Trop tard pour les tilleuls d’Hénin-Beaumont : les tronçonneuses du Front National auront eu leur peau !

A Hénin-Beaumont, Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Environnement, Hénin-Beaumont, Humeur, Mon travail d'élue, Nord-PdCalais, Prises de position, Sur le terrain

Le 28 avril 2016, le Tribunal Administratif de Lille a suspendu en urgence l’opération d’abatage de 38 tilleuls centenaires en cours rue Berlioz à Hénin-Beaumont, suite à un référé que j’avais introduit.

En effet, la municipalité d’Hénin-Beaumont, après avoir annoncé dans le journal municipal une simple campagne d’élagage, avait en effet entamé un véritable saccage sur ces tilleuls plantés en 1903, ordonnant un abattage radical des arbres en question et intensifiant le saccage à l’approche de l’audience pour faire le maximum de dégâts irrémédiables.

p3_tilleuls_Henin_Beaumont
Furieux de ce camouflet, ils ont même tenté en mai (photo ci-dessus) de contourner ce jugement en prenant un arrêté illégal piétinant cette décision de justice, et en reprenant l’abattage par surprise le lendemain matin vers 7 heures, opération qui avait été arrêtée par des citoyens et militants du territoire et par saisine de la préfecture, du TGI ainsi que du Juge administratif par un nouveau référé-suspension. Le Maire Front National avait fini par retirer cet arrêté quelques instants avant l’audience.

Cette semaine, le Maire frontiste a intenté une nouvelle procédure, prétextant un projet de « nouveau trottoir » – miraculeusement dévoilé au mois de mai, soit bien après le début des opérations que la mairie avait jusqu’alors eu beaucoup de difficultés à justifier y compris devant le tribunal – pour exiger la lever de la suspension.
Dans aucune ville de France refaire le trottoir ne demande d’abattre les arbres.
Cependant, lors de cette nouvelle audience au Tribunal Administratif de Lille, le Juge des référés, qui a bien spécifié pendant l’audience ne pas être là pour rejuger toute l’affaire mais pour se prononcer sur l’état des arbres à l’instant T, a dû se rendre à l’évidence: les arbres ont été mutilés.
Le considérant 7 est très clair sur ce point: « Dans ces conditions, et alors même que la commune a fait preuve de précipitation et d’une appréciation erronée des défauts présentés par certains arbres et compte tenu de ce que l’élagage drastique auquel il a été procédé en vue de préparer l’abattage à compromis irrémédiablement le devenir d’arbres ne présentant pas de risque de défaillance, la commune d’Hénin-Beaumont est désormais fondée à demander sur le fondement des conclusions des expertises produites à ce qu’il soit mis fin à la suspension de cette décision. »

En clair, le mal est fait. Irrémédiable. Et mutiler illégalement la nature permet ensuite de légaliser sa destruction. La législation française a encore bien des progrès à faire pour se mettre à la hauteur des enjeux environnementaux que ne manquera pas de nous poser le XIXème siècle.

13095765_1692531194328924_1996255358461406148_n-1

La Rue Berlioz avant intervention de la mairie

Je prends acte de cette décision qui me déchire. Ces arbres auraient dû et pu être soignés. Le Front national n’en a pas l’intention et je n’ai aucun moyen de les y contraindre, ceci n’étant pas une obligation légale.

Je me range donc à la décision du tribunal de laisser la mairie réparer ce massacre en replantant d’autres arbres. En ayant bien en tête que cette procédure judiciaire aura au moins permis à la Mairie de bâtir un projet sérieux d’aménagement des trottoirs de cette rue, qui encore une fois était compatible avec la préservation de ces tilleuls centenaires, refuges de biodiversité, climatiseur géant et outil imbattable de lutte contre les inondations et les pollutions.

Je tiens cependant à préciser suite à la réaction de Steeve Briois suite à ce verdict, m’accusant d’avoir « menti », « manipulé l’opinion » parce que « les arbres sont bien malades et doivent être abattus », que c’est bien sous le coup de leurs interventions que leur santé a été gravement compromise. Le jugement est très clair sur ce point. Ainsi que les propres expertises de la ville versées au dossier.

Face à ces intimidations et ces calomnies indignes d’un élu de la République, je vais examiner  les suites opportunes à donner à cette affaire qui révèlent une nouvelle fois les pratiques agressives et de passage en force de cette municipalité.

Je tiens à remercier l’ensemble des personnes qui m’ont soutenue dans ce dossier et qui se reconnaîtront, ainsi que celles et ceux qui ont contribué financièrement à l’étude sanitaire qui aura son importance dans la suite de la procédure puisqu’elle démontre la responsabilité de la Ville d’Hénin-Beaumont.

En toute transparence, vous pouvez télécharger ici la décision du tribunal et la contre-expertise que nous avions fait faire de notre côté.

Massacre à la tronçonneuse…

A Hénin-Beaumont, A l'agglomération d'Hénin-Carvin (CAHC), Au conseil municipal d'Hénin-Beaumont, Environnement, Mon travail d'élue, Prises de position, Sur le terrain

Elaguer un arbre est nécessaire à sa bonne santé et à son intégration dans son environnement. L’organisation campagnes d’élagage régulières est donc tout à fait justifiée.

Mais la décision fin avril de la mairie, sans préavis et pour des raisons encore inexpliquées, d’abattre définitivement 39 tilleuls centenaires rue Berlioz dans le quartier du jeu de balle nous a interpelés.

13095765_1692531194328924_1996255358461406148_n-1.jpg

La rue Berlioz avant intervention de la mairie

FullSizeRender-3

La rue Berlioz après intervention de la mairie

Un tel alignement d’arbres est en effet inestimable pour notre ville: en plus de sa beauté pittoresque, c’est un climatiseur géant en période de canicule, un refuge pour la biodiversité, et une véritable assurance vie face aux perturbations climatiques et environnementales qui nous attendent.

Alertée par plusieurs riverains effarés, et devant une mairie si sûre d’elle qu’elle refusait d’écouter ceux qui faisaient état de leurs doutes et de répondre à leurs demandes d’explications, nous n’avons eu d’autre choix que de faire intervenir la justice par un référé-suspension que j’ai improvisé en urgence le 26 avril (je ne suis pas juriste de formation…).

Lors de l’audience au tribunal administratif de Lille le surlendemain, j’ai en l’absence d’avocat défendu moi-même la cause des tilleuls de la rue Berlioz.

Rien ne m’a été épargné par l’avocat embauché par la ville, qui a commencé par dénigrer mon intérêt par agir en montrant, « plan mappy » à la main, que j’habitais à 20 minutes à pieds des arbres en question, et n’était donc pas impactée par l’abattage de ces arbres. J’ai donc dû rappeler que les riverains hostiles qui m’avaient alertée n’avaient pour la plupart pas souhaité, par peu de représailles, déposer un recours eux même. Et que c’est bien l’ensemble de l’écosystème de la ville (dont ses habitants ;)) qui profite des bienfaits de ces centenaires.

Il a même été jusqu’à réclamer une sanction de 3000 euros à mon encontre pour me punir de ce recours (se demandait-il toujours à ce moment là pourquoi personne d’autre n’avait souhaité engager de démarche juridique sur ce sujet?) en argumentant auprès du juge que je les détestait tellement que s’il ne m’infligeait pas une telle sanction, je déposerais des recours « tous les jours » contre ces clients (note de la rédaction: c’est le 1er recours que je dépose contre eux de toute ma vie).

Surtout, la ville et son avocat ont fait preuve de son ignorance la plus crasse en matière d’arbres.

Après avoir durant la semaine expliqué tour à tour que les arbres étaient victimes d’un grave champignon (alors pourquoi laisser les passants et riverains ramasser le bois laissé au sol par les abattages pour les ramener chez eux?), d’une épidémie (alors pourquoi les arbres situés à 1mètre à l’intérieur du parc n’en seraient pas victimes?), d’un mauvais élagage en 2005 (pourquoi ne pas les soigner plutôt que de les abattre?), la défense a fini par décréter que les arbres représentaient un danger car menaçaient de s’écrouler. Sauf que l’attestation d’expert brandie, ainsi que tous les constats d’huissier présentés étaient postérieurs au dépôt de mon recours et avait donc été produits pour la circonstance.

IMG_9646

L’adjoint à l’urbanisme a par exemple sorti de son chapeau une pièce « choc »: une photo de branche tombée sur la route en 2013. Si la stratégie du Front National est de s’en prendre aux arbres qui perdent des branches (ce qui est totalement normal dans le cycle de vie de l’arbre, comme un humain perd chaque jours des cheveux), la verdure héninoise peut trembler 😉

La municipalité s’est également appuyée sur une photo de tronc creux pour démontrer « le piteux état des arbres ». Sauf que ce creux existe depuis plus de 50 ans.

IMG_9641-2

La défense a ensuite expliqué qu’il n’y avait pas de préjudice écologique car elle promettait d’en replanter autant, voir même plus. Cela revient à bien méconnaître l’intérêt des arbres centenaires, aux bienfaits décuplés pour leur environnement, qu’un arbrisseau n’est pas en mesure de compenser.

Ils ont enchaîné en expliquant avoir parfaitement informé la population dans le journal municipal… qui avait en effet évoqué une campagne « d’élagage » (vous avouerez que dans les actes ils ont été LEGEREMENT au delà de ce qui avait été annoncé ;)).

Ils ont même poursuivi en expliquant qu’il était de toute manière trop tard car l’ensemble des arbres avaient entre temps étaient abattus. Ce qui était un mensonge éhonté puisque j’ai pu constater en rentrant de l’audience que 18 arbres étaient encore sur pieds.

Pendant ce temps là, la mairie s’était par contre empressée d’ordonner la décapitation des 18 arbres encore intacts dès 7h30 du matin le jour de l’audience, histoire de faire le plus de dégâts possible et de mettre en danger leur survie.

Voici le résultat de ce massacre à la tronçonneuse volontairement précipité par le paire.

IMG_9637

Lorsque le juge administratif a rendu son ordonnance quelques heures plus tard (que vous pouvez retrouver ici), c’est donc un ouf que soulagement que nous avons poussé, le juge reconnaissant lui même une « erreur manifeste d’appréciation » du maire concernant l’état sanitaire des arbres en question, mêlé de déception de n’avoir pu empêcher plus tôt le massacre des arbres.

Mais notre objectif était – bien que partiellement – rempli: pouvoir prendre le temps, sereinement, de déterminer si celui-ci nécessitait une mesure aussi radicale plutôt qu’un traitement au cas par cas.

C’était sans compter sur l’esprit revanchard du maire qui bien que n’ayant pas usé de son droit de recours contre la décision du juge, a préféré, le 18 mai, prendre en catimini un nouvel arrêté illégal piétinant cette décision de justice, affiché devant la mairie au dernière moment, en fin de journée, pour nous prendre de cours.

IMG_0156

A 7h15 le lendemain matin, une nacelle « Trimmer » arrivait sur place.

Précisons qu’il n’en existe que 3 en France et que le coût de cette petite vengeance n’est donc pas anodin pour le contribuable héninois. Mais pourquoi avoir commandé un tel engin plutôt que ceux qui avaient été utilisés deux semaines plus tôt? Parce que cette nacelle était le moyen le plus radical « d’aller vite »: tout aurait été bouclé en quelques heures.

IMG_0179.JPG

Ce véritable passage en force du maire aurait eu des conséquences irrémédiables sans la réactivité dont nous avons pu faire preuve : deux nouveaux recours ont été déposés dans la nuit auprès du juge administratif, ainsi qu’une demande de répression pénale auprès du procureur de la république et une demande d’arrêté d’interruption de travaux auprès du Préfet.

Surtout, la mobilisation d’une trentaine de militants et riverains que je remercie a permis d’empêcher le démarrage des nouveaux abattage le matin dès 7h30, et de mettre la société et la police au courant de la décision de justice l’interdisant.

13227639_1157015727676784_49327523293717415_o.jpg

IMG_0173

Bruno Bilde, dans un état d’excitation avancé, s’en est pris successivement à toutes personnes présentes, qu’elles soient militantes, riveraines ou journalistes. Il criait des leçons de droit à qui voulait bien l’entendre « 1ère année de droit, pas d’autorité de la chose jugée », invectivait les journalistes venus faire leur travail, dénonçait un buzz monté contre la ville, lui qui a construit sa stratégie électorale locale sur cette méthode en jouant le petit attaché de presse de Marine Le Pen et en organisant de vrais safaris pour journalistes dans notre ville qu’il destinait alors à transformer en vitrine du Front National.

IMG_0159

Acculé par la justice et mis en échec dans sa tentative de passage en force, le maire a fini par retirer son arrêté quelques heures avant l’audience prévue le lendemain matin (preuve que les leçons présomptueuses de droit de Monsieur Bilde n’étaient peut être pas aussi rodées que cela…).

FullSizeRender-3.jpg

L’affaire s’arrête donc là pour l’instant, le temps que la mairie procède à une nouvelle expertise sanitaire. Vu ce qui a été infligé aux arbres ces dernières semaines, nulle doute qu’ils sont a présent extrêmement fragilisés. Il s’agira de notre côté de faire la démonstration qu’ils peuvent encore être sauvés. Ou sinon d’attaquer la mairie pour les dégâts commis.

Cet alignement d’arbre remarquable, protégé par le niveau plan local d’urbanisme, était notre patrimoine environnemental. Notre patrimoine paysager. Notre patrimoine populaire.

Il est de notre devoir de nous battre pour le préserver.  Nous sommes et serons à votre dispositions à chaque fois que ce patrimoine sera menacé. N’hésitez pas à nous alerter!

En attendant, pour nous aider à financer une contre-expertise sur les tilleuls centenaires restants, vous pouvez faire un don ici:

Les jeunes écologistes du bassin minier mobilisés face à l’extrême-droite !

Avec les jeunes écologistes, Hénin-Beaumont, Nord-PdCalais, Prises de position

Samedi 6 juillet 2013, les jeunes écologistes du bassin minier seront présents au festival de la résistance à Carvin, pour prendre le contrepied des préjugés véhiculés par l’extrême droite.

1015535_516590375068853_1631655171_o

Organisé par les Jeunes Communistes et par la section du Parti Communiste de Carvin, ce festival se déroulera dans la cour du cercle du progrès à Carvin.

Les Jeunes écologistes Bassin Minier y présenteront sur leur stand un « cirque » des arguments d’extrême droite, mettant en scène des contre-argumentaires concrets à ces idées clownesques (bien que ne nous faisant pas franchement rire).

Un « chamboule tout des idées reçues d’extrême droite », semblable à celui qui avait été organisé l’année dernière au marché aux puces d’Hénin-Beaumont, invitera également les passants à « exploser » les préjugés véhiculés par l’extrême-droite.

270622_10151193983876280_476671960_n

A coup de balles de tennis, ils s’agira d’envoyer valdinguer les clichés les plus perfides: « écolos = drogués », « jeunes = feignasses », « immigrés = assistés », « c’était mieux avant », « le halal c’est pas catholique », etc.

C’est pédagogique… Et ça défoule!

 

photo36

Les derniers résultats électoraux le montrent : près de la moitié de la population de la 11e circonscription a voté pour le front national en juin dernier.

Les Jeunes Ecologistes et EELV prennent donc leurs responsabilités, à l’approche des échéances municipales et européennes de 2014, en intensifiant dès à présent leur travail de pédagogies sur les dangers de l’extrême-droite et sur de véritables alternatives, crédibles, et bien moins néfastes pour le vivre ensemble.

« C’est l’automne, les feuilles vertes vont tomber ! »

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Nord-PdCalais

Cette prophétie vous fait rire? Et bien elle sort tout droit de la bouche d’un sympathique militant FN, voulant jouer à l’intimidation avec moi lors du Conseil Municipal de jeudi soir à Hénin-Beaumont… (dommage, ça ne marche pas).

Un Conseil Municipal placé sous le signe du changement du redressement

Nous étions tranquillement en train de suivre un moment historique: la ville d’Hénin-Beaumont est sortie avec un an d’avance du plan de rétablissement de l’équilibre budgétaire imposé par la Chambre régionale des comptes en 2009.

Et bien sûr, comme tout ce qui est positif pour la ville, cela mettait le front national LEGEREMENT sur les nerfs. Bah oui, qui dit amélioration du contexte local signifie un appauvrissement de leur terreau électoral fait de frustration, de colère et de bordélisation de la vie politique local.

C’est donc la double peine: à chaque mauvaise nouvelle locale, de la découverte d’un nouvel emprunt toxique de chez Dexia à un recours sous tension portant sur la dernière législative, le FN reprend une gorgée de potion magique.

Mais il faut le reconnaître, l’équipe municipale actuelle travaille sérieusement au redressement de la ville. Et un cercle vertueux se met en place, au grand dam de l’opposition frontiste. Aujourd’hui, un an avant le délai fixé par la chambre régionale des comptes donc, la tutelle est levée! Le rétablissement axé sur une hausse de la fiscalité locale, une baisse des charges courantes et de la masse salariale, et enfin des cessions d’actifs, a permis fin 2011 à la ville de dégager un excédent de 5,2 millions d’euros.

Alors on peut, comme le fait le Front National par stratégie électorale, choisir de rabacher que l’équipe municipale est amatrice, et appeler le Maire Eugène Binaisse « Gérard Dallongeville » pendant tout le Conseil Municipal au motif qu’il a conservé le même Directeur général des services que le précédent maire (ce dont je n’ai jamais dit que ça avait été une bonne idée par ailleurs), n’empêche que les résultats sont au rendez-vous. Et le FN a beau dire que ce sont simplement les contribuables qu’ils faut remercier, eux qui ont trimé pour éponger une partie de la dette, il n’en demeure pas moins qu’ils n’auraient pas fait mieux.

Automne ou pas, nous on est là

Ca c’était pour le contexte!

« les feuilles vertes vont tomber » me clame t’on donc, sur un ton un peu gras suivi du rire tout aussi gras des militants assis autour de moi. « et à moins de 2% » ajoute un voisin.

Mais voyez vous chers amis, je ne me réjouirais pas assez vite à leur place.

Parce qu’en réalité, on est plutôt très motivés en ce moment…

Les Jeunes écologistes sur le pont

Ce matin, la coordination nationale des Jeunes Ecologistes réunie à Strasbourg a voté l’entrée dans la fédération des Jeunes Ecologistes du Bassin Minier, crées à Hénin-Beaumont en juin dernier, que je vous invite d’ailleurs à retrouver sur leur page facebook. Mobilisés sur le terrain, ils s’activent depuis la rentrée à la sortie des lycées, tracts à la main, ou sur les panneaux d’affichage libre, avec nos affiches « Jeunes Ecologistes, la politique sans conservateurs » ou « l’avenir n’est pas rose ni bleu marine, il est vert » (bon je vous passe la fois où on s’est fait recouvrir à la gare par M. Pokora, ce qui n’est pas la page la plus glorieuse de notre histoire je vous le concède).

Pour les motivés, vous pourrez retrouver le tout jeune groupe mardi à 14h30 devant la salle des fêtes d’Hénin-Beaumont, où est organisée une collecte « don du sang ». Nous y organiserons une action « mon sang est-il gay? », parce qu’en France, depuis une circulaire parue le 20 juin 1983, les personnes homosexuelles ou bisexuelles sont classées comme «populations à risques», sur le seul critère de leur orientation sexuelle, sans se préoccuper de leurs pratiques réelles, et n’ont donc pas le droit de donner leur sang. Oui oui, c’est ce que l’on appelle de la discrimination, et les Jeunes Ecologistes se mobilisent particulièrement sur cette question depuis plusieurs mois

Le Nord entre en mobilisation contre l’Ayrault-port de Nantes

Par ailleurs, le Nord-Pas-de-Calais est entré ce week-end dans le combat contre le grand projet inutile de l’aéroport Notre Dame des Landes (sous la pluie, mais dans la bonne humeur).

Place de la République, puis devant le siège départemental du PS aux cris de « le PS, nous expulse, expulsons le PS », les manifestants (principalement des indignés, des écolos et des décroissants), ont affiché leur opposition à ce non-sens écologique  extrêmment couteux – qui betonnerait 2000 hectares de terres agricoles et de bocage d’une grande diversité écologiques -; et leur soutien quelques à plus de 40 ans de lutte.

La manifestation s’est terminée devant la mairie de Lille, dans une ambiance bonne enfant (rassurez-vous, elle était TRES bien gardée)

Ambiance bonne enfant… c’est ce dont doivent rêver les quelques 200 occupants de la ZAD (Zone A Défendre), dont les forces de l’ordre en surnombre détruisent depuis quelques jours – avec une violence assez perturbante venant d’un gouvernement de gauche –  l’habitat, les potagers et l’expérience collective. Je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous, elle est saisisante et très émouvante.

Et comme je sais que des lecteurs au sens critique aiguisé vont forcément me faire la remarque: non ça ne veut pas dire qu’il faut que Cécile Duflot se mette en grève de la faim et claque la porte du gouvernement parce que les socialistes sont vraiment très méchants.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le préciser, en entrant au gouvernement, les écologistes ne sont pas pour autant entrés au parti socialistes. Ce qui veux dire que oui, des désaccords subsistent, on ne va pas se mentir là dessus et c’est même plutôt normal.

Il est aujourd’hui normal à mon avis que nos deux ministres ne s’expriment pas là-dessus, compte-tenu de l’impatience avec laquelle les médias attendent tout prémisse de tension au sein du gouvernement. Ne leur faisons pas ce plaisir!

Il reste toute une palette d’actions à EELV pour exprimer son opposition à ce projet, que nos militants combattent sur le terrain depuis des années. Et la solidarité gouvernementale n’empêche pas non plus nos parlementaires de se faire entendre sur la question: « la solidarité n’exclue pas la franchise » a d’ailleurs rappelé Corinne Bouchoux , Sénatrice écologiste du Maine-et-Loire, lors de la dernière séance de questions au gouvernement (la video ici)

Bref, quitter le gouvernement maintenant et sur ce prétexte serait un véritable non-sens. Nous avons encore beaucoup de choses à y faire. Et tant que le Premier Ministre nous laissera assez de champ pour porter nos convictions écolos dans les politiques publiques nationales relevant des portefeuilles de nos deux Ministres écolos, toute démission sera contre-productive.

Préparer 2014… sans être obsédés par 2014, car beaucoup de choses sont possibles avant!

Pour finir, sachez que la formation des adhérents EELV du Nord Pas-de-Calais a commencé en vue des municipales de 2014. Réunis au local régional, nous avons eu l’occasion d’entamer ce cycle par un exposé sur le rôle et le statut de l’élu, et de faire part de nos besoins pour les mois à venir. Du boulot en perspective, mais aussi beaucoup d’enthousiasme.

Mais comme vivre mieux à Hénin-Beaumont, c’est vraiment possible avant 2014, je vous donne rendez-vous sur ce même blog dans quelques jours pour le lancement officiel de notre projet de guide du mieux vivre dans le bassin minier, projet dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler…

Ca prend forme, ça avance, et je vous en tiens très rapidement au courant, parce que l’on va avoir besoin de votre participation pour que ça marche!

Carnet de campagne #10 : Marine le Pen, mensonges et coups fourrés

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012, Nord-PdCalais

L’imposture de Marine Le Pen, je vous en ai déjà parlé, mais comme c’est un sujet inépuisable, je vous redonne un exemple pour le plaisir!

La coîncidence est loufoque, mais tellement peu surprenante…

J’étais en train de ré-afficher hier soir à Hénin-Beaumont parce que

1. Quand on est candidate écolo on le fait soit même

2. J’ai le plaisir de devoir rectifier le tir sur 8 panneaux sur 10 dans la ville grâce à l’excitation générale du moment qui fait que tout le monde en prend pour son grade niveau affiches (vous noterez qu’on est relativement un peu moins touchés, cf la photo à l’extrême gauche (niark niark) en dessous de l’arbre  (comme par hasard).

3. Qu’il y a des partis qui ont la main un peu lourde en ce moment (ou alors qui ont mal compris comment marchent les panneaux officiel, mais à ce point là c’est quand même de la mauvaise foi non?)

4. Et que chez nous, c’est tellement la fête des affiches qu’on a même la chance d’avoir sur nos panneaux officiels des affiches de gens qui ne sont pas candidats… Regardez ci-dessous, c’est à Beaumont, sur les panneaux 1, 7 et sur la moitié du 9. Ce sont des affiches de Jean-Pierre Corbiset, président de l’agglo qui a perdu la désignation interne du parti à l’automne contre Philippe Kémel (le candidat PS actuel sur la circo) et Albert Facon, le candidat sortant. Et bien sans doute un peu par vengeance, il s’est amusé à investir, avant le début de la campagne officielle, les panneaux (officiels aussi, eux). Alors qu’il n’est pas candidat. L’avantage c’est que comme les équipes de Philippe Kémel mettent souvent plusieurs affiches dans le coin, on se retrouve avec… Pas moins de 5 affiches socialistes sur 14 panneaux (belle perf). Heureusement que j’ai du en recouvrir une pour mettre la mienne!

Mais revenons-en à nos moutons: je vous parlais de la nouvelle imposture de Madame Le Pen…

En allant ré-afficher tout à l’heure, donc, je suis tombée, en centre ville, sur ça:

Vous l’avouerez, c’est un peu agressif comme communication (surtout de la part d’une candidate qui expliquait pendant la présidentielle, à des paroles et des actes, être contre les éoliennes parce que ça polluait visuellement, et d’un parti qui en 2009 avait refusé de participer à la commission « panneaux publicitaires » du conseil municipal, expliquant être contre l’agression publicitaire et notamment le panneaux lumineux qui avait été installé sur la route d’Auchan).

Et là forcément, toute cette hypocrisie m’a rappelée le débat de samedi matin, au moment où j’ai poussé mon petit coup de gueule sur l’affichage sauvage, et où Madame Le Pen a osé faire une moue pas concernée en prétendant ne coller que sur les panneaux…

La coincidence dont je vous parlais au début de ce billet, c’est que le Petit Journal a eu la même idée que moi 😉 (bon travail d’investigation les mecs!)

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html (c’est à la 8ème minute)

Et même qu’on s’était pas concertés…

Et même que si on s’était concertés, j’aurais pu leur raconter d’autres trucs très drôles, comme les coups de fils que je reçois depuis samedi d’anciens militants FN locaux, qui m’expliquent comment la violence morale s’exerçait sur eux lorsqu’ils étaient au FN, comment on les traitait de feignants, de « polaks pas dignes d’être français » s’ils ne voulaient pas aller tracter à tel ou tel endroit, comment on a fait pression sur eux pour qu’ils ne partent pas, comment ils sont harcelés depuis, etc.

Je pourrais aussi leur parler des pratiques consistant à tenter d’infiltrer une taupe chez nous depuis plus d’un an, de manière tellement peu subtile qu’elle oublie de masquer son numéro (et donc que son nom s’affiche sur mon portable) le soir des élections présidentielles, lorsqu’elle veut me faire des blagues téléphoniques « anonymes » en disant, sur fond de rires et de bouchons qui sautent, qu’ils sont « en train de fêter le score de la vraie Marine » et qu’ils vont « m’acheter des kleenex verts parce que je vais pleurer encore plus qu’Eva Joly aux législatives » (#EPICFAIL)

Et leur parler de la manière dont cette taupe (coucou Charlotte), repérée donc depuis longtemps, et confirmée par les témoignages (enregistrés) d’anciens militants de chez eux, cherche ABSOLUMENT à m’aider depuis le début de ma campagne, à me proposer de lui transmettre mes communiqués « pour les envoyer à ses amis journalistes », à me demander de la tenir informée de « toutes mes infos de campagne et mes rendez vous militants », soit disant pour m’aider, à me demander à quelle heure je serai sur le marché  … Grotesque.

Quand je vous disais sur France 3 qu’ici c’est Dallas…

Mais comme je souhaite la campagne calme dont la circonscription a tellement besoin, et bien tout ça, on en rediscutera tranquillement après les élections.

Bref, chers concurrents du front national, et si on devenait sérieux 5 minutes et qu’on se concentrait sur l’essentiel? (le fond quoi, ce que vous commencez sérieusement à toucher par ailleurs)

Haut les coeurs, et bonne fin de campagne à toutes et à tous!

Carnet de campagne #4: le jour où on a lancé un message à Marine Le Pen sur du Gilbert Montagné…

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012

Chose promise, chose due: en exclusivité pour vous, LA vidéo du karaoké d’hier!

Le contexte en résumé: nous nous sommes retrouvés par hasard (la circonscription est petite 😉 ) à prendre l’apéritif à la table à côté de celle de Marine Le Pen et de ses comparses frontistes.

Vu qu’on est toujours partants de manière générale, on n’a pas pu s’empêcher de participer à l’activité du moment proposée par l’association du champ de l’abbaye: un karaoké, avec titre imposé. En l’occurrence « on va s’aimer » de Gilbert Montagné (ça, on l’a appris devant le micro)

L’inspiration, la spontanéité et un brin de folie ont fait le reste!

Noter que Marine le Pen fait bonne figure tout au long de la vidéo, mais ri de plus en plus jaune. Elle a très rapidement quitté les lieux après.

Par contre, on a eu de nombreux retours très positifs des habitants du quartiers (le son était diffusé dans tout le marché aux puces, et certains avaient donc entendu les paroles déviées et souri sans savoir au départ de qui cela venait). Ca a fait rire beaucoup de monde, et détendu l’atmosphère (et à Hénin, on en a bien besoin). Bref, on peut vous louer Wandrille pour dévérouiller vos situations un peu crispantes. Il fait des tarifs dégressifs et tout, vous pouvez négocier.

Attention par contre avant de visionner la vidéo. Parce qu’on vous prévient: nous, depuis hier, on ne parle plus que sur des airs de Gilbert Montagné. « On va tracter », « on va coller », « on va manger », « on va se coucher » , TOUT y passe.

Et en tant que spécialiste « santé publique », je me devais de vous mettre en garde…

Bonne soirée!