Pour les écolos aussi c’est la rentrée !

Hénin-Beaumont, Humeur

Reprise anticipée des travaux parlementaires, re-peuplement des centres villes toujours un peu déserts en été (remember le 15 août à Hénin-Beaumont, un grand moment de no man’s land), bronzage qui commence déjà à s’estomper: pas de doutes, c’est la rentrée!

L’occasion de se remettre aux choses sérieuses… dont ce blog, un peu mis entre parenthèse depuis la fin de la campagne législative, mais vous avouerez qu’en juillet / août j’aurais eu moins de trucs rock’n’roll à vous raconter, surtout que la valls des roms de Manuel et les propos d’un autre ministre (du passé) qualifiant le nucléaire de filière d’avenir auraient rendu le ton de mes articles légèrement désagréable.

Rien n’a arrêté les écologistes… à Poitiers

L’année dernière, à cette même période, j’avais eu plein de trucs très drôles à vous raconter sur les journées d’été EELV, qui avaient eu lieu à Clermont-Ferrand. Cette année, j’ai un peu moins de blagues à vous faire, parce que maintenant qu’on est un parti de gouvernement, on fait genre on est sérieux.

N’empêche que Pascal Durand, notre nouveau secrétaire national EELV, a quand même été repéré le jeudi soir au traditionnel « repas des chtis » en train d’entonner « Min p’tit quinquin » en plein centre ville de Poitiers

N’empêche que les Jeunes Ecologistes ont fait des actions coup de poing légèrement dénudés pour dénoncer le fait que le Greenwashing était devenu la nouvelle « femme à poil » de la publicité.

 

N’empêche qu’un groupe d’irréductibles fétards a organisé une soirée « sandalettes et muselières » en hommage à notre participation gouvernementale, et que je peux témoigner qu’il y avait une folle ambiance

N’empêche qu’on a tenu une « Agora » ME-MO-RABLE (rassemblement de 150 représentants des coopérateurs et des 150 conseillers fédéraux EELV en une assemblée autogérée censée animer la coopérative, objet politique non identifié à fonctionnement réticulaire via démocratie liquide diagonale sur socle vertical, non spécialiste des statuts et migraineux s’abstenir)

N’empêche qu’on a vécu des expériences subliminales avec les transports en commun de Poiters (« Bonjour Messieurs les policiers, on attend le bus qui a 45 minutes de retard » « ah bah c’est qu’il passera pas » « oui mais le suivant est dans 1h30 » « on appelle les contrôleurs : « allo allo, il y a des écologistes chtis qui attendent un bus, ils sont 10, ils doivent aller en centre ville, vous venez les aider? » / Les contrôleurs : « bah on sait pas où est passé ce bus, on a pas de nouvelles » « attendez, c’est pas le triangle des bermudes quand même » « c’est peut-être le chauffeur qui est pas venu travailler en fait » « et nous on fait comment? » « attendez, on a un collègue, on croit qu’il sait conduire les bus, on l’appelle, il va en trouver un et venir vous chercher » #Psychédélique)

 

N’empêche qu’on a assisté à la naissance de motions punks

N’empêche que les jeunes écolos (encore eux, faudrait peut-être qu’ils veillent à se calmer ces andouilles) ont organisé une soirée de droite drôlement sélecte, avec lipdub, danse du premier cercle, et incantations pour le retour de Nadine Morano au gouvernement, et qu’on s’est follement amusés

 

N’empêche que Cécile Duflot, avec ou sans muselière, a enfilé une cagoule à paillettes pour défendre les pussy riot et que ça pour le coup c’était assez Rock’n’Roll!

Crédit: ecologeeks

Bref, rassurez vous, même au gouvernement, les écologistes n’ont pas perdu leur sens de l’humour…

Les écologistes à l’épreuve du gouvernement… et des moules frites

Le week end dernier, c’était la traditionnelle braderie de Lille, et comme chaque année, le groupe local lillois tenait son stand de la rue de Paris,  cette année animé par un superbe jeu de flipper « droit des Roms » et un magnifique chamboulle tout « La Valls des Centrales – Jeu Manuel Gratuit ».

Mais les écologistes étaient également présents sur le 10 km et le semi-marathon. Et l’originalité de cette édition 2012, c’est que Pascal Durand (qui a donc succédé à Cécile Duflot à la tête de notre parti, pour ceux qui n’avaient pas suivi..) l’a courru avec nous, ce 10 km…

Crédit: Steeve Bontus

Je ne m’attarderai pas trop sur comment il m’a mis 10 minutes dans la vue tout ça (explication officielle: en vraie nordiste, je sais que quand on se donne trop à fond sur les courses du matin, on est trop mal en point pour profiter pleinement de ses frites de midi), ni sur notre grande dissertation de la pause déjeuner comme quoi on peut être végétarien et manger des moules à la braderie parce que ce jour là il y a dérogation.

 

Mais j’insisterai par contre sur la parfaite acclimatation de notre secrétaire national au climat local, photo à l’appui…

#RepasGastronomique

#SignaturePetitionSoutienAuxRoms

 #EchangeSurLesLignesHautesTension

En somme vous l’aurez compris, être au gouvernement ne nous empêche pas d’être sur le terrain. Et avoir deux ministres ne nous a pas fait perdre notre fraîcheur, notre spontanéité et ni notre sens de l’humour.

Et même si on est plus trop sûr pour le changement (faudrait qu’on rediscute de certaines choses avec les socialistes tout ça ou alors ça va finir pas mal se mettre),  la rentrée en tout cas c’est maintenant!

Et j’en profite pour vous donner deux rendez-vous!

>> Ce soir à Hénin-Beaumont au Bar Label Anglaise (Place Wagon), les Amis de l’émission de France Inter « Là-bas si j’y suis » organisent un café citoyen sur le thème de l’inscription du Bassin Minier au patrimoine mondial de l’Unesco, et ça risque d’être drôlement intéressant

>> Dimanche autour de la gare et rue Elie Gruyelle, les Jeunes Ecologistes du bassin minier et les écologistes héninois vous donnent rendez-vous à leur stand pour discuter de l’avenir de la ville, du territoire, du pays, et pour quelques animations dont je vous parlerai plus en détail d’ici là

Et surtout, surtout, je vous souhaite, à toutes et tous, une excellente rentrée!

L’avenir d’Hénin sera-t-il vert ? Parlons-en le 31 mai à 19h

Autre, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

A l’occasion du dernier Conseil Fédéral d’Europe Ecologie Les Verts, les copains de la grande famille écologiste ont souhaité enregistrer un petit message à l’attention des habitants de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais.

Petit jeu: deux Ministres (ils ne l’étaient pas encore à l’époque) se cachent dans cette video, saurez-vous les retrouver? Avec aussi Yves Cochet, Karima Delli, Jean-Paul Besset, Alain Lipietz, Aline Archimbaud, Dominique Voynet, Jean Desessard et Eva Joly!

Comme eux, retrouvons nous le jeudi 31 mai à 19h00 à la salle des fêtes d’Hénin-Beaumont (rue Voltaire) pour notre grand meeting-concert, avec:

    > Marie-Christine BLANDIN, ancienne présidente de la région Nord-Pas-de-Calais, sénatrice du Nord-Pas-de-Calais
    > Jean-François CARON, Marie de Loos-en-Gohelle, Président du groupe EELV du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais
    > Hélène FLAUTRE, députée européenne du Nord-Pas-de-Calais
    > Pascal DURAND, porte-parole national d’Europe Écologie Les Verts


Un buffet sera servi et un concert suivra les prises de parole des intervenants : « Back to the Roots » ! L’entrée est bien sûr libre et gratuite !

C’est le moment d’échanger autour des solutions que proposent les écologistes pour sortir de la crise, augmenter le pouvoir d’achat, prendre en compte la santé au travail, vivre mieux tout simplement !

Pour rappel et parce que beaucoup de gens nous posent la question, la 11e circonscription regroupe : Carvin, Courrières, Leforest, Montigny-en-Gohelle, Oignies, Libercourt, Rouvroy, Méricourt, Drocourt, Evin-Malmaison, Hénin-Beaumont, Dourges, Courcelles-lès-Lens, Noyelles-Godault

Conférence de presse avec Eva et Cécile à Hénin-Beaumont

Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais, Présidentielle 2012

Mardi 10 avril, Cécile Duflot et Eva Joly étaient donc en visite à Hénin-Beaumont, déplacement raconté en photo dans l’article précédent . Je souhaitais revenir plus précisément, dans ce billet, sur la conférence de presse que nous avons organisée à l’occasion (et histoire de se réchauffer), au Chanzy.

Lors de mon intervention, en introduction, et pour « dresser le tableau local » si particulier, j’ai eu l’occasion de mettre plusieurs choses au point, que je vous propose de retracer ici, parce que tout de même, ça a son importance, et que ça résume assez bien ma posture par rapport à l’actualité rocambolesque. En voici une tentative de retranscription, même si « seul le prononcé fait foi ».

 » En tant que co-animatrice du groupe local « Europe Ecologie Bassin Minier », je voulais tout d’abord souhaiter la bienvenue à Cécile et à Eva, et à les remercier chaleureusement, ainsi que vous toutes et tous, d’avoir fait le déplacement.

En tant qu’habitante d’Hénin-Beaumont, vous vous en doutez, j’ai quelques précisions à apporter quant à l’actualité locale.

Concernant les « affaires » du PS, je n’ai pas vocation à me prononcer sur le fond de l’affaire tant que le PS n’a pas rendu les conclusions de son enquête interne, et tant que la justice ne s’est pas prononcée. Par contre, cela ne m’empêche pas d’être exaspérée par les conséquences que cela a eu et continue d’avoir sur ma ville.

Exemple le plus récent : l’ouvrage Rose Mafia, même si j’ai appris à accorder bien peu de crédit aux dires de son auteur, notre ancien maire révoqué,  Monsieur Dallongeville, a des conséquences locales attristantes: la parole politique est une nouvelle fois discréditée, le territoire à nouveau stigmatisé, et la perspective d’une sérénité retrouvée s’éloigne.

Je comprends le désarroi des militants politiques et des élus locaux qui, malgré leurs convictions sincères, se retrouvent mis en porte à faux.

Je comprends également la colère. Je la comprends d’autant plus que je la ressens aussi moi-même parfois, au fur et à mesure des épisodes du psychodrame politique local.

Cela vous choquera peut-être, mais je comprends même le vote FN. Je le comprends, mais je ne m’y résous pas.

Merci, Eva, de me donner l’occasion d’expliquer pourquoi je n’accepte pas que ma ville soit présentée comme le fief de Marine Le Pen (au point que des gens que je rencontre et qui ne sont pas d’ici, me demandent parfois de leur confirmer qu’elle est bien maire d’Hénin-Beaumont!)

Marine Le Pen est arrivée dans le secteur il y a quelques années, par pur opportunisme. Soit. Ca arrive, et il y en a d’autres. Mais la pire des impostures, c’est la stratégie de communication mise en oeuvre depuis. C’est en fait une double imposture.

1. Sur le fond: Madame Le Pen se fait passer pour « plus sociale que la gauche », et ce en totale opposition avec les positions qu’elle adopte au conseil régional ou au Parlement Européen, où elle n’a déposé aucun amendement depuis 2004, alors qu’elle est membre de la commission « Emploi et affaires sociales », au coeur des préoccupations qu’elle prétend défendre.

2. Sur la forme : elle a démissionné en février 2011 de son poste de conseillère municipale, au nom de « l’efficacité politique », préférant siéger au parlement européen où elle bat tous les records d’absentéisme. (en janvier 2012, elle était dernière député européenne française et 373ème sur 376, toutes nationalités confondues, en taux de présence). Dans le même temps, elle justifiait auprès de la presse sa démission du conseil municipal  par « l’efficacité politique »:  « Où suis-je la plus efficace pour mon pays, pour mon mouvement et pour ma ville ? » Manifestement pas à Bruxelles, vu son absence de travail là-bas.

Je m’arrête là car je ne veux pas passer la matinée à parler de Marine Le Pen, et que je pense que vous avez compris le mesage.

Mais laissez moi, avant de conclure, exprimer quelques messages, cette fois ci en tant que candidate sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais aux prochaines législatives.

Marine Le Pen n’est pas une fatalité, et je ne me résignerai pas. Mais je ne me présente pas à Hénin-Beaumont juste pour le duel « marine contre marine ». Je me présente sur cette circonscription car ici, c’est chez moi. Et parce que c’est ce territoire que j’ai envie de transformer. Mon expérience des campagnes précédentes que j’ai menées sur le territoire (Municipales de 2009, Régianales de 2010 puis cantonales de 2011) m’ont confirmées que le bassin minier est un territoire plein d’avenir. Ses habitants sont pleins de ressources.

Et j’ai la chance (en même temps je l’ai choisi) de défendre un programme à l’opposé de la rhétorique de repli frontiste. Car nos propositions écologistes répondent aux trois préoccupations majeures des habitants.

1. L’emploi, avec la création possible d’un million d’emplois verts en 5 ans

2. Le logement, avec un programme majeur de rénovation et d’isolation, créateur d’emplois non délocalisables, bon pour la planète, et bon pour le pouvoir d’achat grâce aux économies permises, en terme de chauffage notamment

3. La santé, surtout dans un territoire comme le bassin minier qui concentre 13% des sites les plus pollués de France, et où l’on enregistre des taux de surmortalité allant jusque 67%, record national

Finalement, le défi de l’écologie à Hénin Beaumont, c’est celui de la gauche populaire. Il faut revenir aux racines de la gauche. Aux gens, tous simplement. Et ouvrir de nouveaux horizons pour le territoire.

En conclusion, vous l’aurez compris, je considère qu’Hénin Beaumont mérite  des élu-e-s respectueux-ses de la confiance que leur porte les électeurs-trices. Plus largement, la 11ème circonscription mérite mieux que d’incessantes rumeurs de corruption et l’utilisation sans vergogne d’Hénin-Beaumont comme appartement témoin du projet frontiste.

Pour toutes ces raisons, je ne me présente pas à cette élection pour faire figuration, mais bel et bien avec l’intention de me donner les moyens d’être la candidate de gauche la mieux placée au soir du 1er tour. »

Photo de famille prise à l'issue de la conférence de presse, avec Eva, Cécile et les candidats locaux aux législatives (Sandrine Rousseau à Valenciennes, Slimane Tir à Roubaix, et Jean-François Caron à Lens)

« La politique est-elle un métier? » by Cécile Duflot

Avec les jeunes écologistes

Jeudi soir, Cécile Duflot était à Sciences Po Lille pour une conférence organisée par « Europe Ecologie Sciences Po Lille » et qui posait une question importante: « la politique est-elle un métier? ».

Il faut avant tout préciser que sa présence relevait de la performance: elle arrivait tout droit de Wattrelos, où elle venait d’affronter par environ -12 degrés et sous la neige l’ascension d’un terril / friche reconvertie. D’un bon esprit à tout épreuve et ravigorée par le termos de vin chaud emporté par les soins de notre nouveau secrétaire régional Vincent D. (les recettes circulaient sur la liste du bureau régional depuis quelques jours, ça me faisait bien rigoler), elle est arrivée de bonne humeur. Congelée, oui, mais de bon humeur. Avec une salle comble prête à l’écouter, et un premier rang surmotivé!

Photo by Vivien Guihard
A ma droite et dans l’ordre: Vincent Dhélin (Secrétaire Régional d’EELV Nord-Pas-de-Calais), Pierre Mathiot, (Directeur de Sciences Po Lille), Marie Blandin (Sénatrice EELV du Nord Pas-de-Calais) et Lisa (Militante d’Europe Ecologie Sciences Po Lille)

 

Revenons en au sujet de la conférence: « la politique est-elle un métier ». Cécile a traité ce sujet sans démagogie, avec à son habitude beaucoup de sincérité et de naturel… Et sa manière d’aborder les choses me touche. Car avant d’être une « politicienne », Cécile est une femme, une mère, une militante, une citoyenne, et cela se sent. On n’a pas affaire à un « robot politique » qui débiterait les propos que l’on attends de lui. Elle parle avec une spontanéité rare en politique.  Quand un étudiant présent dans la salle l’interroge sur la rumeur selon laquelle elle n’aurait pas hésité, durant sa carrière, à « tuer des amis », elle réponds du tac-au-tac: « désactiver des casses-couilles n’est pas tuer ses amis ». Tout le monde ri. Et bien évidemment, ça finit sur twitter avec le hashtag #CaSeTwitte! Comme  lorsque à chaque fois qu’on lui pose une question tordue, elle s’en sort par la franchise et l’humour. Finalement, j’ai l’impression que plus la question est a priori difficile, plus l’exercice est facile pour elle. Et que c’est ses réponses aux questions dites « piège » qui la mettent le plus en valeur.

A la sortie, les étudiants ont l’air convaincus. Ils l’ont trouvée « sympa », « accessible », « naturelle ». Chacun repars avec sa capote « Fuck me I’m ecologist » en ce lendemain de Journée internationale de lutte contre le Sida, Cécile Duflot incluse. Encore une victoire d' »Europe Ecologie Sciences Po Lille *  » 🙂

Je profite de cet article pour faire un peu de publicité aux copains d' »Europe Ecologie Sciences Po Lille », qui font du super boulot. En seulement qq semaines, ils ont déjà fait des propositions à la direction pour une école HQE, mis en place une AMAP dans les locaux de Sciences Po, entamé un débat sur les Etats Généraux de l’Ecologie et de l’emploi, organisé une conf’ avec Cécile Duflot. Bref, pas mal pour des débutants 🙂 #FièreD’Eux 😉

Merci également à Vivien Guihard pour les photos de cet article. Vous ne le connaissez pas encore? C’est lui qui est toujours dans le coin, prêt à dégainer son appareil photo pour immortaliser les moments clefs pour l’écologie politique… Et même qu’il a un nouveau site, et que c’est par ici!