé.

En phase avec les questions que nous avons été nombreux à soulever, le Commissaire enquêteur recommande également la réalisation de deux nouvelles études, l’une sur l’impact acoustique et l’autre sur la réalisation d’une nouvelle étude de l’impact sur la pollution de l’air.

Dans son rapport, il pointe aussi de nombreuses erreurs dans le dossier de l’enquête publique, entre autres l’étude d’impact qui est inexacte  puisqu’elle indique que le terrain en question est en friche alors qu’il est actuellement cultivél’étude d’impact est inexacte puisqu’elle indique que le terrain est en friche alors qu’il est actuellement cultivé »). Il souligne également que les informations concernant l’impact du projet sur le trafic routier étaient trop sommaires :  une analyse plus précise a été prescrite sur le sujet, et même après les compléments apportés par Parcolog, le commissaire précise que « cet aspect du projet nécessite une clarification » (nous en assurerons très attentivement le suivi).

Le commissaire enquêteur, avec lequel nous avions longuement débattu sur le sujet, estime par ailleurs que les réponses du pétitionnaire « ne semblent pas entièrement convaincantes sur la question de la saturation du rond-point » alors que l’impact sur les conditions de circulation a inquiété 80% des répondants à l’enquête publique, et « n’est pas entièrement satisfaisante » sur le thème des nuisances sonores et de la qualité de l’air, sujets qui ont été abordés par respectivement 55 et 60% des répondants.  

Idem, alors que nous avions précisé que ce projet aurait pu s’implanter à Delta 3, plateforme logistique voisine qui a le mérite d’être multimodale, le commissaire enquêteur précise que « cette hypothèse aurait dû être évoquée dans le chapitre de l’étude d’impact consacré aux solutions de substitution au lieu d’indiquer : ‘aucune solution de substitution n’a été envisagé pour l’emplacement’ ».

Extrait du dossier de l’enquête publique

UNE POSITION AMBIGUË DE LA MUNICIPALITÉ SUR LE DOSSIER

Il faut rappeler que ce projet existe aujourd’hui, c’est à la suite d’un protocole transactionnel signé par Steeve Briois en octobre 2016 avec Territoires 62 convenant de « la cession rapide des terrains » concernés.  

Toutes les personnes interrogées par nos soins, dont des participants aux réunions de l’époque, nous ont confirmé que le Maire d’Hénin-Beaumont, qui s’est pourtant beaucoup vanté de ce protocole transactionnel mais sans ne jamais s’étendre sur ses conséquences, savait très bien quelle serait la destination des terrains : la construction d’entrepôts logistiques. Pourquoi l’avoir caché à la population à l’époque, pour ne communiquer que sur le volet financier de la transaction? 

Le principe de ce protocole transactionnel avait été validé en Conseil municipal le 12 décembre 2015. Mes collègues élus d’opposition et moi n’avions pas pris part au vote par manque d’information sur le sujet. Nous ne le regrettons pas !

Nous avions également voté contre la révision du PLU du 16 décembre 2016, classant la zone concernée en zone à urbaniser conformément à ce protocole finalement signé en octobre 2016 avec Territoire 62.

Enfin, nous avions déposé au début du mois, en vue du Conseil municipal du 19 juillet 2019, une motion visant à ce que la ville puisse officiellement prendre position contre le projet. Le maire a sciemment organisé le fait que le Conseil municipal soit interrompu par un pseudo incident de séance juste avant son examen, afin de ne pas avoir à répondre publiquement à nos questions qui manifestement l’embarrassent. Ces méthodes nous en rappellent d’autres de l’un de ses prédécesseurs. Nous les espèrions révolues…

Osons pour Hénin-Beaumont continuera à se mobiliser contre ce projet et pour la transparence et la démocratie dans notre ville, au service de ses habitants, de leur santé, de leur environnement et de leur cadre de vie.

Nous nous tenons bien évidemment à la disposition de toutes celles et ceux qui auraient des questions ou des demandes de précision sur le sujet.

Contacts: Marine Tondelier,  Conseillère municipale écologiste (0684861578) // Albert Lebleu et Omar Mehabi, Beaumontois

Retrouvez le texte de la pétition ici (rejoignez les bientôt 500 signataires)

Et toutes les informations sur le projet ici

Pollution du bassin minier au détriment de notre santé : ça suffit!

A l'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC), Environnement, Législatives 2017, Mon travail d'élue, Nord-PdCalais, Nos campagnes électorales, Prises de position, Santé, Social

« Metaleurop hier, entreprises polluantes aujourd’hui, doublement de la ligne Très Haute Tension demain. Notre territoire est cerné ! Le « PIG 1000″, qui pourrit la vie des riverains de l’ancien site de Metaleurop, est une honte nationale et je me battrai pour une juste réparation de ce préjudice, sur le plan financier comme sur le plan écologique. Plus largement, je veillerai à ce que des mesures urgentes soient mises en place pour garantir la qualité de l’air, de l’eau et des sols sur notre territoire car notre santé n’a que trop souffert de ces pollutions. » 

Marine Tondelier, Candidate écologiste aux élections législatives sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais

Ces combats, qui lient très étroitement santé et environnement, sont ceux qui ont fait venir l’enfant de ce territoire que je suis à l’écologie. Au cours de cette campagne, j’ai eu l’occasion de recevoir Noël Mamère pour les lui exposer

Nous nous sommes d’abord rendus sous la ligne THT avec les membres de l’association Leforest Environnement

18622572_10155196808241280_2949039938489805844_n.jpg

Puis rue Mirabeau, dont les riverains ont construit des maisons avant que la zone ne soit déclarée « PIG 1000 ».

18698331_10155212115856280_3395092167169179260_n

Le tout a été résumé ici par la Voix du Nord:

18699436_10155199089371280_2904106375402303049_o.jpg

La santé comme priorité

L’ambition pour ce territoire doit être jugée selon les propositions que l’on peut faire pour renforcer son développement et sa cohésion. Lutter contre les immigrés ne sera jamais une solution pour faire avancer le bassin minier.

Ceux qui font cette proposition jouent sur la peur. L’arrivée d’une épidémie est même évoquée ! Mais ils ignorent tout de l’histoire du Bassin minier, de ses habitants, de la vérité du bassin minier.

La santé par contre doit être à mon sens LA priorité pour tous les responsables politiques qui souhaitent recueillir les suffrages des habitants du bassin minier.

Dans nos hôpitaux se concentrent tous les maux sanitaires que le bassin minier a eu à rencontrer : un taux de cancer scandaleux, la silicose qu’un grand nombre de nos parents subissent, des intoxications au plomb …

Et quel est le vécu de ces personnes ? Elles doivent encore se battre pour faire reconnaître leur maladie, pour obtenir une juste réparation.

Une attente et des délais inacceptables 

Il aura fallu attendre 2012 pour voir la première condamnation des Charbonnages de France dans un dossier de silicose. Dans le cas de Metaleurop, les salariés ont pu obtenir la reconnaissance de leur préjudice, mais qu’en est-il des habitants d’Evin-malmaison et des villes avoisinantes qui subissent avec la pollution les contraintes du PIG ?

Uniquement sur la pollution de l’air, la France subit chaque année près de 46 000 décès prématurés. Mais, que peuvent faire aujourd’hui les victimes de ces pollutions ? Contre qui peuvent-elles se retourner ?

Une victoire exceptionnelle face à l’amiante

Les travailleurs de l’amiante auront peut-être attendu moins longtemps. Mais que d’années perdues ! A chaque scandale son combat. L’absence de réglementation digne de ce nom laisse craindre de nouveaux scandales sanitaires.

Les associations d’aide aux victimes de l’amiante auront au moins obtenues une avancée remarquable : la création d’un fonds d’aide aux victimes de l’amiante (FIVA).

Je veux que la première proposition de loi que j’établirai soit consacrée, sur le modèle du FIVA à la création d’un fonds d’aide aux victimes des pollutions.

A chaque scandale de ce type, les victimes ne doivent pas attendre des années de lutte pour obtenir la reconnaissance de leur préjudice et pour obtenir une juste réparation.

C’est une question de solidarité nationale. C’est une priorité pour le bassin minier. 

Travailleurs et habitants au cœur de la politique de prévention de la santé

A ce stade de la réflexion, nous n’en sommes pas à détailler les contours techniques, juridiques et financiers du dispositif.

Dans mon esprit, le dispositif repose déjà sur un plan de financement clair que je pourrais préciser en temps utile. Certains voudront évacuer cette proposition sur la base de chiffrages fantaisistes.  Pour ma part, je vois surtout l’ampleur des dégâts humains que causent chaque année ces pollutions à notre société et à notre environnement. Cela coûte déjà plusieurs points de PIB chaque année.

Je propose plutôt de s’accorder sur une méthode et sur un objectif commun.

L’objectif de ce dispositif est de pouvoir venir en appui aux travailleurs d’abord qui sont les plus exposés à ces pollutions, mais aussi aux habitants qui seraient concernés involontairement.

Quel serait le rôle du fonds ? Face à la succession de scandales sanitaires, la réglementation apparaît souvent en retard, les moyens de contrôle et d’inspection largement insuffisants. La préservation de la qualité de vie nécessite pourtant une politique de prévention sanitaire solide. Pour inciter à une prévention efficace, le fonds constituera la garantie pour la population que les pollueurs seront mis en responsabilité.

Concrètement, pour reprendre l’exemple du FIVA sur l’amiante, le fonds est chargé des procédures à l’encontre des pollueurs et récupère chaque année plusieurs dizaines de millions d’euros.

Pour mettre sur les rails ce fonds d’aide aux victimes des pollutions, l’ensemble des acteurs publics et privés doivent pouvoir s’accorder sur cet objectif et sur une méthode.

La méthode du Grenelle de l’environnement en 2007 a fait ses preuves et a permis d’obtenir des résultats tangibles. Ce dialogue doit pouvoir être poursuivi dans les prochaines années.

En tant que députée, je veillerai à ce que ce projet de fonds soit au cœur de ce dialogue.

Bien conçu et précisé, le fonds d’aide aux victimes de pollution pourra constituer un élément structurant de notre modèle sanitaire et social.  Un tel outil doit pouvoir se construire par étapes.

Poursuivre les luttes locales

Je reste réaliste. La création de ce fonds si elle est possible rapidement devra surmonter de nombreux obstacles.

Les luttes contre la THT Avelin – Gavrelle, ou sur le PIG de Metaleurop vont devoir se poursuivre. Ce ne sont que les combats les plus emblématiques qui nous attendent, mais je pense surtout à ces situations qui mériteraient une plus grande attention des pouvoirs publics, où faute de lanceurs d’alerte ou d’associations actives, les maux sanitaires restent silencieux.

La création du fonds d’aide aux victimes de pollution pourra être l’un des aboutissements de ces luttes emblématiques pour créer une réponse plus large garantie à l’ensemble de la population.

Réfléchissons ensemble à sa mise en œuvre sur ce territoire sur la base d’une expérimentation. Ce projet est non seulement indispensable sur le plan sanitaire, mais aussi pertinent sur le plan économique et juste sur le plan social.

Polliniser le bassin minier: un travail d’équipe!

A Hénin-Beaumont, Environnement, Législatives 2017, Nos campagnes électorales, Prises de position, Sur le terrain

En cette dernière semaine de campagne, Samir et moi avons distribué 7000 sachets de graines de fleurs mellifères (utiles aux abeilles) sur l’ensemble de la circonscription.

 

 

L’idée? Vous montrer que l’écologie c’est positif. Que ça ne consiste pas à culpabiliser les gens mais au contraire les aider à faire mieux, ensemble.

Par la pollinisation, les abeilles et d’autres insectes jouent un rôle crucial dans l’entretien de la biodiversité et la production alimentaire. Pourtant, 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année en France! Cette extinction très inquiétante s’explique notamment par l’usage intensif de pesticides tels que les insecticides “néonicotinoïdes” tueurs d’abeilles et d’autres insectes pollinisateurs.

Nous voulons interdire le glyphosate et les perturbateurs endocriniens qui nuisent à notre santé. L’idée est donc d’aller vers une France “zéro pesticide” en 2030, avec 50% de réduction de leur utilisation sur le prochain quinquennat. Nous voulons également protéger notre biodiversité en développant l’agriculture biologique et en luttant contre l’artificialisation des sols.

En attendant, on peut agir, chacun à notre échelle, et accomplir un geste utile et éco-citoyen en plantant autour de nous des graines de fleurs mellifères, c’est-à-dire “utiles aux abeilles”.

Si chacun sème les graines de son sachet autour de lui, nous aurons chacun fait notre part comme le disait Pierre Rahbi dans sa célèbre « Fable du Colibri« .

 

L’accueil fait sur la circonscription à cette distribution a été excellent, et encore ce matin sur le marché, comme en témoigne cette vidéo.

 

Vous penserez à nous envoyer des photos du résultat quand les graines auront poussé 🙂

 

Législatives 2017: mes engagements de candidate

Autre, Environnement, Législatives 2017, Mon travail d'élue, Nos campagnes électorales, Prises de position, Santé, Social

A chaque élection, les différent-e-s candidat-e-s sont interpellé-e-s par la société civile sur telle ou telle problématique. L’occasion d’affirmer ses valeurs et de prendre position sur les grands sujets de société. Pour ma part, j’ai choisi de m’engager sur les points suivants. N’hésitez pas à me contacter (marine.tondelier@gmail.com / 0684861578) pour me signaler d’autres appels ou chartes que j’aurais manqués!

Appel des solidarités

J’ai répondu Présente! à l’appel des solidarités lancé à l’initiative de plus de 80 associations œuvrant contre la pauvreté et les conditions de vie indignes, pour la protection de la planète, pour la solidarité internationale, pour la défense des libertés et des droits humains, pour le droit des femmes, pour la jeunesse, les personnes discriminées et exclues, pour les personnes en situation de handicap, pour une démocratie pour et par tous et toutes. Parmi elles: Les jours heureux, Action contre la faim, Alternatiba, les apprentis d’Auteuil, l’association des paralysés de France, ATD Quart Monde, ATTAC, CCFD, les Colibris, Emmaus, la Fondation l’Abbé Pierre, la Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, France Terre d’Asile, Greenpeace, les Amis de la terre, la Ligue des droits de l’Homme, la LPO, Médecins du Monde, Osez le Féminisme, les scouts et guides de France, le Secours catholique, le secours islamique de France, la SPA, WWF, etc.

 

Unknown.jpeg

Texte de l’appel:

A celles et ceux qui ont l’impression que quelque chose ne tourne pas rond
A celles et ceux qui ne se sentent pas bien représenté(e)s, ni écouté(e)s.
A celles et ceux qui vivent une réalité en décalage avec celle qu’on voit sur les écrans.
A celles et ceux qui continuent de s’entraider là où on nous dit qu’il faudrait se replier. A lutter contre la discrimination et l’exclusion. A protéger la nature que d’autres veulent détruire, surexploiter ou épuiser.
A celles et ceux qui sont parfois envahi(e)s par un sentiment d’impuissance ou de désarroi.
A celles et ceux qui se croient seul(e)s à penser comme ça.
A celles et ceux qui ne s’empêchent pas de rêver que, peut-être, il n’est pas trop tard pour changer de cap. Et que ça, c’est déjà commencer à changer le monde.
A celles et ceux qui considèrent que notre destin est ce que nous avons en commun. Que la solidarité, c’est résister ; et construire l’avenir. Qu’ensemble, nous formons une force immense que rien ne peut arrêter.
A celles et ceux-là, nous adressons l’Appel des Solidarités. L’Appel à se rassembler, se compter, pour que les 5 caps des Solidarités guident toute action et toute décision politique dans le prochain quinquennat.

Nous avons un énorme pouvoir, faisons-le savoir. Les associations font l’Appel. L’Appel des Solidarités. Répondons Présent !

Nous avons un énorme pouvoir, faisons-le savoir.
Je réponds Présente! à l’Appel des Solidarités.

Et vous invite à faire de-même ici: www.appel-des-solidarites.fr

IMG_9344

Les jours heureux

#LesJoursHeureux est un regroupement de citoyennes et citoyens qui ont pour objectif de faire advenir une société du bien vivre en réactualisant le programme « Les Jours Heureux » du Conseil National de la Résistance (CNR) de 1944 aux enjeux d’aujourd’hui. Une centaine d’auteurs expérimentés et engagés ont soumis à la consultation citoyenne 120 propositions de loi sur la démocratie, l’écologie, l’économie et les modes de vie. A partir de ces 120 propositions et d’une rencontre de 50 organisations de la société civile, 25 mesures prioritaires ont été retenues, jugées suffisamment « basculantes » pour enclencher l’avènement d’une société des Jours Heureux.

Je suis signataire de ces 25 propositions que vous pouvez consulter ici.

LJH-Le-Livre-Couverture-BD-157x300.jpg

Parlement et citoyens

Je me suis également inscrite à l’association « Parlement et Citoyens » qui, depuis 2013, permet aux parlementaires et aux citoyens d’écrire ensemble les lois via une plateforme numérique.

Leur conviction : les lois sont plus efficaces et plus légitimes lorsqu’elles résultent d’un processus de co-construction que lorsqu’elles sont écrites à huis clos par quelques experts.

A l’occasion des élections législatives, Parlement & Citoyens a lancé une campagne dont l’ambition est de faire entrer à l’assemblée un maximum de députés qui s’engagent à associer les citoyens à la rédaction de la loi.

En m’inscrivant dans cette campagne:

  • J’atteste de ma pleine et entière adhésion aux valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité ainsi qu’aux principes énoncés par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
  • Je considère que la corruption, le clientélisme et les conflits d’intérêts doivent être combattus par un renforcement de la transparence des institutions et par une participation accrue des citoyens à l’élaboration des politiques publiques.
  • Je reconnais que l’intérêt général doit primer, en tous temps et en toutes circonstances, sur mes intérêts individuels, corporatistes ou catégoriels.
  • J’adhère aux principes et aux objectifs poursuivis par Parlement & Citoyens et contribuerai à l’amélioration constante du dispositif, dans la mesure de mes moyens.

parlement_citoyens-400x131.png

Sortir du Nucléaire

Je me suis engagée à prendre les décisions découlant de la signature de cet appel si je suis élue.e député.e.

Texte de l’appel:

L’industrie nucléaire est au bord du gouffre.
Alors qu’EDF accuse 37 milliards d’euros de dette et qu’Areva est en quasi-faillite, l’usine Creusot Forge est secouée par un vaste scandale de malfaçons et de de falsifications. En pleine période d’austérité budgétaire, l’État compte de nouveau renflouer ces entreprises avec l’argent des contribuables à hauteur de 7 milliards d’euros !

Le bon sens exigerait de tourner la page du nucléaire. Mais le gouvernement, main dans la main avec l’industrie nucléaire, persiste à vouloir mener à bien quatre projets délirants, aussi coûteux que dangereux :
Le rafistolage des vieux réacteurs pour prolonger leur fonctionnement, pour un coût compris entre 100 et 250 milliards €
La construction du réacteur EPR de Flamanville, pour un coût de 10,5 milliards €
La construction de CIGÉO, ce projet d’enfouissement en profondeur des déchets les plus radioactifs, pour au moins 35 milliards €
L’entretien et la « modernisation » de l’arsenal nucléaire français, pour un coût de 3,87 milliards € en 2017 !
Je refuse que des milliards supplémentaires soient engloutis dans ces puits sans fond ! J’exige que la France tourne la page du nucléaire civil et militaire, et s’engage dans une véritable transition !

rubon1131-9bd64.jpg

La liste des candidats ayant signé l’appel est disponible ici

Amnesty international

J’ai signé en tant que candidate ces 10 engagements d’Amnesty International

Respecter les droits humains dans la lutte anti-terroriste

1. Je m’engage à m’opposer au renouvellement de l’état d’urgence en France et à garantir le contrôle en amont par le juge de la nécessité et proportionnalité de toute mesure restrictive des droits et libertés.

Respecter le droit à la vie privée

2. Je m’engage à m’opposer à toute surveillance de masse par la France et à défendre l’accès de tous à un chiffrement robuste des communications et données.

Garantir le droit de réunion

3. Je m’engage à encourager toute initiative législative visant à protéger activement le droit de réunion et de manifestation pacifique en France.

Protéger les réfugiés

4. Je m’engage à agir pour que la France accueille un plus grand nombre de personnes réfugiées vulnérables dans le cadre d’un accord conclu avec le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR).

5. Je m’engage à m’assurer que celles et ceux qui demandent la protection de la France bénéficient d’un accès rapide à la procédure d’asile notamment dans le délai légal d’enregistrement de trois jours.

Respecter les droits des populations dans les bidonvilles

6. Je m’engage à promouvoir une véritable politique positive de résorption des bidonvilles par l’insertion et l’accès aux droits des personnes.

Responsabiliser les entreprises

7. Je m’engage à défendre le maintien de la loi relative au devoir de vigilance des entreprises, adoptée le 21 février 2017 et à l’améliorer pour permettre un véritable accès des victimes à la justice en inversant la charge de la preuve et en élargissant le champ des entreprises concernées.

Contrôler le commerce des armes

8. Je m’engage à oeuvrer pour que la France mette en conformité les exportations françaises d’armes, de matériels de sécurité et d’équipements connexes avec le Traité sur le commerce des armes, et à agir pour que l’activité des courtiers en armes soit encadrée ainsi qu’à donner les moyens à la justice de poursuivre les responsables de violations des embargos sur les armes.

Agir pour assurer la protection des civils dans les conflits

9. Je m’engage à soutenir les efforts de la France pour que le droit de veto des membres permanents du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies ne puisse plus être utilisé lorsqu’il s’agit de porter secours à des populations civiles victimes d’atrocités de masse.

Protéger les défenseurs des droits humains

10. Je m’engage à soutenir activement et publiquement l’action des défenseurs des droits humains dans le monde auprès des autorités françaises et des représentants des pays concernés.

arton44296

Inter-LGBT: Charte d’engagement des candidat-e-s aux élections législatives pour les droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et trans

Conscient-e que les député-e-s ont une responsabilité particulière dans la prévention des LGBTphobies et dans la lutte contre les discriminations, je m’engage, si je suis élu-e, à :

LBGT.jpg

  1. Respecter les personnes quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre et condamner tout propos dégradant, insultant, tout amalgame ou stéréotype véhiculé sur les personnes LGBTI, même prononcés sous couvert d’humour, parce qu’ils ont des conséquences graves sur la vie de ces personnes.

  2. Combattre la violence et les discriminations lesbophobes, homophobes, biphobes, transphobes, sexistes et/ou liées à l’état de santé et à soutenir les victimes
  3. Garantir les droits fondamentaux des personnes trans, notamment leur vie privée et leur santé
  4. Œuvrer pour une meilleure reconnaissance des familles homoparentales et de leurs liens de filiation afin de protéger leurs enfants.
  5. Ouvrir la Procréation Médicalement Assistée aux couples de femmes.
  6. Agir pour réduire les inégalités en matière de santé, les dif cultés d’accès aux soins et améliorer la prévention du VIH ainsi que des maladies sexuellement transmissible
  7. Eduquer contre les stéréotypes, les discriminations et les violences dans tous les établissements scolaires.
  8. Faire reconnaître les besoins spéci ques des femmes lesbiennes et bisexuelles
  9. Utiliser la diplomatie pour lutter contre les discriminations et violences envers les personnes LGBTI à l’international et garantir les droits fondamentaux des demandeurs et demandeuses d’asile.

Unknown.png

Stop CETA

« Je suis candidat(e) aux élections législatives de juin 2017 et je souhaite me positionner clairement concernant l’Accord Économique Commercial Global (AECG, dit CETA) signé entre l’Union européenne et le Canada et qui doit désormais être ratifié par la France.

J’ai bien noté que mes réponses à ce formulaire pourront être rendues publiques par les organisations qui proposent cette consultation. »

siteon0.png

LICRA

J’ai signé la charte antiraciste de la LICRA dont voici le texte:

« La meilleure façon de servir la République est de redonner force et tenue au langage »Résolument attaché aux valeurs de la République, candidat(e) aux élections législatives, je m’engage solennellement à adhérer aux principes défendus dans la présente charte antiraciste :

Préambule

L’expression du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie et de l’homophobie s’est libérée dans notre pays. Le rejet de l’autre se banalise sous l’effet de mots qui hystérisent l’opinion publique. Chaque fait divers devient le prétexte à la normalisation de la haine. Les extrémistes de tous bords, et notamment le Front National, en sont les premiers responsables et les premiers bénéficiaires. Ils instrumentalisent la campagne électorale pour désigner des boucs-émissaires, propager des stéréotypes, agiter les peurs, réveiller les pires fantasmes et appeler à la discrimination et à la haine. Tout ceci concourt à diviser les Français, à les dresser les uns contre les autres et à fracturer l’unité nationale. Tout commence par des mots et se termine dans l’affrontement et la violence.

À l’heure où s’ouvre la campagne électorale, un sursaut républicain s’impose.

Il est urgent de redonner à la parole publique force, tenue, dignité et éthique. La France est fille des Lumières. Elle a proclamé l’universalité des Droits de l’Homme et du Citoyen et forgé la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Les représentants de la Nation sont garants de cet héritage.

Les Français vont élire leur Assemblée nationale. Les candidats à ces élections ont une responsabilité particulière lorsqu’ils s’expriment : celle d’incarner pleinement les valeurs de la République au-delà de leur appartenance politique et de combattre, sans faiblesse, sans complaisance et sans ambiguïté, la prolifération des extrémismes.

Engagements solennels :

Article 1. Au cours de la campagne électorale, dans le cadre d’un débat public libre et démocratique, je veillerai à m’exprimer avec le souci permanent de l’éthique républicaine, de la cohésion nationale et de la paix civile, en rejetant toute forme de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie et d’homophobie.

Article 2. Je m’engage à combattre et à faire battre, dans les urnes, tous ceux qui auront eu une expression publique marquée par le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie ou l’homophobie.

Zero Waste

J’ai signé l’appel de Zéro Waste France

logo.jpg

Inspiré par les actions ambitieuses et fructueuses menées par Zero Waste Europe et 15 groupes locaux Zero Waste en Europe, le Cniid lance Zero Waste France et appelle tous ceux qui le souhaitent à se joindre à cette démarche prônant la sobriété et l’efficacité dans l’utilisation de nos ressources, et la réduction du gaspillage et des déchets par l’éco-conception, la consommation responsable, le réemploi et la valorisation matière. La création du mouvement Zero Waste France est une véritable opportunité de tirer le meilleur de toutes les expériences innovantes qui ont contribué, en France comme à l’étranger, à alléger la pression sur nos écosystèmes, à réduire nos déchets et à créer de formidables dynamiques sociales et économiques locales.

Nos modes de production et de consommation linéaires ne sont plus viables. Il est donc temps d’opérer ensemble un changement de paradigme, en allant bien au-delà de l’objectif européen actuel de devenir une société du recyclage, pour se donner pour ambition de parvenir à une société Zero Waste.

Par leur action, les pionniers du mouvement Zero Waste ont déjà permis dans certaines collectivités de réduire jusqu’à 80% les déchets résiduels, de maximiser le recyclage et la valorisation organique et de développer des emplois locaux dans la réparation et le réemploi, sans surcoût pour la collectivité.

Car ces changements ne se feront pas sans l’implication du plus grand nombre, toutes les forces vives de la société sont appelées à prendre part au mouvement. Citoyens, associations, collectivités et administration, élu(e)s et entreprises, nous avons chacun notre rôle à jouer dans la mise en œuvre d’une société Zero Waste, économiquement et écologiquement viable, et socialement innovante.

 Marine_Tondelier.jpg

Le pacte du logiciel libre – un commun  informationnel à protéger et à développer (association APRIL)

macaron_pacte-vert.png

J’ai conscience que

Le travail des acteurs du Logiciel Libre participe à la préservation des libertés fondamentales dans une société informatisée, au partage du savoir et à la lutte contre la « fracture numérique ». Il constitue également une opportunité pour le public mais aussi pour l’indépendance technologique et la compétitivité de la France et de l’Europe ;

Le Logiciel Libre est un commun informationnel à protéger et à développer. Son existence repose sur le droit pour un auteur de divulguer son logiciel avec son code source et d’accorder à tous le droit de les utiliser, les copier, les adapter et les redistribuer, en version originale ou modi ée.

Je m’engage donc à

Promouvoir et défendre la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts dans les administrations, établissements publics et collectivités territoriales;

Défendre les droits des auteurs et des utilisateurs de logiciels libres, notamment en demandant la modi cation de toute disposition légale fragilisant ces droits et en m’opposant à tout projet ou proposition qui irait dans ce sens.

IMG_9188.JPG

Ma signature apparait ici sur leur site: https://campagnes.candidats.fr/legislatives2017/?action=editer_candidat&id=959325

Questionnaire « Parlons vélo »

Les acteurs du monde du vélo demandent aux candidats de s’engager pour une France cyclable !

J’ai rempli leur questionnaire, et suis favorable à leurs propositions pour que toute personne résidant en France puisse choisir librement de se déplacer à vélo en toute sécurité pour sa santé, son portefeuille et l’environnement.

V%25C3%25A9locit%25C3%25A9%2BHors-S%25C3%25A9rie%2BParlons%2BV%25C3%25A9lo%2521.jpg

Association végétarienne de France

Convaincue du caractère profondément politique de l’alimentation, l’Association végétarienne de France a conçu le Programme Veggie 2017, 10 mesures pour une transition vers un modèle alimentaire plus végétal. Ce programme a été transmis à l’ensemble des partis candidats aux législatives 2017. J’y ai répondu en m’engageant à:

  • Supprimer l’exemption du méthane entérique de la loi sur la transition énergétique
  • Imposer un affichage du coût climatique des produits alimentaires
  • Abroger les textes de loi imposant les protéines carnées dans les écoles
  • Mettre en place des menus végétariens alternatifs dans la restauration collective
  • Mettre en place une politique agricole de transition vers un modèle plus végétal
  • Mettre en place une politique économique de transition vers un modèle plus végétal
  • Interdire l’intervention des lobbies agroalimentaires de produits à risque pour la santé dans les établissements scolaires
  • Information et sensibilisation aux bénéfices des protéines végétales
  • Former les médecins et les personnels de santé sur les liens entre alimentation et santé
  • Organiser une vaste campagne de santé publique en faveur d’une alimentation plus végétale
    Plus d’infos sur ces mesures ici
    Veggie-2017-site-AVF_V3

    Collectif « Animal politique »: mettre la condition animale au coeur des élections législatives

    Animal politique

Prenons le pari de la solidarité (CCFD et 15 autres associations)

15 propositions d’ActionAid-Peuples Solidaires, CCFD-Terre Solidaire, Oxfam France, Secours Catholique-Caritas France à l’adresse des candidat-e-s en vue des élections présidentielle et législatives de 2017.

Nous sommes plus de 7 milliards de femmes et d’hommes sur la planète, chaque jour plus interdépendants et confrontés aux mêmes défis et crises (politique, économique, sociale, écologique), qui se succèdent et s’alimentent entre eux. Face à cette situation, les politiques publiques – aux niveaux français, européen et international – ne sont pas aujourd’hui à la hauteur des enjeux. Les citoyen-ne-s en France et dans le monde, notamment les plus vulnérables, subissent de plein fouet ces crises et sont en attente de vraies réponses. Elles existent. Que ce soit par un juste partage des richesses, par la promotion de la justice climatique et de la souveraineté alimentaire, ou par la protection des droits humains, des choix politiques et stratégiques fondamentaux s’offrent à celles et ceux que nous élirons en 2017. C’est une question de courage, de volonté et de vision. Parce que les hommes et les femmes qui vont candidater à la présidence de la République et à l’Assemblée nationale doivent se donner l’ambition d’une France plus solidaire et d’un monde plus juste. Parce qu’il est encore temps de le faire.

Voici mes réponses au 15 engagements demandés par ces associations:

Dossier d’engagement rempli

arton798.jpg

Charte de DIEM 25

Je suis signataire de  la charte du Mouvement DiEM25 pour les législatives françaises :

En adhérant à cette charte, nous faisons nôtres les valeurs et les objectifs de DiEM25, et nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour que la France s’oppose à la désintégration de l’Union Européenne et contribue à la construction d’un projet européen véritablement démocratique, porteur d’une autre vision de l’Union, humaniste, solidaire, écologiste, et anti-austérité, pour plus de justice sociale. Plus particulièrement, nous nous engageons à promouvoir des initiatives et des mesures visant à instaurer ou renforcer :

•    La transparence des institutions, des politiques et des processus de décision à tous les niveaux en France et en Europe ; la promotion des pratiques de démocratie participative et du référendum d’initiative populaire ; l’indépendance des agences et des organismes d’experts vis-à-vis des pouvoirs économiques et politiques  le renforcement de la liberté et de l’indépendance de la presse et la protection des lanceurs d’alerte ; La promotion de la diversité et de l’égalité hommes/femmes et de genres dans toutes les institutions ;
•    L’ouverture, l’accueil et l’intégration des réfugiés et des migrants par une politique migratoire commune et le respect du droit des réfugiés et du droit d’asile ; leur libre circulation sur le territoire de l’Union et le partage équitable de cet  effort entre les pays ;
•    La refonte radicale des politiques économiques et monétaires européennes et la réforme fondamentale de la gouvernance économique de l’Union et de la zone euro  (New Deal européen) ; la régulation de la finance et l’harmonisation fiscale, l’organisation de la convergence économique ; la lutte contre l’évasion fiscale et la suppression des paradis fiscaux ; la restructuration et la mutualisation des dettes publiques ;
•    Le développement de l’emploi, la lutte contre la pauvreté et l’harmonisation  de la protection sociale ; la réduction des inégalités ; l’accès de tous aux biens et services essentiels (alimentation, logement, transport, énergie, éducation, santé, environnement vivable…) et à un emploi rémunéré dans leurs pays et régions d’origine ; le partage des revenus du capital et l’instauration d’un revenu de base ;
•    La transition écologique, le développement durable et la protection des biens communs matériels et immatériels ; la souveraineté énergétique en réorientant la politique budgétaire et les investissements vers les technologies environnementales ; la souveraineté technologique et la gestion de la transition numérique ;
•    La mise en place d’un processus démocratique pour l’élaboration d’une nouvelle constitution pour la France et pour l’Europe.

Présentation plus détaillée du New Deal Européen de DiEM25 :
https://diem25.org/new-deal-europeen/
https://diem25.org/wp-content/uploads/2017/03/Diem25-New-Deal-Europeen-fr.pdf

flat,800x800,075,f.jpg

Charte éthique d’Anticor

Lors de chacune de mes candidature, je me suis engagée à soutenir les propositions d’Anticor:

  1. instaurer comme condition d’éligibilité à toutes les élections l’absence de condamnation inscrite au bulletin n° 2 du casier judiciaire ;
  2. renforcer le non-cumul des mandats et des fonctions tout en limitant leur renouvellement ;
  3. supprimer l’inviolabilité dont bénéficient le Président de la République et les parlementaires (qui les empêche de faire l’objet de mesures privatives ou restrictives de liberté pendant la durée de leur mandat, même pour des actes étrangers à l’exercice de leurs fonctions) ;
  4. supprimer les moyens exorbitants actuellement accordés aux anciens présidents de la République ainsi que leur droit de siéger à vie au Conseil constitutionnel ;
  5. supprimer la Cour de justice de la République et mettre ainsi un terme au privilège de juridiction dont bénéficient les membres du Gouvernement ;
  6. supprimer la réserve parlementaire, outil du clientélisme ;
  7. encadrer plus strictement l’action des lobbyistes en commençant par interdire leur présence au Parlement et prohiber toute remise de cadeaux aux élus ;
  8. supprimer tout lien hiérarchique entre le ministre de la Justice et les procureurs et permettre à ces derniers  de poursuivre les fraudeurs fiscaux sans avoir à obtenir l’autorisation préalable du ministère des Finances ;
  9. donner à la Cour de discipline budgétaire et financière le pouvoir de sanctionner les membres du Gouvernement et les élus locaux ;
  10. systématiser la publication en données ouvertes (open data) des informations et documents détenus par les autorités publiques.

LOGO-DEF-1-267x300.png

Beau succès de la distribution de graines bios sur le marché d’Hénin-Beaumont vendredi matin!

A Hénin-Beaumont, A l'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC), Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Environnement, Législatives 2017, Mon travail d'élue, Nos campagnes électorales, Prises de position, Sur le terrain

A l’occasion de l’arrivée du printemps – ENFIN!!! – et de la Semaine Internationale des alternatives aux pesticides, nous étions présents sur le marché pour vous parler biodiversité.

Photos DR

Les pesticides nuisent à notre santé et sont responsables de la mort inquiétantes des abeilles – en France 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année – pourtant essentielles à la pollinisation et donc à la production alimentaire et à la biodiversité.

Les écologistes d’Hénin-Beaumont vous ont ainsi offert sur le marché des graines bios à planter dans vos jardins, sur vos balcons, et partout où vous le jugerez utile.

 

C7rEHnCXkAAWL7s.jpg

Elles se transformeront en quelques semaines en fleurs mellifères, c’est à dire spécifiquement utiles aux abeilles. Si chacun en plante autour de lui, l’amélioration pour notre biodiversité locale sera significative!

Cela doit être accompagné de politiques publiques volontaristes au niveau local et national pour aller vers une France « zéro pesticide » en 2030, en développant notamment l’agriculture biologique par la distribution de repas bios et locaux dans les cantines de nos écoles, EPAHD et hôpitaux. Mais aussi en luttant contre l’artificialisation des sols dont nous savons quelque chose ici tant les champs qui séparaient autrefois Hénin de Beaumont ont laissé la place aux entrepôts, aux parkings et au béton.

Merci encore pour votre accueil chaleureux. Les habitants d’Hénin-Beaumont sont plus écolos qu’on ne le croit 

Distribution de graines bios vendredi matin sur le marché d’Hénin-Beaumont!

A Hénin-Beaumont, Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Environnement, Législatives 2017, Mon travail d'élue, Nos campagnes électorales, Prises de position, Sur le terrain
C’est le printemps, le moment idéal pour sauver les abeilles et participer à un monde sans pesticides !
Aujourd’hui s’est ouverte la Semaine Internationale des alternatives aux pesticides. Et pourtant mercredi dernier l’Agence européenne des produits chimiques a ouvert la voie à la réautorisation du glyphosate en Europe. Le glyphosate, présent dans leRoundup de Monsanto, est le pesticide le plus utilisé au monde !
Nous, écologistes, voulons interdire le glyphosate et les perturbateurs endocriniens qui nuisent à notre santé. L’idée est donc d’aller vers une France « zéro pesticide » en 2030 avec 50 % de réduction de leur utilisation sur le prochain quinquennat. Nous voulons également protéger notre biodiversité en développant l’agriculture biologique et en luttant contre l’artificialisation des sols.
Par la pollinisation, les abeilles et d’autres insectes jouent un rôle crucial dans l’entretien de la biodiversité et la production alimentaire. Pourtant, en France 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année ! Cette extinction très inquiétante s’explique notamment par l’usage intensif de pesticides tels que les insecticides « néonicotinoïdes » tueurs d’abeilles et d’autres insectes pollinisateurs.
Nous, écologistes, souhaitons aller plus loin que la dernière Loi pour la reconquête de la biodiversité (août 2016), en interdisant au plus vite et sans dérogations ces insecticides.
Je serai présente vendredi matin sur le marché d’Hénin-Beaumont pour distribuer des graines bio de fleurs mellifères, utiles aux abeilles. Participez avec nous à un monde sans pesticides et aidez les abeilles en les plantant autour de vous !

Agir contre la pollution de l’air sur l’agglo Hénin-Carvin

A l'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC), Environnement, Hénin-Beaumont, Mon travail d'élue, Prises de position, Santé

Jeudi dernier, l’agglomération Hénin-Carvin se réunissait en Conseil, l’occasion pour moi de poser au Président Jean-Pierre Corbisez une question relative à la pollution de l’air qui frappe durement notre territoire.

c3rzlh4wyaekr2i

Nous venions en effet de traverser un épisode de pollution sans précédent, après en avoir éprouvé 13 en 2016 représentant une durée totale de 24 jours.

En France, 130 personnes meurent chaque jours de l’exposition à la pollution de l’air. Dans les Hauts de France, cela représente chaque années plus de 6500 personnes, soit 13% de la mortalité totale de la région et ne perte d’espérance de vie de 16 mois en moyenne pouvant aller jusqu’à 19 mois dans les zones les plus urbanisée. En suivant les recommandations de l’OMS, c’est 3100 décès par ans qui seraient épargnés dans notre grande région.

L’agglomération d’Hénin-Carvin mène déjà beaucoup d’actions en matière de développement durable, surtout lorsqu’on la compare à sa voisine lensoise. Mais la branche « pollution de l’air » semble être en retrait par rapport à ses autres domaines d’intervention, même si plusieurs actions existent déjà : une aide pour remplacer les poêles à charbon par des poêles à bois, une flotte de 5 véhicules de service électriques, des bennes à ordure qui roulent au GNV, des opérations de sensibilisation à Aqua Terra dont une récente exposition la qualité de l’air intérieur et extérieur,  etc. Au niveau du Syndicat Mixte des transports, on avance également avec la prochaine mise en service d’une nouvelle flotte de véhicules qui seront hybrides et émettront moins de particules fines que leurs prédécesseurs.

Mais seule, l’agglomération n’est pas assez armée. Or à la fin de l’année 2016, nous apprenions malheureusement, au détour d’un article intitulé « comment respire-t’on dans le bassin minier » de l’édition lensoise de la Voix du Nord, que la communauté d’agglomération d’Hénin-Carvin est avec sa voisine lensoise la seule des Hauts-de-France de cette importance à ne pas avoir adhéré au programme régional de surveillance de la qualité de l’air d’Atmo, organisme

Attentive à la santé de ses habitants, ne peut rester à l’écart de la lutte collective contre la pollution de l’air.

ATMO, organisme agréé par le Ministère en charge de l’Environnement, apporte aux collectivités qui y adhèrent des mesures spécifiques sur 30 polluants et familles de polluants surveillés dont 12 réglementaires, une veille scientifique, des interventions annuelles en réunion, un rapport dédié à son territoire, la possibilité de participer à des formations pour les agents, la réalisation d’études inscrites dans son pacte associatif, etc.

J’ai donc demandé au Président de l’agglomération, au cours de cette séance de Conseil Communautaire, s’il s’engageait à étudier les conditions d’un partenariat avec ATMO.

Suite à la réponse qu’il a apporté publiquement ainsi qu’à celle de Christian Musial, vice-président chargé de l’environnement et du développement durable, il a été convenu qu’ATMO serait reçu lors d’une prochaine commission afin que ses représentants puissent avoir l’occasion de nous convaincre d’adhérer à nouveau au dispositif, ce que je souhaite vivement.

Affaire à suivre…

planter-un-arbre

Vouloir forer pour des gaz de houille… à proximité d’un hangar d’explosif! #LaMagieDuBassinMinier

Autre, Environnement, Mon travail d'élue, Nord-PdCalais, Prises de position, Santé, Sur le terrain

« Tout va très bien, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien.
Pourtant, il faut, il faut que l’on vous dise,
On déplore un tout petit rien »

Chanson de 1935, paroles et musique de Paul Misraki, publiée aux éditions Ray Ventura

Des explosions ont lieu ces jours ci au dépôt de munitions de Vimy, qui est un lieu de stockage d’obus des deux guerres mondiales, pour une raison que l’on ne s’explique toujours pas l’heure où je publie cet article…

Ce site est bien connu des habitants du territoire, qui avaient déjà été 13000 à être évacués plusieurs jours en avril 2001 le temps que l’on procède à la la sécurisation de l’énorme site de stockage de munitions.

Les aménagements effectués sur le site après cette grande évacuation nous ont certainement permis d’éviter le pire, mais cet événement nous rappelle que si le risque zéro n’existe pas, on doit toujours le rechercher.

C’est la raison pour laquelle les opposants au projet de forage de « gaz de houille » prévu dans le bassin minier sont d’autant plus inquiets que ces forages devraient avoir lieu à quelques encablures seulement de ce dépôt. Avec les secousses que cela suppose…

En février 2015, avec les autres candidats écolos aux départementales du territoire (Jamel Oufqir, Julien Wojcieszak, etc), nous avions justement attiré l’attention sur ce danger en plantant un arbre à l’emplacement prévu pour ces forages.

IMG_4813IMG_4811

 

Cette activité, en plus d’être coûteuse et néfaste pour l’environnement, entraînerait en effet nécessairement la déstabilisation du sous-sol, ici friable et déjà fragilisé par plus d’un siècle d’exploitation minière: les phases de forage, d’exploration et a fortiori d »exploitation, provoqueront des microséismes et des fuites de gaz incontrôlables. Sur ce site, ces fuites et tremblements auraient alors des conséquences bien plus dangereuses pour les habitants et pour l’environnement.

Ici, comme ailleurs, les risques environnementaux et sanitaires encourus par les populations locales ne sont justifiés par aucun bénéfice commun : Pas de gaz moins cher, pas d’impact sur l’emploi (uniquement 2 emplois non locaux par forage).

Le choix de cet emplacement par La Française de l’Énergie, a t-il tenu compte de la proximité de ce site particulièrement dangereux ?
Puisque la population n’est absolument pas consultée pour ce genre de projet pouvons nous faire confiance aux industriels quand il s’agit de faire passer l’intérêt général avant leurs intérêts particuliers ?

Avec EELV Bassin minier et EELV Nord-Pas-de-Calais et les collectifs anti-gaz de couche, nous ne cesserons donc de dénoncer ce Projet Inutile et Imposé par les lobbies financiers et gaziers. Nous réaffirmons notre opposition ferme à la recherche et à l’exploitation de gaz de couche, et de schiste qui même consommé localement n’est pas une solution pour réduire le réchauffement climatique.

Trop tard pour les tilleuls d’Hénin-Beaumont : les tronçonneuses du Front National auront eu leur peau !

A Hénin-Beaumont, Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Environnement, Hénin-Beaumont, Humeur, Mon travail d'élue, Nord-PdCalais, Prises de position, Sur le terrain

Le 28 avril 2016, le Tribunal Administratif de Lille a suspendu en urgence l’opération d’abatage de 38 tilleuls centenaires en cours rue Berlioz à Hénin-Beaumont, suite à un référé que j’avais introduit.

En effet, la municipalité d’Hénin-Beaumont, après avoir annoncé dans le journal municipal une simple campagne d’élagage, avait en effet entamé un véritable saccage sur ces tilleuls plantés en 1903, ordonnant un abattage radical des arbres en question et intensifiant le saccage à l’approche de l’audience pour faire le maximum de dégâts irrémédiables.

p3_tilleuls_Henin_Beaumont
Furieux de ce camouflet, ils ont même tenté en mai (photo ci-dessus) de contourner ce jugement en prenant un arrêté illégal piétinant cette décision de justice, et en reprenant l’abattage par surprise le lendemain matin vers 7 heures, opération qui avait été arrêtée par des citoyens et militants du territoire et par saisine de la préfecture, du TGI ainsi que du Juge administratif par un nouveau référé-suspension. Le Maire Front National avait fini par retirer cet arrêté quelques instants avant l’audience.

Cette semaine, le Maire frontiste a intenté une nouvelle procédure, prétextant un projet de « nouveau trottoir » – miraculeusement dévoilé au mois de mai, soit bien après le début des opérations que la mairie avait jusqu’alors eu beaucoup de difficultés à justifier y compris devant le tribunal – pour exiger la lever de la suspension.
Dans aucune ville de France refaire le trottoir ne demande d’abattre les arbres.
Cependant, lors de cette nouvelle audience au Tribunal Administratif de Lille, le Juge des référés, qui a bien spécifié pendant l’audience ne pas être là pour rejuger toute l’affaire mais pour se prononcer sur l’état des arbres à l’instant T, a dû se rendre à l’évidence: les arbres ont été mutilés.
Le considérant 7 est très clair sur ce point: « Dans ces conditions, et alors même que la commune a fait preuve de précipitation et d’une appréciation erronée des défauts présentés par certains arbres et compte tenu de ce que l’élagage drastique auquel il a été procédé en vue de préparer l’abattage à compromis irrémédiablement le devenir d’arbres ne présentant pas de risque de défaillance, la commune d’Hénin-Beaumont est désormais fondée à demander sur le fondement des conclusions des expertises produites à ce qu’il soit mis fin à la suspension de cette décision. »

En clair, le mal est fait. Irrémédiable. Et mutiler illégalement la nature permet ensuite de légaliser sa destruction. La législation française a encore bien des progrès à faire pour se mettre à la hauteur des enjeux environnementaux que ne manquera pas de nous poser le XIXème siècle.

13095765_1692531194328924_1996255358461406148_n-1

La Rue Berlioz avant intervention de la mairie

Je prends acte de cette décision qui me déchire. Ces arbres auraient dû et pu être soignés. Le Front national n’en a pas l’intention et je n’ai aucun moyen de les y contraindre, ceci n’étant pas une obligation légale.

Je me range donc à la décision du tribunal de laisser la mairie réparer ce massacre en replantant d’autres arbres. En ayant bien en tête que cette procédure judiciaire aura au moins permis à la Mairie de bâtir un projet sérieux d’aménagement des trottoirs de cette rue, qui encore une fois était compatible avec la préservation de ces tilleuls centenaires, refuges de biodiversité, climatiseur géant et outil imbattable de lutte contre les inondations et les pollutions.

Je tiens cependant à préciser suite à la réaction de Steeve Briois suite à ce verdict, m’accusant d’avoir « menti », « manipulé l’opinion » parce que « les arbres sont bien malades et doivent être abattus », que c’est bien sous le coup de leurs interventions que leur santé a été gravement compromise. Le jugement est très clair sur ce point. Ainsi que les propres expertises de la ville versées au dossier.

Face à ces intimidations et ces calomnies indignes d’un élu de la République, je vais examiner  les suites opportunes à donner à cette affaire qui révèlent une nouvelle fois les pratiques agressives et de passage en force de cette municipalité.

Je tiens à remercier l’ensemble des personnes qui m’ont soutenue dans ce dossier et qui se reconnaîtront, ainsi que celles et ceux qui ont contribué financièrement à l’étude sanitaire qui aura son importance dans la suite de la procédure puisqu’elle démontre la responsabilité de la Ville d’Hénin-Beaumont.

En toute transparence, vous pouvez télécharger ici la décision du tribunal et la contre-expertise que nous avions fait faire de notre côté.

Massacre à la tronçonneuse…

A Hénin-Beaumont, A l'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC), Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Environnement, Mon travail d'élue, Prises de position, Sur le terrain

Elaguer un arbre est nécessaire à sa bonne santé et à son intégration dans son environnement. L’organisation campagnes d’élagage régulières est donc tout à fait justifiée.

Mais la décision fin avril de la mairie, sans préavis et pour des raisons encore inexpliquées, d’abattre définitivement 39 tilleuls centenaires rue Berlioz dans le quartier du jeu de balle nous a interpelés.

13095765_1692531194328924_1996255358461406148_n-1.jpg

La rue Berlioz avant intervention de la mairie

FullSizeRender-3

La rue Berlioz après intervention de la mairie

Un tel alignement d’arbres est en effet inestimable pour notre ville: en plus de sa beauté pittoresque, c’est un climatiseur géant en période de canicule, un refuge pour la biodiversité, et une véritable assurance vie face aux perturbations climatiques et environnementales qui nous attendent.

Alertée par plusieurs riverains effarés, et devant une mairie si sûre d’elle qu’elle refusait d’écouter ceux qui faisaient état de leurs doutes et de répondre à leurs demandes d’explications, nous n’avons eu d’autre choix que de faire intervenir la justice par un référé-suspension que j’ai improvisé en urgence le 26 avril (je ne suis pas juriste de formation…).

Lors de l’audience au tribunal administratif de Lille le surlendemain, j’ai en l’absence d’avocat défendu moi-même la cause des tilleuls de la rue Berlioz.

Rien ne m’a été épargné par l’avocat embauché par la ville, qui a commencé par dénigrer mon intérêt par agir en montrant, « plan mappy » à la main, que j’habitais à 20 minutes à pieds des arbres en question, et n’était donc pas impactée par l’abattage de ces arbres. J’ai donc dû rappeler que les riverains hostiles qui m’avaient alertée n’avaient pour la plupart pas souhaité, par peu de représailles, déposer un recours eux même. Et que c’est bien l’ensemble de l’écosystème de la ville (dont ses habitants ;)) qui profite des bienfaits de ces centenaires.

Il a même été jusqu’à réclamer une sanction de 3000 euros à mon encontre pour me punir de ce recours (se demandait-il toujours à ce moment là pourquoi personne d’autre n’avait souhaité engager de démarche juridique sur ce sujet?) en argumentant auprès du juge que je les détestait tellement que s’il ne m’infligeait pas une telle sanction, je déposerais des recours « tous les jours » contre ces clients (note de la rédaction: c’est le 1er recours que je dépose contre eux de toute ma vie).

Surtout, la ville et son avocat ont fait preuve de son ignorance la plus crasse en matière d’arbres.

Après avoir durant la semaine expliqué tour à tour que les arbres étaient victimes d’un grave champignon (alors pourquoi laisser les passants et riverains ramasser le bois laissé au sol par les abattages pour les ramener chez eux?), d’une épidémie (alors pourquoi les arbres situés à 1mètre à l’intérieur du parc n’en seraient pas victimes?), d’un mauvais élagage en 2005 (pourquoi ne pas les soigner plutôt que de les abattre?), la défense a fini par décréter que les arbres représentaient un danger car menaçaient de s’écrouler. Sauf que l’attestation d’expert brandie, ainsi que tous les constats d’huissier présentés étaient postérieurs au dépôt de mon recours et avait donc été produits pour la circonstance.

IMG_9646

L’adjoint à l’urbanisme a par exemple sorti de son chapeau une pièce « choc »: une photo de branche tombée sur la route en 2013. Si la stratégie du Front National est de s’en prendre aux arbres qui perdent des branches (ce qui est totalement normal dans le cycle de vie de l’arbre, comme un humain perd chaque jours des cheveux), la verdure héninoise peut trembler 😉

La municipalité s’est également appuyée sur une photo de tronc creux pour démontrer « le piteux état des arbres ». Sauf que ce creux existe depuis plus de 50 ans.

IMG_9641-2

La défense a ensuite expliqué qu’il n’y avait pas de préjudice écologique car elle promettait d’en replanter autant, voir même plus. Cela revient à bien méconnaître l’intérêt des arbres centenaires, aux bienfaits décuplés pour leur environnement, qu’un arbrisseau n’est pas en mesure de compenser.

Ils ont enchaîné en expliquant avoir parfaitement informé la population dans le journal municipal… qui avait en effet évoqué une campagne « d’élagage » (vous avouerez que dans les actes ils ont été LEGEREMENT au delà de ce qui avait été annoncé ;)).

Ils ont même poursuivi en expliquant qu’il était de toute manière trop tard car l’ensemble des arbres avaient entre temps étaient abattus. Ce qui était un mensonge éhonté puisque j’ai pu constater en rentrant de l’audience que 18 arbres étaient encore sur pieds.

Pendant ce temps là, la mairie s’était par contre empressée d’ordonner la décapitation des 18 arbres encore intacts dès 7h30 du matin le jour de l’audience, histoire de faire le plus de dégâts possible et de mettre en danger leur survie.

Voici le résultat de ce massacre à la tronçonneuse volontairement précipité par le paire.

IMG_9637

Lorsque le juge administratif a rendu son ordonnance quelques heures plus tard (que vous pouvez retrouver ici), c’est donc un ouf que soulagement que nous avons poussé, le juge reconnaissant lui même une « erreur manifeste d’appréciation » du maire concernant l’état sanitaire des arbres en question, mêlé de déception de n’avoir pu empêcher plus tôt le massacre des arbres.

Mais notre objectif était – bien que partiellement – rempli: pouvoir prendre le temps, sereinement, de déterminer si celui-ci nécessitait une mesure aussi radicale plutôt qu’un traitement au cas par cas.

C’était sans compter sur l’esprit revanchard du maire qui bien que n’ayant pas usé de son droit de recours contre la décision du juge, a préféré, le 18 mai, prendre en catimini un nouvel arrêté illégal piétinant cette décision de justice, affiché devant la mairie au dernière moment, en fin de journée, pour nous prendre de cours.

IMG_0156

A 7h15 le lendemain matin, une nacelle « Trimmer » arrivait sur place.

Précisons qu’il n’en existe que 3 en France et que le coût de cette petite vengeance n’est donc pas anodin pour le contribuable héninois. Mais pourquoi avoir commandé un tel engin plutôt que ceux qui avaient été utilisés deux semaines plus tôt? Parce que cette nacelle était le moyen le plus radical « d’aller vite »: tout aurait été bouclé en quelques heures.

IMG_0179.JPG

Ce véritable passage en force du maire aurait eu des conséquences irrémédiables sans la réactivité dont nous avons pu faire preuve : deux nouveaux recours ont été déposés dans la nuit auprès du juge administratif, ainsi qu’une demande de répression pénale auprès du procureur de la république et une demande d’arrêté d’interruption de travaux auprès du Préfet.

Surtout, la mobilisation d’une trentaine de militants et riverains que je remercie a permis d’empêcher le démarrage des nouveaux abattage le matin dès 7h30, et de mettre la société et la police au courant de la décision de justice l’interdisant.

13227639_1157015727676784_49327523293717415_o.jpg

IMG_0173

Bruno Bilde, dans un état d’excitation avancé, s’en est pris successivement à toutes personnes présentes, qu’elles soient militantes, riveraines ou journalistes. Il criait des leçons de droit à qui voulait bien l’entendre « 1ère année de droit, pas d’autorité de la chose jugée », invectivait les journalistes venus faire leur travail, dénonçait un buzz monté contre la ville, lui qui a construit sa stratégie électorale locale sur cette méthode en jouant le petit attaché de presse de Marine Le Pen et en organisant de vrais safaris pour journalistes dans notre ville qu’il destinait alors à transformer en vitrine du Front National.

IMG_0159

Acculé par la justice et mis en échec dans sa tentative de passage en force, le maire a fini par retirer son arrêté quelques heures avant l’audience prévue le lendemain matin (preuve que les leçons présomptueuses de droit de Monsieur Bilde n’étaient peut être pas aussi rodées que cela…).

FullSizeRender-3.jpg

L’affaire s’arrête donc là pour l’instant, le temps que la mairie procède à une nouvelle expertise sanitaire. Vu ce qui a été infligé aux arbres ces dernières semaines, nulle doute qu’ils sont a présent extrêmement fragilisés. Il s’agira de notre côté de faire la démonstration qu’ils peuvent encore être sauvés. Ou sinon d’attaquer la mairie pour les dégâts commis.

Cet alignement d’arbre remarquable, protégé par le niveau plan local d’urbanisme, était notre patrimoine environnemental. Notre patrimoine paysager. Notre patrimoine populaire.

Il est de notre devoir de nous battre pour le préserver.  Nous sommes et serons à votre dispositions à chaque fois que ce patrimoine sera menacé. N’hésitez pas à nous alerter!

En attendant, pour nous aider à financer une contre-expertise sur les tilleuls centenaires restants, vous pouvez faire un don ici:

Se souvenir pour avancer vers un monde pacifié

Autre, Environnement, Nord-PdCalais, Nos campagnes électorales, Prises de position, Régionales 2015

Nous célébrons aujourd’hui un armistice bientôt centenaire, celui du premier conflit mondial. Nous nous souvenons d’un conflit meurtrier, qui a laissé sur nos territoires des cicatrices encore bien visibles, comme autant de rappels.

Dans toute période de trouble, il est bon de se souvenir. Se souvenir de ce pour quoi il faut se battre : une société apaisée, la justice sociale, le bien-être de tous. Se souvenir de quelle façon le faire : à travers les idées, le débat, l’échange, qui doivent nous enrichir, et non pas nous enfermer.

CTipCueWoAAlxY2

Cet après midi à l’anneau de la mémoire de Lorette avec Sandrine Rousseau et les candidat-e-s du Rassemblement

Ce que nous célébrons aujourd’hui c’est la paix. Nous refusons de laisser glisser ce 11 novembre dans le repli identitaire. Jean Jaurès l’avait dit, si les hommes se laissent entraîner par leurs passions nationalistes, irrédentistes, c’est l’éternel retour à la guerre. Il fut assassiné pour avoir dénoncé et lutté de toutes ses forces contre cette barbarie.

Il est plus que jamais de notre responsabilité de développer une mémoire ouverte, pas uniquement une mémoire des conflits, pour que ceux-ci ne se répètent jamais. Les commémorations du 11 novembre nous rappellent la catastrophe humaine que fut la Première guerre mondiale, mais nous permettent aussi d’avancer vers un monde pacifié.

La paix n’est pas qu’un symbole mais un but permanent. C’est le fruit du partage et de la coopération, plutôt que de l’accaparement des richesses et la compétition.

Il faut regarder le conflit droit dans les yeux et dénoncer les atrocités commises, pour pouvoir avancer sereinement. C’est ainsi que les élus écologistes du Conseil régional de Picardie ont souhaité réhabiliter collectivement les « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale. Leur motion « Pour une réhabilitation collective des « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale » a été votée par l’ensemble des groupes de la majorité régionale en décembre 2014. Seul le FN s’est abstenu.

La commémoration de 1914-1918 donne lieu à nombre d’hommages qui doivent s’adresser à la totalité des victimes. Ce sont en effet 639 soldats français qui furent « fusillés pour l’exemple », au terme de conseils de guerre des plus arbitraires, pour avoir refusé de prendre part aux combats, parce qu’ils étaient parvenus aux limites de leur endurance physique et morale face à un tel massacre ou parce que leur conscience ou leurs valeurs humanistes le leur dictait. Seuls 42 de ces fusillés ont été réhabilités à ce jour. C’est une réhabilitation de l’ensemble de ces victimes de guerre qu’il faut aujourd’hui.

12227657_10153653291346280_2047444290264120476_n

C’est à François Hollande qu’il appartient de réhabiliter ces hommes, dont la mémoire a été injustement salie. Une étude doit être menée afin de recenser les fusillés pour l’exemple en Nord Pas de Calais – Picardie et de construire à terme un mémorial à leur honneur, dont nous proposerons l’inauguration au Président de la République.

Toutes proportions gardées et bien que ne représentant qu’une partie mineure des fusillés, les mutins de la Première Guerre mondiale nous rappellent aussi que la désobéissance civile aux ordres les plus cruels est un devoir de citoyen. Quand l’État envoie aujourd’hui en France les forces de l’ordre pour expulser des sans-papiers ou déloger des familles Roms, face à la barbarie de nos sociétés actuelles, à une spéculation effrénée pour le profit de quelques-uns, à la multiplication des plans sociaux, n’oublions pas le message des mutins : « crosse en l’air » quand cela devient insupportable.

La Grande guerre, c’est aussi le déchaînement des barbaries, notamment dans les territoires occupés. L’occupation en France pendant la Première Guerre mondiale est quasi inexistante dans les manuels ; les exactions étaient pourtant légion. Travail forcé, pénuries alimentaires, violences quotidiennes, déportation des jeunes filles et des jeunes femmes de Lille, exécutions sommaires, etc. Il faut aujourd’hui rendre hommage à ces oubliés de la Grande guerre. Citons Léon Trulin, adolescent résistant, fusillé pour espionnage à tout juste 17 ans. Sa vie, écourtée sans jugement par les troupes allemandes, doit nous servir d’exemple et nous encourager à lutter à chaque instant contre la barbarie.

Ces victimes encore trop souvent tues, celles de l’arrière, sont aussi des femmes, de Louise de Bettignies, espionne amandinoise morte en Allemagne, à Angèle Lecat, fusillée à Rumegies pour avoir hébergé des soldats anglais évadés. Des femmes engagées dans le conflit, devenues des symboles d’une dynamique nouvelle. A l’arrière, les femmes ont pour la première fois pu s’émanciper. Si le mouvement féministe était évidemment antérieur, le début de la guerre en 1914 a permis aux femmes de sortir de leur foyer, de leur prison, leur obscurité. Elles participent pleinement à l’effort de guerre : « partout où l’homme se bat, partout où l’homme souffre, partout où l’homme travaille, partout où son absence réclame une présence, la femme se lève dans l’ombre du guerrier » (Marthe Dupy).

Les femmes ont prouvé qu’elles étaient les égales des hommes. Hors des frontières françaises, les revendications féministes se font également entendre durant la Première Guerre mondiale. Dans les pays anglo-saxons, les mouvements de Suffragettes ont permis l’obtention progressive du droit de vote pour les femmes. Il est important de rendre aussi hommage à ces combattantes là.

Il est important aussi de prendre conscience des plaies non refermées. A ce titre, les effets de cette guerre se ressentent toujours dans nos sols : il n’y a pas d’armistice pour les déchets de guerre.

Les munitions de la Première Guerre mondiale présentes dans le sol de notre région Nord Pas de Calais – Picardie depuis un siècle fondent en polluant nos sols, nos nappes phréatiques, et constituent un danger pour la santé des habitants. Les sels de perchlorates, abondamment utilisés en tant qu’explosifs dans les obus, sont les principaux polluants. Plusieurs arrêtés de restriction de consommation de l’eau du robinet pour les nourrissons de moins de six mois et les femmes enceintes ont été déclarés.

12241225_10153653292416280_6429937807822970664_n

Les effets sur la santé sont conséquents : hyperthyroïdie, problèmes de croissance ou de développement neurologique chez le nourrisson, etc. La répartition des teneurs en perchlorate est directement liée aux lignes de front des combats entre les forces de la triple-entente et l’armée allemande. Les teneurs les plus élevées sont observées autour de Lens, Arras et Douai. Ce sont 500 à 800 tonnes de munitions anciennes qui sont découvertes, neutralisées ou entreposées chaque année sur le territoire français, avant tout dans le Nord et dans l’Est. Il faut mettre en place un plan de déminage d’envergure sur des décennies pour finalement débarrasser notre territoire du danger représenté par les millions d’obus.

Les États entrent facilement en guerre, il est plus difficile d’en sortir. Cette journée de commémoration doit nous rappeler que la paix est un combat nécessaire plus difficile à mener encore.

Sandrine Rousseau
Candidate du Rassemblement « Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire »

Les têtes de listes départementales du Rassemblement :
Dominique Jourdain pour l’Aisne
Laurent Matejko pour le Nord
Marie-Laure Darrigade pour l’Oise
Marine Tondelier pour le Pas-de-Calais
Dominique Théo pour la Somme

Thierry Brochot, Conseiller régional de Picardie