Carnet de campagne J+1 : le soir où l’on a cru l’espace de 20 minutes à la victoire du FN…

Front National, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

« Ouf! »

C’est le cri de soulagement que j’espérais crier dimanche soir, car comme je l’avais expliqué lors de la conférence de presse organisée par Jean-Luc Melenchon jeudi après-midi, rien n’était gagné pour Philippe Kemel, et parce que j’étais bel et bien consciente que nous aurions à retenir notre souffle jusqu’au dernier moment, tant les choses seraient serrées…

Et bien j’avais été clairvoyante sur ce point, même si je ne m’étais vraiment pas rendue compte à quel point ce serait le cas. Et même si je n’avais pas prévu les rocambolesques rebondissements de la soirée…

Revenons sur cette soirée riche en émotions…

Le coup de massue des résultats héninois

Après une réunion avec les copains verts à 17heures pour analyser les résultats du premier tour, nous nous sommes rendus tous ensemble, à pieds , à la salle de fêtes.

Ambiance très studieuse à l’arrivée. Le dépouillement a commencé dans le bureau centralisateur.

« Tu viens de faire une voix » me crie-t’on. Un bulletin « Eelv » vient en effet d’être découvert dans une enveloppe. Ça me fait sourire, je plaisante en racontant que ça doit être quelqu’un qui s’est gourré et a voté « le trèfle » au premier tour qui voulait se rattraper. Mais ça me stresse aussi: le résultat risque d’être très serré, j’espère à ce moment là que nos 852 électeurs EELV du premier tour, y compris ceux qui n’étaient pas très partants pour voter socialiste, ont su se montrer responsables…

Très longtemps, il est quasiment impossible d’avoir une tendance dans ce bureau de vote: dans une « centaine », Marine Le Pen a 20 voix d’avance, dans l’autre c’est Kemel qui la surclasse de 5…

Puis le résultat de ce bureau de vote tombe: 55% pour Marine Le Pen. Dans le centre ville. Dans un bureau de vote qui n’est pas réputé être le plus favorable au front… Et la je me souviens que le FN y était à 42% au premier tour. L’augmentation est fulgurante. Si elle est comparable dans le reste de la circonscription, Marine le Pen est sûre d’être élue…

Les tables de dépouillement sont écartées, c’est le moment où traditionnellement, tout le monde s’avance au fond de la salle des fêtes. Le moment où un à un, le maire va égrainer les résultats des 17 autres bureaux de vote Héninois au fur et à mesure de l’arrivée de leurs présidents avec leur précieuse « feuille de résultats ».

L’ambiance se tend. Les scores de marine Le Pen sont redoutables. Elle oscille dans presque tous les bureaux de la ville autour de 55/57 %. Et les sympathisants frontistes présents dans la salle ne se privent pas de manifester leur joie très très bruyamment. Le ton monte du côté de ceux que ça agace, mais nous choisissons de nous montrer responsables et calme. Le cœur n’y est de toute manière pas…

Des bonnes nouvelles arrivent parfois. Enfin bonne nouvelle, à Henin, ça veut dire « tiens, Marine Le Pen fait moins de 50% dans ce bureau de vote là ». « Ce bureau de vote là » c’est Octave le Grand, en centre ville. Il sera rejoint par « Guy Mollet », mon bureau de vote, situé dans la ZAC. Celui où nous avons voté tous les cinq avec ma famille le matin. Celui où Kemel devance Marine Le Pen de deux petites voix… (merci Clémence pour la procuration 😉 ).

Il y a aussi les coups de massue: à Beaumont (ancien village de Beaumont-en-Artois annexé à Henin-Liétard en 1972, pour former Henin-Beaumont), Marine Le Pen dépasse les 62%. Déjà lors des législatives de 2007, elle dépassait, dans ce bureau de vote et seulement dans celui la, la barre symbolique de 50%… « on leur rend leur indépendance à ceux-là » entend-t’on dans les premiers rangs…

Vous l’aurez compris, les résultats à Hénin-Beaumont sont très mauvais. Tous nos espoirs sont désormais tournés vers les 11 autres villes de la circonscriptions, sur lesquelles on comptait depuis le début pour « éponger » les très bons scores de Marine Le Pen attendus ici.

Les mauvaises nouvelles s’enchaînent

Or les nouvelles qui nous parviennent par texto de part et d’autre sont loin d’être rassurants… Hormis les 57% de Philippe Kemel à Libercourt, Marine le Pen est loin devant à Evin et à Noyelles-Godault (ville dont le candidat centriste\ump est maire: malgré un appel clair de sa part à faire barrage au front, le report des voix est mauvais). Le front national est également devant dans 3 villes communistes sur les 4 que compte la circonscription, malgré un très bon report des voix du front de gauche.

Dans les villes sur lesquelles on « comptait » pour que le candidat socialiste reprenne de l’avance, les scores sont également décevants: seulement un peu plus de 53% à Carvin où Philippe Kemel est maire, 51 % à courtières, quelques voix d’avance à peine à Oignies et à Montigny-en-Gohelle, etc

On se le dit maintenant clairement et à voix haute: c’est cuit. Bien que voulant y croire jusqu’au dernier moment, il faut à présent se montrer lucides: il est à ce stade impossible que Philippe Kemel rattrape son retard.

La RTBF (télé belge) annonce clairement Marine Le Pen vainqueur. Mais un sondage sorti des urnes de la SOFRES l’annonce battue. Je me surprends à expliquer « la Belgique, ils nous connaissent mieux que les instituts parisiens ». On partage en effet culturellement beaucoup plus avec la Wallonie qu’avec la capitale ici. Et les résultats qui continuent de nous parvenir nous mettent dans l’incapacité de continuer de croire à une bonne surprise…

Je commence à répondre aux interview des journalistes qui me demandent de réagir à la victoire de Marine Le Pen, c’est très dur. Déjà, mes partenaires de gauche se rejettent la faute. Les socialistes expliquent que « la venue de Melenchon aura été fatale ». Les communistes « que ce sont les affaires qui ont fait leur œuvre ». Je me contente de répondre qu’on a eu affaire à henin « à un beau travail d’équipe pour en arriver là » et qu’au lieu de se rejeter la faute, il est plutôt temps de se mobiliser en vue des échéances de 2014, qui risquent d’arriver vite, très vite.

Les copains verts sont déjà partis, je dis aurevoir aux personnes que je connais car je dois me rendre à lille sur le plateau de France 3 régional.

Il est 19h56.

La minute où tout a basculé

Dehors, je retrouve les copains verts qui n’arrivent pas à décoller. Des gens expliquent qu’ils vont déménager. D’autres craignent que la situation ne dégénère dans la nuit malgré les plusieurs cars de CRS présents.

Et là, je reçois un texto de ma cousine : « Génial! », que je perçois au début comme cynique. Puis un second « félicitations ». Et twitter s’enflamme, d’un coup, me remerciant pour la campagne « qui aura finalement fait la diffrerence ».

TF1 vient d’annoncer la victoire de Philippe Kemel « de justesse ». À Hénin, c’est l’incredulité la plus totale. On les a pourtant devant nous les résultats partiels, et on ne comprend pas à ce stade comment c’est possible.

On sait aussi que seuls 86% des résultats sont arrivés à la préfecture. L’avance de 76 voix dont Kemel disposerait selon les médias, et dont on ne comprends toujours pas d’où elle sort, semble encore très juste.

Nous ne sommes plus que 30 dans la salle des fêtes. Le journaliste de la Voix du nord est revenu, lui aussi très déstabilisé. Le maire Eugène Binaisse me prend dans ses bras. Nous n’y croyions pas vraiment mais toutes les chaînes, les radios et twitter semblent être formels…

Prudente et surtout échaudée, je quitte Henin pour Lille vers 20h30, me disant que les résultats officiels tomberont pendant le trajet. Dans la rue, un vieux râleur vient me dire « vous avez perdu », le répétant plusieurs fois avec insistance. Je ne sais pas si c’est un frontiste qui n’a pas encore été mis au courant du retournement, ou quelqu’un qui croit que je suis une frontiste qui n’aurait pas encore ete mise au courant des resultats globaux de la circo car je suis souriante.

La confusion règne vraiment. Je n’ai jamais eu aussi mal au ventre de ma vie. On est tous un peu perdus.

Dans la voiture, j’ai encore au téléphone les copains verts, qui se sont réunis chez notre cheffe de file Régine Calzia pour suivre la soirée électorale télévisée, et me souhaitent bonne chance.

On apprends parallèlement l’interpellation de 6 personnes dans les rues d’Henin, pour port d’arme illégal. « Da-llas, ton univers impitoyaaaable »

J’ai également au téléphone les copains de Roubaix, très déçus par le résultat de notre seul candidat écologiste encore en lice dans le Nord-Pas-de-Calais: Slimane. Il était censé être soutenu par les socialistes mais a eu à subir une candidature dissidente du député sortant cumulard. Et il figurait sur la « liste noire » de Marine Le Pen, celle des candidats à battre en priorité.

J’apprends aussi la défaite de Nadine Morano, celle de Claude gueant. Je me réjouis. J’apprends également du siège parisien de la chocolaterie que l’on part sur une base de 18 députés EELV. Après une semaine à douter, le groupe parlementaire semble acquis, c’est une excellente nouvelle.

Douce confirmation: Marine Le Pen est battue

En arrivant au studio, je reçois la confirmation du résultat et l’explication du basculement de la tendance sur la fin: Leforest , ville dont le suppléant de Philippe Kemel est le maire, fait basculer in extremis le résultat de la circonscription.

Initialement prévue pour débattre dans le 3ème plateau, je suis avancée , et après un maquillage express, me retrouve à commenter les résultats avec le Ministre boulonnais Frederic Cuvillier, et deux UMP. J’apprends la victoire de Gérald Darmamin, collègue de Sciences Po lille, qui a été assistant parlementaire de l’homophobe Vanneste à qui il a fini par mettre la pilée au premier tour (Vanneste n’a même pas appelé à voter pour lui au second tour, c’est ce que l’on appelle avoir la rancœur tenace). Il est UMP, certes, mais je me réjouis du renouvellement auquel son élection contribue.

En pleine émission, je me retrouve confrontée à un Dupleix avec Steeve Briois, en direct de son QG d’Henin-Beaumont.

Ne manquant pas d’audace, il explique que les socialistes ont bénéficié d’un charcutage de la circonscription visant à les avantager (bah oui, tout le monde sait bien que le redécoupage d’Alain Marleix a été taillé sur mesure pour les socialistes – #LOL). Il explique également que des « milices soviétiques » (dit comme ça ca fait flipper) auraient illégalement distribué de tracts samedi matin sur le marche de méricourt. le FN annonce en direct avoir déposé un recours. Je me dis que n’aurais pas la force de mène à nouveau une campagne à l’automne si l’élection est invalidée, j’essaie de ne pas trop y penser, ce n’est pas le moment…

Reprendre une vie « normale » (ou pas)

Car pour le moment, c’est surtout la reprise d’une vie normale qui est au programme. Et ce matin, à 6h56, sous la drache en attendant le TGV, ça y ressemblait à s’y méprendre 🙂 Rencontre impromptue avec une copine de ma soeur qui va passer des oraux de concours. Yeux embrumés par une nuit trop courte. Valises à la main pour éviter les allers-retours trop fatiguants cette semaine. Dossiers à traiter dans les jours qui viennent bien en tête.

Bref, une journée normale

Sauf que dans le TGV j’ai tappé ce #CarnetDeCampagne pour mon blog

Sauf que j’ai perdu au moins 6 mois d’espérence de vie au cours de cette campagne, dont au moins 2 rien qu’hier soir

Sauf que les coups de téléphone « prise de conscience 2014 » continuent. Tout le monde jure au grand diable qu’il se rassemblera. Sauf que tant qu’on ne sait pas ni comment, ni avec qui, ni autour de qui, je reste dubitative. Ce n’est pas la première fois qu’on y pense. Pour l’instant ça n’a jamais fonctionné dans les faits. Car Hénin-Beaumont, c’est toujours beaucoup plus compliqué dans les faits 😉

Sauf que j’ai pris du Klout* (et perdu du poids) – * pour les non-geek, du klout, c’est de la tweet-influence. C’est la mesure de ta web-hypitude quoi (j’explique bien?)

Sauf qu’avant on me demandait si j’étais bien « la petite fille de Jean Tondelier » et que maintenant on demande à Jean Tondelier « s’il est bien le grand père de Marine »

Sauf que je peux plus manger de frites pendant au moins 1 mois vu que j’ai fait une overdose (oui oui c’est possible, surtout quand t’as plein de potes qui viennent filer un coup de main un jour ou deux et que quand tu leur demandes ce qu’ils veulent manger, c’est toujours le même refrain 😉 )

Bref, tout compte fait ça sera presque normal. Mais c’est déjà pas mal.

Pis de toute manière, la normalité, on s’en lasse vite 😉 #VieDeHénin-Beaumontois

Carnet de campagne #TheEnd : Dimanche 17, on vote Kemel, sans état d’âme!

Humeur, Législative 2012, Nord-PdCalais

Je n’ai pas été très bavarde cette semaine sur ce blog, je l’admets. Ni voyez aucun signe politique, simplement un manque de temps, entre la reprise du boulot lundi matin et un bon nombre de dossiers à rattraper à mon retour de mes congès/campagne , et un certain nombre d’allers-retours avec le bassin minier pour analyser la séquence avec les copains du groupe local et pour préparer activement le second tour.

Dimanche, comme cela était attendu, Marine Le Pen a fait un score qui ne peut laisser indifférent, et le « duel » pour la seconde place Kemel/Mélenchon, accompagné de ses incitations à « voter utile » contre celui des deux que l’on aimait le moins voir au second tour, a laissé peu de place aux autres candidats. Même le centriste (investi par l’UMP) Jean Urbaniak, qui a tout de même été député de la circonscription il y a quelques années, est conseiller général et maire de la ville la plus riche du coin, finit à 7%, alors qu’il aurait pu espérer 10 points de plus en d’autres circonstances.

Dans ce contexte et concurrencée par 4 autres candidats « écologistes », je fini à 1,61%, et 2,92% sur Hénin-Beaumont (avec tout de même deux bureaux à plus de 5%, celui du Karaoké et celui de Beaumont, les deux où nous avions fait le plus campagne).

Alors effectivement, il n’y a pas non plus de quoi pleurer de joie mais pour un baptême du feu, vu les circonstances et la concurrence et enfin compte tenu du mode de scrutin favorable ni aux écologistes, ni aux jeunes filles de 25 ans non cumulardes, on ne peut pas non plus parler d’échec! Et tout le monde (y compris mes concurrents / opposants) a salué la campagne que nous avons menée, donc vraiment, pas de regrets!

N’empêche que ça n’était pas une raison pour nous reposer sur nos lauriers cette semaine!

Prenant nos responsabilités, nous avons pris part à la campagne de 2ème tour cette semaine aux côtés de Philippe Kemel, le seul, une fois les autres candidats éliminés, qui était en mesure de sauver le destin de cette circonscription.

Tout d’abord, les Jeunes Ecologistes du bassin minier, crées pendant la campagne, ont distribué 2500 tracts destinés à combattre les idées reçues sur l’immigration (merci les copains vous avez assuré!).

Photo: équipe de campagne Philippe Kemel

Par ailleurs, j’ai bien sûr rédigé un petit mot d’encouragement pour la profession de foi de Philippe Kemel: « Dimanche, je voterai et vous invite a voter « Philippe Kemel ». Pour une circonscription réconciliée. Pour un deputé qui nous représentera tous sans discrimination. Pour mettre en échec l’imposture du front national. » Merci au petit plaisantin qui a choisi une photo où on dirait que je rentre du ski pour l’illustrer 😉 (pour la petite histoire, cette photo date d’un entre-deux tours, celui de la présidentielle, lorsque je m’étais jointe aux Jeunes Socialistes pour tracter pour François Hollande, eux avec leurs tracts socialistes et moi avec mes tracts écolos de second tour…)

J’ai ensuite tenu mercredi matin une conférence de presse aux côtés de Philippe Kemel et de son suppléant Christian Musial pour les assurer de mon soutien inébranlable. Après quoi nous avons improvisé une petite séance de porte à porte cité Kennedy.

Photo: équipe de campagne Philippe Kemel

Source: La Voix du Nord, Edition Lens-Hénin-Carvin

Enfin, j’ai participé hier à la conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon, à laquelle il nous avait invités avec Philippe Kemel.

Photo: Christophe Blanquart

Cela m’a notamment donné l’occasion de revenir sur les réserves que j’avais pu émettre à son arrivée sur la circonscription, en expliquant qu’il avait sû les lever par sa campagne:

1. Sur le cumul: en promettant de n’être QUE député s’il était élu et en invitant ses concurrents à faire de même

2. Sur son implantation locale: en allant à la rencontre des acteurs du territoire et en montrant lors du débat télévisé qu’il avait saisi les enjeux locaux

3. Sur l’ambiance de campagne: en mettant tout en oeuvre pour que la campagne se passe au mieux.

Photo: Christophe Blanquart

Cela n’a malheureusement pas suffi évité les débordements. Mais il faut savoir évaluer la responsabilité de chacun dans le climat de psychodrame qui a pu être à certains moments celui de la campagne sur la circonscription 62-11. C’est bien Marine Le Pen qui a instrumentalisé, comme elle instrumentalise toutes les difficultés de notre territoire, la venue de Jean-Luc Mélenchon, notamment avec son faux tract.

A ceux qui répondent qu’il l’a cherché en venant s’affronter à elle, je réponds que Jean-Luc Mélenchon n’a pas à s’excuser d’être venu. Ni à être rendu responsable de ces transgressions du code électoral, transmis par l’équipe de campagne frontiste en son âme et conscience.

J’en profite pour saluer la campagne des militants du Front de Gauche, pour qui la soirée de dimanche soir a été un coup dur. J’étais avec eux Place Wagon à Hénin-Beaumont à la sortie des résultats à la Salle des fêtes, et je me suis associée à leur tristesse car il était tout simplement humainement difficile de faire autrement en ressentant l’émotion de beaucoup d’entre eux. Tout comme la déception des militants socialistes m’aurait émue dans le cas inverse d’ailleurs…

Photo: Christophe Blanquart

Bref, cette conférence de presse était utile. Elle a permis de remettre les pendules à l’heure et de montrer l’union des candidats de gauche à la veille d’un second tour crucial pour le territoire. Pour cette circonscription au bord de la crise de nerf, qui dimanche ne doit pas exploser.

Habitante d’Hénin-Beaumont, habitante du bassin minier, je ne supporterais pas que notre territoire devienne le laboratoire du front national.

Voilà. Reste à retenir son souffle jusque dimanche soir. Et à souhaiter bon courage à tous les copains EELV présents ailleurs au second tour auxquels on pense tous beaucoup. Et notamment à Slimane Tir pour le beau combat qu’il mène à Roubaix. Mais je pense aussi à mes ami-e-s Barbara Pompili à Amiens, Christophe Rossignol à Amboise, Denis Baupin à Paris, Eva Sas à Savigny, etc. Et à ceux qui auraient dû y être: Philippe Meirieu, Magali Delval, etc.

Aller, j’arrête, mes collègues m’attendent pour le match de foot et il paraît que j’ai déjà raté deux buts (« bon c’est pas compliqué, tu dis qu’il faut voter Philippe Kemel, tout le monde l’a compris de toute manière » me glisse-t’on à l’oreillette). Je ne suis pas si sure que ce soir aussi simple. Mais je compte sur une grande mobilisation républicaine dimanche pour qu’ils croient qu’ils avaient raison 😉


Carnet de campagne #10 : Marine le Pen, mensonges et coups fourrés

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012, Nord-PdCalais

L’imposture de Marine Le Pen, je vous en ai déjà parlé, mais comme c’est un sujet inépuisable, je vous redonne un exemple pour le plaisir!

La coîncidence est loufoque, mais tellement peu surprenante…

J’étais en train de ré-afficher hier soir à Hénin-Beaumont parce que

1. Quand on est candidate écolo on le fait soit même

2. J’ai le plaisir de devoir rectifier le tir sur 8 panneaux sur 10 dans la ville grâce à l’excitation générale du moment qui fait que tout le monde en prend pour son grade niveau affiches (vous noterez qu’on est relativement un peu moins touchés, cf la photo à l’extrême gauche (niark niark) en dessous de l’arbre  (comme par hasard).

3. Qu’il y a des partis qui ont la main un peu lourde en ce moment (ou alors qui ont mal compris comment marchent les panneaux officiel, mais à ce point là c’est quand même de la mauvaise foi non?)

4. Et que chez nous, c’est tellement la fête des affiches qu’on a même la chance d’avoir sur nos panneaux officiels des affiches de gens qui ne sont pas candidats… Regardez ci-dessous, c’est à Beaumont, sur les panneaux 1, 7 et sur la moitié du 9. Ce sont des affiches de Jean-Pierre Corbiset, président de l’agglo qui a perdu la désignation interne du parti à l’automne contre Philippe Kémel (le candidat PS actuel sur la circo) et Albert Facon, le candidat sortant. Et bien sans doute un peu par vengeance, il s’est amusé à investir, avant le début de la campagne officielle, les panneaux (officiels aussi, eux). Alors qu’il n’est pas candidat. L’avantage c’est que comme les équipes de Philippe Kémel mettent souvent plusieurs affiches dans le coin, on se retrouve avec… Pas moins de 5 affiches socialistes sur 14 panneaux (belle perf). Heureusement que j’ai du en recouvrir une pour mettre la mienne!

Mais revenons-en à nos moutons: je vous parlais de la nouvelle imposture de Madame Le Pen…

En allant ré-afficher tout à l’heure, donc, je suis tombée, en centre ville, sur ça:

Vous l’avouerez, c’est un peu agressif comme communication (surtout de la part d’une candidate qui expliquait pendant la présidentielle, à des paroles et des actes, être contre les éoliennes parce que ça polluait visuellement, et d’un parti qui en 2009 avait refusé de participer à la commission « panneaux publicitaires » du conseil municipal, expliquant être contre l’agression publicitaire et notamment le panneaux lumineux qui avait été installé sur la route d’Auchan).

Et là forcément, toute cette hypocrisie m’a rappelée le débat de samedi matin, au moment où j’ai poussé mon petit coup de gueule sur l’affichage sauvage, et où Madame Le Pen a osé faire une moue pas concernée en prétendant ne coller que sur les panneaux…

La coincidence dont je vous parlais au début de ce billet, c’est que le Petit Journal a eu la même idée que moi 😉 (bon travail d’investigation les mecs!)

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html (c’est à la 8ème minute)

Et même qu’on s’était pas concertés…

Et même que si on s’était concertés, j’aurais pu leur raconter d’autres trucs très drôles, comme les coups de fils que je reçois depuis samedi d’anciens militants FN locaux, qui m’expliquent comment la violence morale s’exerçait sur eux lorsqu’ils étaient au FN, comment on les traitait de feignants, de « polaks pas dignes d’être français » s’ils ne voulaient pas aller tracter à tel ou tel endroit, comment on a fait pression sur eux pour qu’ils ne partent pas, comment ils sont harcelés depuis, etc.

Je pourrais aussi leur parler des pratiques consistant à tenter d’infiltrer une taupe chez nous depuis plus d’un an, de manière tellement peu subtile qu’elle oublie de masquer son numéro (et donc que son nom s’affiche sur mon portable) le soir des élections présidentielles, lorsqu’elle veut me faire des blagues téléphoniques « anonymes » en disant, sur fond de rires et de bouchons qui sautent, qu’ils sont « en train de fêter le score de la vraie Marine » et qu’ils vont « m’acheter des kleenex verts parce que je vais pleurer encore plus qu’Eva Joly aux législatives » (#EPICFAIL)

Et leur parler de la manière dont cette taupe (coucou Charlotte), repérée donc depuis longtemps, et confirmée par les témoignages (enregistrés) d’anciens militants de chez eux, cherche ABSOLUMENT à m’aider depuis le début de ma campagne, à me proposer de lui transmettre mes communiqués « pour les envoyer à ses amis journalistes », à me demander de la tenir informée de « toutes mes infos de campagne et mes rendez vous militants », soit disant pour m’aider, à me demander à quelle heure je serai sur le marché  … Grotesque.

Quand je vous disais sur France 3 qu’ici c’est Dallas…

Mais comme je souhaite la campagne calme dont la circonscription a tellement besoin, et bien tout ça, on en rediscutera tranquillement après les élections.

Bref, chers concurrents du front national, et si on devenait sérieux 5 minutes et qu’on se concentrait sur l’essentiel? (le fond quoi, ce que vous commencez sérieusement à toucher par ailleurs)

Haut les coeurs, et bonne fin de campagne à toutes et à tous!

Carnet de campagne #9 : bref, j’ai débattu de la 11ème circonscription avec Le Pen et Mélenchon

Autre, Front National, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

En ce lundi pluvieux, la première règle militante était de sortir couverts… Mais de sortir quand même parce que dans cette élection, c’est bien connu, tout se joue au mental (NDLR: l’équipe de Madame Le Pen avait indiqué aux journalistes que rien n’était prévu ce matin, du fait du temps –> petits joueurs). Nous, de toute manière, après la grêle de la fois dernière lors de la venue de Noël Mamère, on n’a plus peur de rien niveau météo 😉

Et les gens nous l’ont d’ailleurs bien rendu! Enfin les motivés, qui eux aussi avaient le courage d’affronter la pluie… Et nous ont écoutées (équipes très féminines chez EELV ce matin) avec la même attention. Seule différence: ils étaient moins nombreux que d’habitude!

Quand l’eau a commencé à s’infiltrer dans nos pompes et que vraiment on a fini par avoir très froid, les camarades du Front de Gauche nous ont même offert l’asile politique sous leur tente, à l’invitation de Mister Mélenchon himself, qui en a profité pour me féliciter à nouveau de ma prestation au débat télévisé de samedi  matin (j’y viens, j’y viens).

Bref, la solidarité était la règle sur le marché ce matin (normal, on est dans le bassin minier). Y compris du côté des commerçants, qui nous ont ravitaillées en gâteaux polonais 🙂 Aaaaaaah, les campagnes dans le Nord Pas de Calais !

Mais puisque c’est ce que je vous ai promis dans le titre de l’article, revenons donc sur le débat de samedi matin, entre Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Philippe Kemel, Jean Urbaniak et moi-même.

La journée avait commencé quelque part entre twitter, un grand bol de thé et mes fiches (en mode préparation de l’oral bac français).

Le tout dans une ambiance assez détendue, car comme je l’avais expliqué aux journalistes la veille et comme je le leur ai répété en arrivant au siège de France 3 Nord-Pas-de-Calais le matin même, je n’étais pas plus stressée que ça, mais plutôt confiante dans mes idées, dans mon programme et dans ma manière très sereine d’aborder cette élection…

Nous avions rendez-vous à Lille à 10h30, et déjà, les caméras faisaient le pied de grue devant le siège de France3 Nord-Pas-de-Calais. L’occasion de recueillir quelques « impressions » pré-débat.

Une fois arrivée, direction le maquillage, moment toujours angoissant pour les écolos (« ya pas de paraben hein? », « léger léger, j’ai pas l’habitude »…)

Puis attente dans le hall, où l’on croise les autres candidats et leurs équipes, plus ou moins décontractées d’ailleurs. LE moment d’écouter les précieux conseils de dernière minute de Dominique Plancke.

Une fois tous les participants arrivés et maquillés, nous avons rejoint le plateau…

… pendant que les comités de soutiens prenaient place devant les écrans!

Le « live-twitt » pouvait commencer en direct sur internet, et il semblerait que le match ai tourné en notre faveur 😉 Merci d’ailleurs à tous ceux qui m’ont envoyé des messages d’encouragement / de félicitation avant, pendant et après le débat. Ca m’a touchée et motivée, mais la campagne ayant un rythme particulièrement effréné dans cette dernière ligne droite, je n’ai pas eu le temps de répondre à tout le monde :/ J’ai par contre bien retenu que selon un sondage non pas sorti des urnes mais sorti de la twitt-line du contempteur, j’aurais recueilli 82% des suffrages!

En tout cas, une heure plus tard, lorsque je suis sortie du plateau sans trop savoir ce qu’avait donné ma prestation, j’ai eu la bonne surprise d’être félicitée par tout le monde. Apparemment personne ne s’attendait à ce que je sois aussi efficace (ça fait plaisir :/) et tout le monde a apprécié l’esprit de mes interventions (ça fait plaisir 🙂 ). Même Jean-Luc Mélenchon a tenu à me faire part de ses impressions…

Mais aussi Véronique Marchand, animatrice du débat, qui m’a assurée que même si le fait de m’inviter avait fait débat, elle ne regrettait pas de l’avoir fait car j’avais dynamisé et rafraîchi le tout.

J’en conclus donc que j’ai réussi cet examen de passage … Je viens même de recevoir un coup de téléphone du Canada de quelqu’un qui venait de visionner le tout et tenait à me faire part de ses encouragements « même s’il ne vote ni à hénin ni pour les écolos ».

Et sur Médiapart, il y a des rumeurs comme quoi je serais « la seule candidate à faire « vibrer » Hénin-Beaumont. Et c’est pas moi qui le dit, c’est un socialiste 😉

Mais le mieux, c’est que vous vous fassiez votre idée par vous même, en regardant ci-dessous la vidéo du débat en streaming!

Pour les pressés, vous trouverez également ci-dessous le passage qui a été mis en avant par les médias. Et celui pour lequel beaucoup d’habitants m’ont remerciée d’avoir exprimé le fond de leur pensée car oui, ce climat de guerre civile, on en a marre!

Sinon, le deuxième élément que les gens évoquent le plus souvent lorsqu’ils viennent me parler du débat, c’est la désormais célèbre phrase de Urbaniak, « le carré de l’hypoténuse parlementaire est égal à la somme de l’imbécillité construite sur ces deux bords extrêmes ». Il paraît qu’il y en a qui cherchent encore le mystérieux sens de cette tirade… Mais au moins ça nous fait un jeu pour animer les pluvieuses journées de Toussaint auxquelles on a droit en ce moment…

 Allez, je vous laisse, j’ai rendez-vous sur le parking d’Ikea (non non, pas de Babou) pour discuter transformation du paysage beaumontois… Et il y a beaucoup de choses à dire!

Carnet de campagne #8 : Meeting écolo, marchés et débat télévisé, le tout sans perdre le Nord

Front National, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

Après avoir pris il est vrai un peu de retard sur le blog et dans mes carnets de campagne (préparation du meeting et débat obligent), profitons de ce dimanche pluvieux pour revenir sur ces derniers jours de campagne…

Jeudi matin, après deux jours de boulot pour avancer les dossiers, reprise des congès, et donc de la campagne!

Une bonne matinée passée à Libercourt, pour un désormais classique tour du marché tracts à la main… Et des discussions avec tout type de personnes, petits et grands!

Matinée qui a bien sûr vu défiler (souvent au pas de course) certains de mes concurrents: Jean Urbaniak, Marine le Pen et Philippe Kemel, les deux premiers passant il faut le dire plus de temps devant les caméras qu’avec les gens, mais à chacun sa méthode me direz vous!

 L’après-midi a été consacrée, avec l’aide précieuse des copains, à préparer la salle des fêtes pour le meeting du soir. Ecriture du discours, préparation de salades pour le buffet, affiches, tests son avec le groupe « Back to the roots » venu pour animer la soirée, bref, une après midi bien chargée… et système D! Car comme je l’ai expliqué le soir, « l’homme n’est jamais aussi créatif que sous la contrainte » (ça c’est du Nicolas Hulot dans le texte) et que vu notre contrainte budgétaire, on est très, mais alors très très très créatifs 😉

Je reviendrai plus longuement sur le meeting dans un article ultérieur, pour ne pas alourdir cet article, mais vous en trouverez en attendant un compte rendu ici par la Voix du Nord, et passe donc tout de suite au vendredi et à notre stand très vert, tenu sur le marché d’Hénin toute la matinée, dans la joie et la bonne humeur!

Il était quand même vachement plus sympathique que ce que nous proposaient certains tracts nauséabonds distribués en personne par Serge Ayoub.

Lorsque je l’ai interpellée là dessus au moment où elle passait devant notre stand en lui demandant si elle était contente, Marine Le Pen a expliqué ne rien avoir à faire avec ça. Toujours est-ils que si ces militants choisissent aujourd’hui de venir « faire le marché » d’Hénin-Beaumont, c’est bien parce qu’elle a fait de notre ville un symbole de l’extrême droite. Et que cela est de son entière responsabilité puisque cela fait partie de sa stratégie. (bon, et je précise avant de subir des récriminations que je ne suis pour rien au TRES MAUVAIS jeu de mot offert par le nom du magasin de pompe-funèbre qui sert d’arrière plan à cette photo…)

Comme depuis le début de la campagne, nous ne nous sommes pas laissés déconcentrer et avons continuer à échanger avec les habitants. Sans lâcher nos tracts, même pour répondre à RFI (et en anglais s’il vous plaît!)

Après une récup’/frite bien méritée…

Nous avons emmené les copains qui ne connaissaient pas sur le site de la friche Benalu, évoqué la veille au meeting, décharge à ciel ouvert pleine d’amiante (brûlant les arbres) à quelques pas d’une habitation (d’une militante écologiste mais c’est une autre histoire). Et en avons profité pour nous promener sur le site du terril Jean Macé, en nous disant que vraiment, ça ferait un magnifique espace vert potentiel si on le nettoyait et l’aménageait, ne serait-ce qu’à minima!

La journée s’est terminée à Roubaix, où je suis allée assister au meeting de soutien à la candidature de Slimane Tir, notre futur Député écologiste du Nord, en présence de Cécile Duflot et de Martine Aubry. Oui oui oui, j’avoue que ça fait bizzarre un meeting commun EELV/PS de premier tour. Mais l’ambiance était bonne et les discours des deux responsables de partis percutants!

Le samedi, c’était le jour du fameux débat télévisé, auquel j’étais conviée, ainsi que Philippe Kemel, Jean Urbaniak, Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen, et auquel je consacrerai également très rapidement un article complet car j’ai beaucoup de choses à en dire 😉 En attendant, vous pouvez le visionner et le revisionner ici en intégralité .

Ce week-end militant s’est terminé par un tour au marché aux puces de la cité Darcy, où j’ai été invitée à improviser la coupe du meilleur pucier (à Marie-Christine et à Jérôme, les deux élus du jours!), puis au marché aux puces de Rouvroy

Avant de terminer par une touche festive sur la place de la République d’Hénin-Beaumont, où se tenait le grand rassemblement « Goûtons l’avenir », organisé par la Générale de l’imaginaire. Une bonne dose d’humour, de créativité et de vivre ensemble. Une occupation pacifique d’un parking bien plus agréable comme ça que plein de voitures. Bref, une bouffée d’oxygène SALUTAIRE pour la ville 🙂

Et parce que je suis sincère, opération « dimanche-confession »: je vous avoue que j’ai jamais réussi à faire plus de deux mètres avec le « vélo-qui-fait-du-café-quand-on-pédale ». J’en suis pas fier vu que pour une écolo, ça fait quand même tâche… Mais en même temps, paraît que pas grand monde y arrivait, et que les tâlons étaient une circonstance atténuante… Ca plus le fait que je ne boive pas de café de toute manière … 😉


J-10: l’heure du point d’étape en vidéo!

Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais, Santé

A 10 jours du premier tour, et à la veille d’un long week-end de campagne en terres minières (meeting écologiste ce jeudi soir et débat télévisé avec 4 autres candidats de la circonscription dans l’émission La Voix est Libre samedi matin, le tout ponctué de marchés, de braderies et de porte à porte),  je vous propose une vidéo qui retrace quelques scènes et prises de position de la première partie de cette campagne législatives.

Reste à me plonger dans ces derniers jours de campagne, les plus durs, avec la même énergie que celle des premiers jours.

Certes, ce n’est pas toujours facile de porter notre projet dans une circoncription prise en otage par une lutte « front contre front » de 2 poids lourds revanchards.

Certes, il n’est pas facile de travailler sereinement quand la tension monte, avec comme baromètre le déchaînement de l’affichage sauvage et de l’arrachage d’affiches, souillant les trottoirs et laissant dans la circonscription un goût amer de guerre civile.

Certes, nos moyens sont limités par rapport à ceux d’autres candidats, et nous ont peut-être parfois contenus, malgré notre enthousiasme et notre créativité.

Certes, l’ambiance médiatique n’est pas propice à un vrai travail de fond, mais privilégie une campagne de « petite phrase » et un remake du 1er tour de la campagne présidentielle, ayant pour conséquence de déposséder encore un peu plus les habitants de leur campagne.

Mais peu importe.

Je suis jusque présent, et resterai fière de me battre au quotidien pour que le bassin minier ait un autre avenir que celui que certains lui voient déjà assigné. Sans doute qu’il n’y pas de mots pour décrire l’accueil qui m’a été fait partout où je suis allée. Pas de mots non plus pour dire à quel point l’idée selon laquelle les gens du nord sont chaleureux et généreux est vraie. Cette terre et ses habitants me donnent une force que je n’aurais pas pu imaginer il y a encore quelques semaines. C’est ce sentiment qui chaque jour me convainc un peu plus qu’ici plus qu’ailleurs, nous réaliserons les projets que porte l’écologie politique. Ce que Jean-François Caron porte déjà courageusement et avec succès à quelques kilomètres d’ici, à Loos-en-Gohelle.

Et ca, c’est déjà une victoire en soit.

A jeudi à la salle des fêtes!

L’avenir d’Hénin sera-t-il vert ? Parlons-en le 31 mai à 19h

Autre, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

A l’occasion du dernier Conseil Fédéral d’Europe Ecologie Les Verts, les copains de la grande famille écologiste ont souhaité enregistrer un petit message à l’attention des habitants de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais.

Petit jeu: deux Ministres (ils ne l’étaient pas encore à l’époque) se cachent dans cette video, saurez-vous les retrouver? Avec aussi Yves Cochet, Karima Delli, Jean-Paul Besset, Alain Lipietz, Aline Archimbaud, Dominique Voynet, Jean Desessard et Eva Joly!

Comme eux, retrouvons nous le jeudi 31 mai à 19h00 à la salle des fêtes d’Hénin-Beaumont (rue Voltaire) pour notre grand meeting-concert, avec:

    > Marie-Christine BLANDIN, ancienne présidente de la région Nord-Pas-de-Calais, sénatrice du Nord-Pas-de-Calais
    > Jean-François CARON, Marie de Loos-en-Gohelle, Président du groupe EELV du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais
    > Hélène FLAUTRE, députée européenne du Nord-Pas-de-Calais
    > Pascal DURAND, porte-parole national d’Europe Écologie Les Verts


Un buffet sera servi et un concert suivra les prises de parole des intervenants : « Back to the Roots » ! L’entrée est bien sûr libre et gratuite !

C’est le moment d’échanger autour des solutions que proposent les écologistes pour sortir de la crise, augmenter le pouvoir d’achat, prendre en compte la santé au travail, vivre mieux tout simplement !

Pour rappel et parce que beaucoup de gens nous posent la question, la 11e circonscription regroupe : Carvin, Courrières, Leforest, Montigny-en-Gohelle, Oignies, Libercourt, Rouvroy, Méricourt, Drocourt, Evin-Malmaison, Hénin-Beaumont, Dourges, Courcelles-lès-Lens, Noyelles-Godault

Carnet de campagne #4: le jour où on a lancé un message à Marine Le Pen sur du Gilbert Montagné…

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012

Chose promise, chose due: en exclusivité pour vous, LA vidéo du karaoké d’hier!

Le contexte en résumé: nous nous sommes retrouvés par hasard (la circonscription est petite 😉 ) à prendre l’apéritif à la table à côté de celle de Marine Le Pen et de ses comparses frontistes.

Vu qu’on est toujours partants de manière générale, on n’a pas pu s’empêcher de participer à l’activité du moment proposée par l’association du champ de l’abbaye: un karaoké, avec titre imposé. En l’occurrence « on va s’aimer » de Gilbert Montagné (ça, on l’a appris devant le micro)

L’inspiration, la spontanéité et un brin de folie ont fait le reste!

Noter que Marine le Pen fait bonne figure tout au long de la vidéo, mais ri de plus en plus jaune. Elle a très rapidement quitté les lieux après.

Par contre, on a eu de nombreux retours très positifs des habitants du quartiers (le son était diffusé dans tout le marché aux puces, et certains avaient donc entendu les paroles déviées et souri sans savoir au départ de qui cela venait). Ca a fait rire beaucoup de monde, et détendu l’atmosphère (et à Hénin, on en a bien besoin). Bref, on peut vous louer Wandrille pour dévérouiller vos situations un peu crispantes. Il fait des tarifs dégressifs et tout, vous pouvez négocier.

Attention par contre avant de visionner la vidéo. Parce qu’on vous prévient: nous, depuis hier, on ne parle plus que sur des airs de Gilbert Montagné. « On va tracter », « on va coller », « on va manger », « on va se coucher » , TOUT y passe.

Et en tant que spécialiste « santé publique », je me devais de vous mettre en garde…

Bonne soirée!

Carnet de campagne #3 : tractage, karaoké et coups de soleils

Avec les jeunes écologistes, Front National, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

Troisième jour de soleil de suite sur la 11ème circonscription! Décidément, cette campagne nous réserve bien des surprises 🙂

Les membres du comité de soutien avaient rendez-vous hier matin à 9h30 sur le marché de Méricourt, ville découpée entre notre circonscription et la 3ème, celle où se présente Jean-François Caron.

Après une heure d’échanges sereins et forts agréables, nous avons pris la route pour Carvin, où le marché était beaucoup plus agité. Marine Le Pen venait d’y faire un bref passage, et Mélenchon était dans le secteur, attirant inévitablement les curieux, les fans… et les journalistes! Nous avons eu l’occasion de brièvement échanger sur la circonscription et sur la place des femmes en politique, autour de pâtisseries marocaines (note pour la fois prochaine, ne pas manger quand des gens te prennent en photo).

Le cap a ensuite été mis sur Hénin-Beaumont et plus particulièrement sur le quartier du champ de l’abbaye, qui tenait son marché aux puces annuel. L’occasion de faire ami ami avec les animaux …

… Mais aussi de se détendre un peu au soleil… Et de tester l’atelier karaoké… En adressant un petit message à Marine Le Pen, aux premières loges, sur du Gilbert Montagné (sisi). Un moment épique de politique non politicienne, dont on vous promets la video (A NE PAS RATER) demain sur le blog!

Nous nous sommes ensuite rendus à la 3ème rencontre régionale de Cerfs-Volants au Parc des Iles à Rouvroy, le seul endroit du bassin minier où les gens étaient un peu déçus du (trop) beau temps, qui empêchait les plus gros cerfs-volants de décoller.

On a recrée une ambiance « Woodstock » l’espace de 10 minutes…

En en a profité pour se défouler en escaladant le terril, et bénéficier ainsi de l’extraordinaire panorama sur les terrils de Loos-en-Gohelle et sur une bonne partie du secteur « Pas-de-Calais » du Bassin Minier, sur fond d’explications historiques et géologiques très poussées 🙂

La journée s’est terminée par une bonne séance de porte à porte avenue des déportés, qui a permis à la fois de répondre aux questions des habitants sur l’élection elle-même (quand, pourquoi faire, comment faire) mais également sur l’intérêt de voter écologiste.

Bref, encore une journée bien remplie, dont on s’est remis en jouant au badminton, en se tartinant de biafine (sisi), et en préparant la journée suivante en pliant des tracts devant la finale de la Coupe de la ligue 🙂

Carnet de campagne #2 : un marché (presque) comme les autres

Front National, Hénin-Beaumont, Législative 2012, Nord-PdCalais

Le vendredi matin, c’est traditionnellement le Grand marché d’Hénin-Beaumont, qui attire y compris des habitants des villes avoisinantes. En ce week-end de l’ascension, même si tout le monde n’avait pas la chance de faire le pont, il était particulièrement fréquenté, et par des stars s’il vous plait!

Vous le savez, le marché d’Hénin-Beaumont est devenu THE place to be. On y croise ainsi, dans le désordre, le maire Eugène Binaisse,

le député sortant Albert Facon

et Marine Le Pen, parfaite occasion pour lui suggérer, au moyen d’un autocollant, de changer d’air en votant vert 🙂


Accueil chaleureux des habitants interpellés par « Nestor le Mort » et écoutant attentivement nos solutions écologistes pour créer de l’emploi certes, mais de l’emploi bon pour la santé et bon pour la planète.

Sourire des enfants qui repartent tout contents avec un autocollant,

Et les traditionnels raleurs sans qui l’exercice ne serait pas complet!

En sommes, une très belle matinée passée à échanger, avant d’aller se prêter au doux exercice du porte à porte dans le champ de l’abbaye! (article à venir)


Carnet de campagne #1 – Ecologie, emploi et danse country!

Autre, Hénin-Beaumont, Présidentielle 2012

En ce jeudi férié de l’ascension, nous sommes allés à la rencontre des habitants de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais pour parler « emploi ». Petit retour sur une journée bien remplie!

Tout a commencé (très tôt) ce matin dans #monamiletrain par une bonne heure et demi de pliage de notre tract  «l’emploi, parlons-en ! », activité qui a eu le mérite d’achever de me réveiller et de m’échauffer pour les 4 jours d’actions intensives à venir autour des questions d’emploi dans le bassin minier.

Comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours, ce sont 31600 emplois qui ont été supprimés en deux ans dans le bassin minier. Accompagnés de notre nouvel ami « Nestor le Mort » , nous sommes allés à la rencontre des habitants de la 11ème circonscription pour leur expliquer que les écolos ont les solutions non seulement pour créer des emplois, mais qui seraient en plus des emplois de qualité et respectueux des hommes. Car avoir du travail est une chose. Mais pas en être malade en est une autre! Oui au travail, oui à la santé!

Après les marchés de Noyelles-Godault et Libercourt, nous nous sommes rendus à la Foire à la ferraille de Carvin, où nous avons croisé pratiquement tous les candidats…

Et où je n’ai pu m’empêcher ni de tester mon adresse au stand scout, ni d’exécuter quelques pas de danse avec les Clubs Country de Carvin et de Libercourt!

S’en est suivie une après midi plus calme, durant laquelle j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec une journaliste du Figaro, puis de me promener dans le centre ville pour engager la discussion avec les passants et me détendre autour d »une bonne bière au Chanzy, en compagnie de ses habitués et de leurs débats politiques rocambolesques!

A demain, pour de nouvelles aventures!

Ne laissons pas Marine Le Pen transformer Hénin-Beaumont en une vitrine du FN

Front National, Hénin-Beaumont, Humeur, Législative 2012, Nord-PdCalais, Présidentielle 2012, Prises de position, Santé, Social

Tribune à retrouver également sur le site du nouvel observateur :

« Marine Le Pen parle à l’envi, dans le cadre de la campagne présidentielle, de son « fief d’Hénin-Beaumont« . Dimanche 15 avril, elle y tenait un grand meeting national, sept jours avant le premier tour. En tant que candidate aux législatives sur cette circonscription, je ne peux résister à l’exercice de passer en revue ce que Marine Le Pen apporte réellement à Hénin-Beaumont.

Une agitation non-constructive

Politiquement, il est compliqué de s’opposer à Marine Le Pen. La caricature est facile, le combat anti-raciste tourne aisément à la farce, donnant prise à l’idée de l’élite contre le peuple. Marine Le Pen opère une manipulation médiatique de la situation des Héninois(es) et les Beaumontois(es), en faisant passer les conséquences d’un abandon de la République et des représentants politiques pour ces territoires en vote d’adhésion pour le Front national. Mais quel est le projet du Front national pour Hénin, à part l’agitation non constructive ?

Parler projet avec le Front national est compliqué tant l’écart est important entre les mots et les actes. Mais comment ne pas trouver ridicule que Marine Le Pen, jouant sur l’indignation de la gauche morale, trolle (c’est le mot) au sujet de la viande halal quand le principal fournisseur de viande halal dans le Nord Pas-de-Calais est conseiller régional FN (il a démissionné depuis) ? Et comment ne pas trouver ridicules les tentatives de Marine Le Pen de s’autoproclamer « écologiste », histoire peut-être de se parer d’un peu de modernité, lorsque l’on compare ses déclarations à ses méthodes à Hénin-Beaumont ?

Marine le Pen est pour les énergies renouvelables de manière générale, elle l’a rappelé à plusieurs reprises lors de sa campagne, mais « contre » les éoliennes responsables de « pollution visuelle », ce sont ses termes. Vous me direz : elle n’est pas la première dans cette contradiction là. Oui, mais… la contradiction chez Marine Le Pen va plus loin ! La pollution visuelle est un combat historique de l’écologie politique : affichage sauvage, matraquage publicitaire, urbanisation sauvage, etc. Nous connaissons tout cela à Hénin-Beaumont. Mais chez nous, la principale source de pollution visuelle, c’est… le Front national lui-même !

Dans les rues d'Hénin-Beaumont début 2012, des affices pour Marine Le Pen (M. TONDELIER)

 Dans les rues d’Hénin-Beaumont début 2012, des affiches pour Marine Le Pen (M. TONDELIER)

L’affichage sauvage opéré en permanence par le Front national est d’une violence symbolique révoltante. L’ambiance est celle d’une chape de plomb posée sur la ville, et tout y passe : mobilier urbain, murs… Histoire de troubler en permanence la stabilité et la sérénité dont ont besoin les Héninois-e-s et les Beaumontois-e-s pour reconstruire ensemble leur ville, plutôt que d’être en permanence ramenés à la déstabilisation politique via un matraquage d’affiches de Marine le Pen.

Et c’est là tout le problème pour Hénin-Beaumont. Marine Le Pen n’a pas de projet politique pour cette ville et entretient le climat sinistré. Pour mettre en scène la France des perdants, la majorité invisible, Marine Le Pen est prête à refuser tout ce qui pourrait modifier un peu l’image de la ville.

La preuve que sa priorité n’est pas d’aider le territoire de manière stable, elle a démissionné de son mandat moins de deux ans après avoir été élue, privilégiant, a-t-elle expliqué, son mandat bruxellois, au nom de « l’efficacité politique ». Curieuse stratégie, lorsque l’on sait qu’elle figure parmiles parlementaires les moins assidus, et qu’elle n’a déposé, depuis 2004, aucun amendement dans la commission « emploi et affaires sociales » dont elle fait partie.

Un ancrage compliqué

L’ancrage local pour le Front national est compliqué : il se doit d’y entretenir une situation favorable à sa prolifération : un abandon, un mécontentement. Que se passerait-il si un projet politique était porté pour modifier les fondamentaux, et en premier lieu l’image de ce territoire sur lui-même ?

Hénin-Carvin regroupe 45% de plus d’ouvriers que la moyenne nationale. Des entreprises majeures y ont fermé, parmi lesquelles Samsonite, victime de « patrons voyous ». Le taux de chômage y est de 16% pour les employés et de 18% pour les ouvriers (en 2008 !). C’est aussi 8600 allocataires d’aides sociales, soit environ 7% de la population, parmi lesquels près de 24% dépendent de ces aides pour plus de 75% de leurs revenus !

Au niveau éducation, le retard scolaire constaté en 6e est de plus de 7 points supérieurs à la moyenne nationale en 2010-2011. Le taux de sortie du système scolaire sans diplôme est de 5 points supérieur à la moyenne nationale.

En termes de santé, l’offre de médecin spécialiste est de 7 points inférieur à la moyenne nationale, de 2 points pour les généralistes alors que le Pas-de-Calais est l’un des pires départements en ce qui concerne un certain nombre d’indicateurs de santé, avec comme zone rouge l’ex-bassin minier, avec des taux de surmortalité allant jusqu’à 67% à Hénin-Beaumont.

Surfer sur la misère

Voilà le terreau de Marine Le Pen, c’est quelque chose de connu. Mais il faut comprendre que le Front national ne s’investit nullement pour faire évoluer ce territoire, changer son image, augmenter à la fois les revenus mais aussi améliorer le cadre de vie, c’est-à-dire l’accès à la santé, à l’éducation et à des équipements, pour atteindre des niveaux comparables au reste du pays.

Marine Le Pen est un corbeau qui prospère sur les difficultés du territoire et la déstabilisation possible qui en découle. Car, pour le Front national, c’est évident : le plus rentable, électoralement parlant, est d’attiser la haine, de renforcer l’agitation et de surfer sur la misère.

En tant qu’habitante d’Hénin-Beaumont, je refuse cette instrumentalisation de ma ville. Car du fait de cette stratégie, le bassin minier se retrouve une fois encore enfermé dans le cliché d’un territoire sinistré, alors qu’il ne se résume pas à ces turpitudes politiciennes. Le bassin minier, c’est surtout une population jeune et dynamique, une immense solidarité, une convivialité réputée, une histoire riche et un patrimoine qui, demain peut-être, sera classé au patrimoine international de l’Unesco. Avec les habitants, je veux que nous retrouvions notre fierté d’être « d’ici ».

Alors que faire ?

Il faut d’abord retrouver une stabilité politique et économique localement. Cela passe par un engagement fort sur les thématiques d’emploi, de la réindustrialisation et de l’entreprise sociale de proximité. Ce n’est pas facile mais ce n’est pas impossible. Reconvertir le bassin minier en s’appuyant sur ses compétences pour dépolluer les sites abandonnés, et engager de plain-pied la reconversion dans l’économie verte : des solutions existent !

Mais il faut également s’engager prioritairement sur l’évolution de la qualité de vie sur le territoire, qui est un levier à la portée des élus. L’abandon de bâtiments, leurs mauvaises isolations, l’absence de projet de rénovation du bâti sont des sujets de l’écologie politique. Nous les porterons à Hénin-Beaumont.

Finalement, le défi de l’écologie à Hénin-Beaumont, c’est celui de la gauche populaire. Il faut revenir aux racines de la gauche. Aux gens, tous simplement. Et ouvrir de nouveaux horizons pour le territoire.

La campagne présidentielle étant bientôt terminée, j’espère avoir bientôt l’occasion de débattre de l’avenir du bassin minier avec Marine Le Pen, au-delà des effets de manche qui visent à tout, sauf à améliorer la vie des gens dans notre ville ! «